Grâce à un très bon exercice, Joos Sutter, le chef de Coop, regarde avec optimisme vers l’avenir.

Coop a réalisé d’excellents résultats

Bilan Le chef de Coop Joos Sutter peut se réjouir d’une année couronnée de succès. Le plus gros chiffre d’affaires de l’histoire de l’entreprise a, en effet, été réalisé en 2016.

Même si l’année écoulée a de nouveau représenté douze mois de défis, le groupe Coop a fait mieux que tirer son épingle du jeu dans un environnement économique difficile. C’est ce qu’a confirmé le président de la Direction générale Joos Sutter (52 ans) lors de la conférence de presse relative au bilan de Coop, la semaine dernière à Muttenz (BL). «Avec une croissance de 5,2% à 28,3 milliards de francs du chiffre d’affaires total, le groupe Coop a réalisé le plus gros chiffre d’affaires de l’histoire de l’entreprise», a-t-il dit. Le bénéfice global a, lui aussi, augmenté: «Au cours de l’année dernière, nous avons atteint un résultat de 475 millions de francs, après les 416 millions de l’année pré­cédente. Et cela, en dépit de prix à la baisse, d’un tourisme d’achat persistant et du franc fort.»

Supermarchés: plus de clients
L’augmentation de la fréquentation des magasins Coop montre que l’entreprise est sur la bonne voie. «L’année passée, nous avons encore gagné de nouveaux clients, a déclaré le chef de Coop. Nous avons accueilli 2,6% de clients en plus dans nos magasins.»

Aux étals des nouveaux magasins, les bouchers de Coop sont plus proches de leurs clients.

Développement durable: important
Joos Sutter a particulièrement souligné l’importance du domaine des produits fabriqués de manière durable: «D’année en année, nos clients apprécient davantage notre vaste offre dans ce domaine.» Et de poursuivre: «Coop reste le plus important distributeur de produits bio de Suisse.» Avec les produits durables, le chiffre d’affaires a progressé dans ce secteur de 8,8% à 3,9 milliards de francs. En ce qui concerne les marques propres, le chiffre d’affaires a crû de 6,3% à plus de 1 milliard pour Naturaplan et de 18,7% à 400 millions de francs pour Fairtrade Max Havelaar. «Le fait que notre offre en produits durables soit très appréciée nous conforte dans notre stratégie. Nous allons donc certainement encore nous étoffer et croître dans ce domaine ces prochaines années», a promis le chef de Coop.

Bien-être animal: Coop primée
L’année 2016 a également été une bonne année pour le label de bien-être des animaux Naturafarm. Dans ce secteur, le chiffre d’affaires a augmenté de 2,9% à 456 millions de francs. En outre, Coop a été de nouveau primée aux plans national et international comme leader en matière de bien-être des animaux, notamment par la Protection suisse des animaux et le Business Benchmark on Farm Animal Welfare.

Produits régionaux: très appréciés
Les produits de la région sont de plus en plus demandés. C’est ainsi que le chiffre d’affaires de la marque propre Ma région, lancée il y a quelques années, a progressé de 21,4% à 170 millions de francs. «Nous vendons, par exemple, des œufs de 34 régions différentes ou près de 300 spécialités de bières régionales, a précisé Joos Sutter. Ces exemples donnent un bon aperçu de notre diversité régionale.»

Dans les endroits les plus fréquentés, les collaborateurs des nouveaux magasins Coop to go préparent des salades fraîches, des smoothies et des jus de fruits (au milieu).

Ünique: éviter le gaspillage
La nature et ses caprices produisent souvent des fruits et des légumes qui ne correspondent pas nécessairement aux exigences du marché. Pour éviter de jeter ces produits, Coop les propose dans ses points de vente sous sa marque propre Ünique. C’est ainsi que l’année dernière 323 tonnes de pommes de terre avec des fissures de croissance ont été vendues sous cette marque. Au total, le détaillant a pu écouler quelque 906 tonnes de fruits et de légumes «non conformes». Ce qui représente une augmentation de 13,6%. Ce faisant, Coop soutient également le travail des paysans suisses.

Convenience: nouveaux concepts
Outre le développement durable, les produits frais convenience constituent un thème central pour Coop. «Nous confirmons ici encore notre position de leader du marché, a déclaré le chef de Coop. Le chiffre d’affaires dans ce domaine a progressé de 3,5% à 1,7 milliard de francs.» Étoffer l’assortiment n’est qu’un aspect: «Nous voulons aussi créer une base pour croître encore davantage par de nouveaux formats innovants», a-t-il souligné.

