Confitures: délice bien étalé

Hero En lançant la Delicia, une confiture contenant moins de sucre, pendant la Seconde Guerre mondiale, le fabricant de Lenzbourg (AG) ne se doutait pas que la tendance au moins sucré allait devenir à la mode. Retour sur une success story.

Le saviez-vous?

Hero est, depuis 1910, la contraction des noms des propriétaires d’alors Gustav Henckell et Carl Roth.

Hit-parade

Les variétés les plus appréciées de nos jours en Suisse sont, dans l’ordre, celles aux fraises, aux abricots, aux framboises et aux cerises noires.

Autres temps

En 1886, Hero a commencé la production de confitures avec les variétés reines-claudes, groseilles à maquereau et mirabelles.

Presque un monopole

Dans la gastronomie suisse, Hero atteint une part de marché de 72%.

Chiffre

Quelque 7500 tonnes de confitures sont vendues annuellement dans le commerce de détail suisse.

1951: une affiche d’Emil Eber pour les confitures de Lenzbourg (AG).

1951: une affiche d’Emil Eber pour les confitures de Lenzbourg (AG).
1951: une affiche d’Emil Eber pour les confitures de Lenzbourg (AG).

Pour tirer le maximum de quelque chose, il faut faire travailler la matière grise. Et parfois, aussi, avoir de la chance… La preuve avec le produit phare des confitures Hero, la Delicia. Quand, durant la Seconde Guerre mondiale, d’importants aliments avaient été rationnés en Suisse, Hero s’est retrouvée en pleine… «déconfiture». Ou plutôt avec une montagne de fruits et trop peu de sucre. «On avait fait essayer plein de trucs pour économiser le sucre. Le but était d’obtenir une confiture qui ne nécessite pas autant de sucre que la confiture standard mais qui soit tout de même bonne et durable», raconte Konrad Jäger, chef de produit.

1920: des ouvriers cuisent les confitures.

Dans l’air du temps

Si le sucre rationné était un handicap pour les fabricants, ça ne l’était pas pour les consommateurs. «Les ménages avaient reçu des bons de rationnement durant la guerre, histoire d’organiser équitablement la distribution des aliments qui étaient devenus plus rares, comme le sucre, poursuit le chef de produits. Du coup, ceux qui achetaient de la Delicia, contenant moins de sucre et plus de fruits, pouvaient en tartiner un peu plus sur leur tranche de pain parce qu’ils devaient échanger moins de bons pour le sucre contenu dans cette confiture.» La Delicia plaisait et ne requérait que quelques-uns des précieux bons de rationnement. Elle a pourtant disparu du marché après la guerre. Pour renaître de ses cendres dans les années 1960. Ce qui n’était pas extraordinaire: «Au terme des années de vaches maigres de l’après-guerre, la population a pris davantage conscience de sa santé. La demande en aliments pauvres en graisse et en sucre a explosé. Avec la Delicia et sa teneur en fruits de 60%, nous disposions bien entendu d’un excellent atout.»

2011: après 125 ans au Niederlenzer Kirchweg, la nouvelle fabrique est ouverte au Hornerfeld, toujours à Lenzbourg.

La teneur en sucre d’une confiture inscrite dans la loi

Aujourd’hui, Delicia est la marque de confiture d’Hero la plus demandée. Et la tendance au «moins sucré» se poursuit. Hero a donc lancé il y a deux ans «LeFruit», avec 70% de fruits et encore moins de sucre.
Mais attention: d’après la loi, une teneur en sucre si basse ne permet plus d’appeler cela de la confiture. En effet, en Suisse, un article doit contenir au moins 50% de sucre pour avoir la dénomination de confiture.
D’un point de vue légal, LeFruit est un donc un «produit à tartiner», contrairement à la Delicia qui, grâce au fructose naturel pris en compte dans le calcul, atteint encore tout juste la proportion requise de 50% de sucre. Mais de cela, les consommateurs n’en ont cure. Pour eux, LeFruit est une confiture. Et même particulièrement fruitée.

Hero À Lenzbourg

1886 Gustav Henckell et Gustav Zeiler fondent la Conservenfabrik Henckell & Zeiler, à Lenzbourg (AG) et lancent la production de boîtes de conserve de petits pois. Suivie peu de temps après des premières confitures.
1914 Hero entre en bourse. Une filiale est créée aux Pays-Bas.
1922 Ouverture d’une autre filiale en Espagne.
1933 Lancement sur le marché des produits à base de tomate Parmadoro.
1948 Hero lance les raviolis en boîte.
1968 Apparition sur le marché des röstis en boîte.
2004 Hero se lance à la conquête des aliments pour enfants sous les marques Galactina, Ceralino et Adapta.
Aujourd’hui, Hero est une entreprise alimentaire familiale active au plan international, dont le siège est toujours à Lenzbourg. Elle emploie quelque 4000 collaborateurs dans plus de 30 pays, dont 220 en Suisse.

www.hero.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt, SP
Publication:
lundi 16.03.2015, 14:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?