Contrairement à la plupart de ses confrères, l’artiste travaille sur toute la surface et non en miroir.

Ciselé: découpage sur papier

Filigrane Esther Gerber est une virtuose du papier découpé. La Bernoise a l’œil pour les moindres détails.

Il y a des professions que l’on pensait disparues.
Esther Gerber, exerce l’une d’elles: elle est artiste en découpage de papier. «Il ne faut rien d’autre qu’une paire de ciseaux et du papier», tempère humblement cette Bernoise, relativisant son talent et la rigueur qu’exigent tous ces découpages complexes.
À partir de presque rien, la sexagénaire de Rohrbach, dans l’Emmental, réalise de véritables tableaux ciselés qui font sensation dans un cadre accroché au mur. Ses motifs exclusifs ornent également de multiples objets, du linge de lit à la vaisselle en passant par le porte-monnaie ou la lampe. «Derrière un grand motif riche en détails, il y a près de 200 heures de travail», estime-t-elle.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Douée pour les activités manuelles

Sa vocation lui est venue un peu par hasard: «J’ai toujours aimé travailler avec mes mains, j’ai fait de la sculpture, de la peinture, de la couture et du tricot. Je voulais même devenir peintre sur céramique.» Mais ce souhait n’a pas pu se concrétiser car il n’y avait pas encore d’apprentissage dans ce domaine. La Bernoise s’est donc tournée vers une formation de fleuriste. «Ça m’a beaucoup plu, mais les horaires de travail me laissaient très peu de temps pour moi.» Et du temps, il lui en fallait pour élever ses quatre enfants. Il ne restait donc plus vraiment de place pour ses élans créatifs. Jusqu’au jour où, à 25 ans, elle a eu l’occasion de suivre un cours de découpage chez les femmes paysannes. «J’ai tout de suite été emballée. J’avais exactement trouvé ce que je cherchais. Comme les découpages commencent toujours par un dessin, j’ai donc pu vivre à fond l’une de mes passions et en faire naître quelque chose.»

«

Des fois, je suis tellement absorbée par mon art que j’oublie de faire à manger »

Esther Gerber, artiste du découpage papier

Esther Gerber, artiste du découpage papier

Elle adore le découpage, et l’application qu’il requiert. Le «ciselage» – comme elle l’appelle – est ce qui la distingue de la plupart des autres découpeurs. En effet, aujourd’hui, les artistes ont généralement recours au scalpel pour les découpages complexes nécessitant une grande précision. Mais Esther Gerber préfère y renoncer. «Quand je découpe avec un couteau, il me faut une place de travail fixe avec un sous-main adapté. Avec les ciseaux, je suis libre, je peux m’installer dans le jardin ou sur le poêle et travailler dans le calme.» Pour elle, le ciselage s’apparente à une forme de méditation. «Parfois, je suis tellement absorbée par mon art que j’oublie de faire à manger», sourit-elle.
L’artiste a besoin de ciseaux parfaitement adaptés. Il semble qu’aucun ne lui convienne parmi les modèles qu’on trouve en magasin. Elle a donc décidé de faire fabriquer des ciseaux correspondant à ses besoins; aujourd’hui, ils sont également très prisés des autres artistes découpeurs.

La nature dans le moindre détail

La richesse des détails est essentielle dans le travail d’Esther Gerber. Elle s’inspire de la nature pour chaque motif et retransmet fidèlement les images: «Je ne peux pas découper un panorama alpin qui ne correspondrait pas à la réalité.»
Cette précision nous amène encore vers une autre caractéristique de son art. En effet, si le papier est habituellement plié lors du découpage pour assurer une symétrie des images, l’artiste travaille le plus souvent sur la totalité de la surface. «En fin de compte, je n’ai besoin que d’un Cervin pour réaliser un panorama alpin.»
Toutefois, l’artiste ne se limite pas aux panoramas inspirés de la nature. Ses découpages rencontrent un tel succès qu’elle s’est lancée dans la réalisation de motifs demandés par des clients et des entreprises.

Pour son travail, Esther Gerber a fait fabriquer une paire de ciseaux qui répond exactement à ses besoins.

Une équipe féminine qui gagne

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance. «Par le passé, j’ai essayé de vendre mes découpages sur les marchés. Mais les gens n’étaient pas prêts à mettre autant d’argent pour cet art.» L’artiste ingénieuse a donc commencé à imprimer ses motifs sur des cartes, des tasses, des draps, du linge de lit, des étuis et autres boîtes, des bougies chauffe-plats, des caquelons pour la fondue, et bien d’autres articles.
Cette fois, le succès a été au rendez-vous et Esther Gerber est désormais à la tête d’une petite entreprise de découpages. En effet, aujourd’hui, six collaboratrices à temps partiel lui prêtent main-forte, de sa belle-fille à sa sœur, jusqu’à une amie du village. «Nous nous occupons de tout ce que nous pouvons faire nous-mêmes, de l’impression à la couture et de l’emballage au magasin en ligne. Notre équipe de femmes est vraiment géniale, nous travaillons dans une ambiance très festive.»
La réussite commerciale est une (bonne) chose, mais l’essentiel est qu’elle ait trouvé sa vocation. «Quoi qu’il arrive, je n’abandonnerai jamais le découpage artistique.»

En vente chez Coop

L’artisanat dans la boutique de primes Supercard

La boutique de primes Supercard (www.supercard.ch) vous propose de commander des articles en tirages limités, fabriqués à la main en Suisse par des artisans. Parmi ceux-ci, vous trouverez plusieurs œuvres créées par Esther Gerber, dont des tasses, un caquelon à fondue, des verres à bougie et une carafe avec des verres.
Avec 9900 superpoints, vous pouvez, par exemple, vous offrir un set de six tasses en porcelaine de Langenthal ornées de motifs en papier découpé.
Si vous aussi vous fabriquez des objets artisanalement et que vous souhaitez les voir figurer dans
la boutique des primes, envoyez votre candidature à l’adresse: handmade@coop.ch

À voir: exposition

Du 1er au 11 septembre, Esther Gerber fêtera 25 ans de découpage artistique en proposant une grande exposition à Rohrbach (BE) dans un cadre informel.

Plus d’infos (en allemand): www.esther-gerber.ch

Commentaires (3)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
Patrick Lüthy
Publication:
lundi 14.03.2016, 14:05 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?