Reto Bucher avec son troupeau de chèvres dans le val Tuoi. Beaucoup de jeunes animaux peuvent encore être parrainés. Par vous?

Chèvre: un été à l’alpage

Vous ne connaissez rien aux chèvres? Faites une randonnée dans le val Tuoi (GR). Mais prenez garde: vous pourriez y laisser votre cœur!

Ses chèvres sont tout pour Jachen Schlegel, paysan bio et maître d’alpage à Guarda.

Ses chèvres sont tout pour Jachen Schlegel, paysan bio et maître d’alpage à Guarda.
Ses chèvres sont tout pour Jachen Schlegel, paysan bio et maître d’alpage à Guarda.

Jachen Schlegel a une voix rauque. Sauf quand il lance son ve, sila, ve, qui veut dire venez, mes biquettes, venez, dans la montagne. Pour ses chèvres, sa voix se fait douce. Diana et Princesse se retrouvent pour la séance photo devant le chalet de l’Alp Sot à plus de 2000 m d’altitude, dans le val Tuoi. Les deux chèvres passent l’été au pied du Piz Buin (3312 m) avec une centaine de leurs congénères.  

Maître d’alpage, Jachen Schlegel a, si l’on peut dire, les chèvres dans le sang. «J’en avais déjà quand j’étais enfant», déclare l’agriculteur bio de Guarda (village de l’Engadine). A l’époque où les paysans délaissaient peu à peu l’élevage caprin, lui est resté fidèle à ses animaux. Pourquoi? Jachen Schlegel répond en racontant une histoire de Noël: «A la fin de la saison d’alpage, deux chèvres manquaient à l’appel malgré nos recherches. Nous les avons retrouvées au Piz Champatsch. C’était un 24 décembre. Il faisait très froid, tout était gelé, mais nous sommes montés sur la montagne; nous avons posé un piège, les avons attrapées et ramenées.»

«

J'avais déjà des chèvres quand j'étais enfants»

Le Piz Champatsch culmine à 3000 m. Il est raide et dangereux, même sans gel! Seuls ceux qui aiment vraiment les animaux y risquent leur vie. Une autre fois, quelques chèvres ont dû être descendues du Piz Buin à la corde: «Elles avaient réussi à monter, mais ne savaient plus comment redescendre.»

Malgré tout l’amour que les éleveurs portent aux chèvres, les raisons d’en faire l’élevage sont ailleurs. Par exemple, les chèvres empêchent que les pâturages des alpages ne soient envahis par les broussailles. Elles aiment, certes, manger les têtes des fleurs et les plantes herbacées, mais ce qu’elles préfèrent, ce sont les arbrisseaux et les buissons. Elles représentent aussi un atout touristique, même si l’époque où les paysans sortaient leurs chèvres quand les touristes voulaient voir des chamois est révolue.

Aujourd’hui, les gens de la plaine photographient encore les alpagistes de l’Alp Sot, Barbara Keller et Reto Bucher, avec leurs chèvres. Ce sont tous deux des professionnels: leurs animaux et leurs étables respirent la propreté et leur fromage est fin et crémeux. Pas d’odeur de bouc ni de relents désagréables. La plus grande partie de leur production arrive sur les tables des meilleurs hôtels de l’Engadine.

«

Les chèvres recherchent la proximité et les caresses»

Pour être tout à fait sûr de déguster un morceau de fromage de chèvre de l’Alp Sot, le mieux est d’adopter une de ses chèvres pendant un été. Cela coûte 95 fr. et l’argent est utilisé pour améliorer l’élevage des chèvres sur divers pâturages des Grisons.

Ce parrainage ne profite pas qu’aux chèvres, mais aussi aux hommes: «Beaucoup d’enfants n’ont vu des chèvres que dans les livres d’images. Quand ils rendent visite à «la leur», nous leur expliquons ce que représente cet animal, confie Barbara Keller. Nous leur apprenons que les chèvres viennent des steppes arides et que, de ce fait, elles n’aiment pas la pluie; que leur lait peut être consommé par certaines personnes intolérantes au lactose; qu’il servait jadis de médicament et qu’il est utilisé de nos jours dans les cosmétiques.»

Le mieux consiste encore à se rendre sur le pâturage avec Reto et ses chèvres et de «flirter» avec Caroline, Bettina, Katalin, et les autres. Les chèvres adorent ça, elles recherchent la proximité et les caresses. Ce qui rend le départ plus dur: on laisse derrière soi une vallée merveilleuse qui héberge les deux tiers de la flore alpine et, surtout, on y laisse son cœur.

Le Parrainage Coop aide

Les autorités, la population et la Coop soutiennent l’Alp Sot.

Les fromages de chèvre de Barbara Keller sont des produits fins.

Les fromages de chèvre de Barbara Keller sont des produits fins.
Les fromages de chèvre de Barbara Keller sont des produits fins.

L’Alp Sot dans le val Tuoi date du XVIIe siècle et fait partie du village de Schellen-ursli-Guarda. Etant donné que la rénovation de la fromagerie et de son aile d’habitation a généré des frais importants, le
Parrainage Coop a été sollicité et a contribué au financement d’une nouvelle chaudière à vapeur et à la rénovation de la chaudière à fromage et du local de séjour.

Sept paysans exploitent l’alpage et y estivent 120 chèvres. «L’Alp Sot correspond bien à notre philosophie, explique Beatrice Rohr, responsable du Parrainage Coop. La population locale soutient le projet. Les chèvres et les produits sont également importants pour le tourisme. Le canton des Grisons fait la promotion des chèvres laitières afin qu’elles deviennent une autre ressource importante pour les paysans de montagne.» Les races menacées, telles que les chèvres à raies, les chèvres paons ou les chèvres d’Appenzell, passent aussi l’été sur l’Alp Sot.

Fédération suisse d'élevage caprin (FSEC)
Pro Specie Rara

Parrainez une chèvre: inscrivez-vous maintenant

Devenez parrain ou marraine d’une chèvre des montagnes grisonnes en versant 95 fr. Vous pouvez ensuite aller voir votre chèvre sur l’alpage et vous recevrez sa photo et un fromage de chèvre à la fin de l’été. Vous pouvez aussi faire cadeau de ce Parrainage.

S'inscrire sur le site du Parrainage Coop



Franz Bamert

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
lundi 05.08.2013, 12:09 heure