Les perruches ont besoin de compagnie pour s’épanouir.

Comment choyer ses emplumés

Oiseaux en cage Vivre avec des perruches ou des canaris implique de leur accorder de l’espace, une nourriture variée et des soins adaptés.

«Les oiseaux ne sont pas des cadeaux de Noël», affirme d’entrée Valérie Jucker, protectrice de la faune et enseignante du monde animal auprès des enfants. «Ils sont fragiles, requièrent toute notre attention, ont besoin de calme et de soins attentifs.»
Mère d’une grande famille, très respectueuse de son environnement, elle annonce la couleur: «Les oiseaux ne devraient pas être offerts aux mômes. Et encore moins les perroquets qui peuvent être dangereux, couper un doigt par exemple. Et n’accusez pas l’animal, il n’a rien à faire dans un appartement.»

Éviter le bruit

À ceux qui vivent néanmoins avec des emplumés, la Neuchâteloise rappelle des règles élémentaires: les oiseaux détestent être tripotés, on ne les porte pas. Si l’on doit en tenir un, attention à ne pas luxer une aile.
Selon la loi et c’est naturel, ils doivent vivre à deux. La loi exige aussi des dimensions minimums pour les cages: «Il faut faire mieux que la loi. Les oiseaux enfermés ont absolument besoin d’espace.» Ils ne supportent pas le bruit, bambins hurleurs et humains braillards les stressent. Arrêt cardiaque en vue. Une nourriture variée est indispensable. Même les canaris, qui se contentent de graines et de fruits et légumes, raffolent des vers de farine. Ne pas lésiner sur les fruits pour les inséparables qui font partie de la famille des perroquets. L’eau est changée tous les jours. La cage nettoyée deux fois par semaine, y compris les perchoirs. Le sable est essentiel à leur bonne condition de vie: ils en mangent pour broyer les graines dans leur estomac.
D’autre part, il faut surveiller l’état du bec et des griffes. Celles-ci doivent parfois être coupées. Ne pas entreprendre soi-même cette manipulation sous peine de blesser l’animal qui risque une hémorragie. Le vétérinaire se charge de ce soin précis. Enfin, lors d’un transport, on assombrit au maximum la cage, et on évite le froid ou une trop grande chaleur. Toujours intéressé à vivre avec des oiseaux?

Baignade atypique dans l’aar

C’était une autre époque, plus de liberté, moins d’interdits. Ces deux dogues allemands qui couraient au bord de l’Aar accompagnaient Zeus, le puma de Monsieur Robert, un original, riche et sportif. Chaque matin, Monsieur Robert galopait avec ses chiens et son félin, les meilleurs amis du monde. Zeus avait survécu à sa naissance, tandis que sa maman rejoignait l’univers des grands chats. Adopté et nourri au biberon par Monsieur Robert, Zeus s’était retrouvé dans un élégant domaine des environs de Berne. Pris en amitié par les dogues, chaton faisait partie de la famille, dormait au salon et accompagnait son maître au bureau… et dans l’Aar où tous deux allaient nager! Zeus atteignit le quart de siècle, il ne posa qu’un seul problème à Monsieur Robert: s’il adorait les trois mômes, il détestait son épouse. Pour elle, ce furent trois décennies d’angoisse, quand sur elle le puma posait ses beaux yeux encolérés.

Une question animalière?

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Getty Images
Publication:
lundi 15.12.2014, 12:00 heure



Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?