Fin octobre 2016, Coop a inauguré la première station-service d’hydrogène ouverte au public (en bas).

Coop to go: extension
Selon Joos Sutter, le format de magasins Coop to go nouvellement introduit l’année dernière, joue un rôle de laboratoire d’essais. «Nous testons ici de nouveaux produits. S’ils plaisent, nous les proposons ensuite dans d’autres formats.» À fin 2016, sept magasins Coop to go ont été ouverts dans des endroits très fréquentés. Ce chiffre devrait passer à 50 d’ici à 2020. «Nous voulons mettre le turbo dans ce domaine, a affirmé le chef de Coop. Le meilleur emplacement à Zurich atteint un chiffre d’affaires annuel impressionnant de 70  000 fr. par m2.» En comparaison, une succursale «normale» de Coop atteint 10  000 fr. par m2. L’enseigne espère en outre faire un autre pas important dans ce secteur par l’achat du groupe Aperto. Et cela avec effet dès le début janvier 2017.

Magasins: nouveau concept
Le nouveau concept de magasins présenté et déjà réalisé à deux endroits – à Zumikon (ZH) et à Altstätten (SG) – crée un standard novateur en matière d’achats. Les clients y sont accueillis dans une ambiance claire et chaleureuse, rappelant celle d’un marché, avec une boulangerie agencée dans une atmosphère rustique et une «cabane du fromage». Les éléments centraux sont cependant les zones de service à la clientèle pour la viande et le poisson, zones où le boucher Coop conseille directement ses clients sur le choix et la préparation de la viande. «Pour Coop, le service occupe encore et toujours une place prépondérante. Ce n’est pas pour rien que nous avons fortement investi dans la formation de nos bouchers et étoffé notre assortiment en y faisant entrer de nouvelles spécialités», a souligné Joos Sutter. D’ici à la fin de l’année, le directeur général de Coop aimerait faire transformer et moderniser plus de 45 points de vente selon le nouveau concept.

Commander par Internet et retirer soi-même la marchandise: dans certains magasins, Coop relie le commerce en ligne avec le monde extérieur grâce aux stations Pick-up.

Formats spécialisés: progression
Le fait que le service à la clientèle joue aussi un rôle important dans les formats spécialisés se confirme avec Fust/Nettoshop. La filiale a enregistré une croissance réjouissante de 20 millions de francs par rapport à l’année précédente. Dans l’ensemble, les formats spécialisés ont majoritairement pu accroître leurs parts de marché. «C’est une bonne prestation et d’importance dans des marchés en régression, a précisé Joos Sutter. Malgré tout, nous avons dû en partie enregistrer de nettes baisses du chiffre d’affaires. Cela est dû principalement aux nombreuses baisses de prix que nous avons effectuées.» Par contre, les pharmacies Coop Vitality se sont bien développées. «Ici, nous avons nettement progressé: le bénéfice net a augmenté de 7,3% à 179 millions de francs.»

Commerce en ligne: en hausse
En mai de l’année dernière, Coop a lancé la première plateforme commerciale suisse Siroop, une entreprise commune avec Swisscom. «Nous sommes satisfaits de ses débuts. La plateforme Siroop a acquis une grande notoriété en très peu de temps, s’est réjoui Joos Sutter. Elle propose d’ores et déjà plus de 500  000 produits, plus de 300 commerçants y sont déjà représentés et quelque 2000 autres attendent au portillon.» Dans le courant de cette année, Siroop s’étendra aussi à la Suisse romande: «Une étape importante de notre évolution future.»
Or une base solide pour le commerce en ligne est fondamentale pour ce futur. «Rien qu’en ce qui concerne notre supermarché en ligne Coop@home, nous avons progressé de 7,2%, soit deux fois plus vite que la concurrence», a souligné fièrement le président de la Direction. Sur l’ensemble des formats, le commerce en ligne a déjà généré un chiffre d’affaires global de 1,4 milliard de francs, soit une belle progression de 15%.

Station-service d’hydrogène
Pour atteindre son objectif d’être neutre en CO2 d’ici à 2023, le détaillant investit dans de nouvelles technologies. Et parmi celles-ci, l’inauguration de la première station-service d’hydrogène ouverte au public à Hunzenschwil (AG). «Dans ce domaine, Coop est, et reste, pionnière de technologies d’avenir, a assuré Joos Sutter. Nous avons intégré dans notre flotte de véhicules le premier camion au monde mû à l’hydrogène et ainsi posé le premier jalon d’une technologie durable.»

Le nouveau marché Transgourmet à Villach, en Autriche.

Marché de gros et production
Outre le commerce de détail, Coop s’appuie sur un deuxième pilier de même importance: le marché de gros/production. «Dans ce domaine, nous avons enregistré en 2016 un chiffre d’affaires net de plus de 12 milliards de francs, soit un plus de 15,4%», relève Joos Sutter.

Marché de gros: en développement
Le chef de Coop fait référence à Transgourmet: «Notre filiale grossiste active au plan européen a progressé de 14,5% et continue de conforter sa position de deuxième plus grande entreprise européenne dans le domaine cash & carry.» Des rachats supplémentaires y ont également contribué. «Transgourmet a ainsi pu renforcer sa compétence en matière vinicole dans le domaine du marché de gros avec deux acquisitions en Suisse: Casa del Vino et depuis 2017 Riegger, a indiqué Joos Sutter. En Allemagne, Selgros Cash & Carry a été intégré à Transgourmet Deutschland; en Autriche, après le rachat de C+C Pfeiffer, nous avons réalisé un remaniement complet en 80 jours, puis une intégration totale dans le groupe Transgourmet.»

«

Transgourmet a progressé et consolidé sa position»

Joos Sutter, chef de Coop

Production: grand projet
Un jalon important dans la sauvegarde de la production en Suisse a été l’inaugu­ration de la nouvelle minoterie Swissmill à Zurich. «Les céréales sont désormais stockées directement sur le lieu de traitement. Ce qui est judicieux tant au plan économique qu’écologique, a relevé Joos Sutter. Avec Swissmill, nous exploitons la plus grande minoterie de Suisse.»

Rachats chez Bell: deux exemples
Au cours de l’année dernière, Bell s’est développée de façon réjouissante pour devenir l’exploitation de production la plus importante de Coop. De nombreux rachats y ont contribué. «J’aimerais citer seulement deux exemples, a déclaré Joos Sutter: en mars, Bell a racheté le spécialiste en volailles Hubers, entreprise qui occupe une forte position sur le marché autrichien et allemand, et en mai Eisberg, un producteur de salades vertes et de mets à base de salades.» Bell renforce ainsi son domaine de salades convenience de manière notable.

Résumé et avenir
«Malgré un environnement économique exigeant, Coop s’est très bien développée. Ce que prouvent clairement les chiffres», a affirmé Joos Sutter. Et de poursuivre: «Avec nos deux piliers que sont le commerce de détail et le domaine marché de gros/production, nous avons réalisé de bons résultats aussi bien au plan national qu’international.» Miser sur ces stratégies s’est avéré payant. «Nous allons donc résolument poursuivre sur cette voie à l’avenir», conclut-il.

Coop accroît son chiffre d’affaires et son bénéfice

Bilan 2016 Ont contribué positivement à cette croissance les bons résultats dans le domaine marché de gros/production, la forte progression des magasins en ligne ainsi qu’un accroissement de la clientèle de 2,6% dans les supermarchés.

Le groupe Coop a réalisé un chiffre d’affaires global de 28,3 milliards de francs. Ce qui représente une croissance de 5,2% par rapport à 2016. Avec 475 millions de francs, le bénéfice annuel a été amélioré de 59 millions de francs. Dans le commerce de détail, Coop a enregistré un produit net de 17,2 milliards de francs. Sans tenir compte des combustibles et des carburants, ce domaine s’est maintenu au niveau de l’année précédente, en dépit de diminutions de prix. Les supermarchés Coop ont réalisé un produit net de 10,3 milliards de francs. Sans les réductions de prix, ce résultat est légèrement supérieur à l’année précédente.
Dans le secteur marché de gros/production, Coop a obtenu un produit net de 12,2 milliards de francs, ce qui représente un plus de 15,4%. Hors acquisitions, ce second pilier important du groupe Coop a progressé de 2,4%.
À fin 2016, le groupe Coop employait 85 001 collaborateurs (plus 5047), dont 3505 apprentis (plus 95). Ainsi, l’entreprise a employé 6,3% de personnes en plus qu’en 2015. En Suisse, 55 077 personnes (plus 986) travaillaient pour le groupe Coop à fin 2016.

Le groupe Coop en chiffres

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Markus Kohler
Photo:
Lucian Hunziker, Heiner H. Schmitt, Patrick Lüthy, Roberto Ceccarelli, Winfried Flohner
Publication:
lundi 20.02.2017, 13:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?