Coop et le développement durable

Coop s’engage pour le développement durable et publie les progrès réalisés dans ce domaine dans un rapport annuel. Une démarche authentique. Le spécialiste Claus-Heinrich Daub l’explique.

Claus-Heinrich Daub (48 ans), Professeur en gestion d’entreprise durable

Claus-Heinrich Daub (48 ans), Professeur en gestion d’entreprise durable
http://www.cooperation.ch/Coop+et+le+developpement+durable Claus-Heinrich Daub (48 ans), Professeur en gestion d’entreprise durable

Vous êtes expert en gestion d’entreprise durable. Qu’entend-on par là?
L’idée générale derrière le concept de développement durable, c’est que la prochaine génération doit encore pouvoir profiter un peu de notre planète. Il faut au moins maintenir le niveau de vie actuel. Une entreprise, en tant qu’important type d’organisation dans la société, doit assumer la responsabilité qui lui est attribuée.

Concrètement, cela signifie...
Cela signifie qu’au sein même de l’entreprise et qu’en ce qui concerne les produits et les prestations qu’elle offre, elle doit provoquer le moins de «dommages collatéraux» possible. Et ce, aussi bien sur le plan écologique que social: faible consommation d’énergie, peu d’émissions de CO₂ et de déchets lors de la production, par exemple, ainsi que respect de l’être humain tout au long de la chaîne de création de valeur.

De telles actions apportent-elles vraiment quelque chose?
Oui. Les entreprises ont un grand pouvoir d’influence. Sans elles, on ne pourrait pas appliquer ce qu’on entend par développement durable depuis, au plus tard, 1992 (ndlr: lors de la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement) à Rio. Ainsi, les entreprises qui produisent beaucoup recèlent un potentiel considérable d’économie s’agissant de l’énergie et d’autres ressources. Elles ont également une influence sur leurs collaborateurs: ceux-ci ramènent chez eux ce qu’ils voient et apprennent au sein de l’entreprise.
En agissant avec cohérence, par exemple en ce qui concerne l’assortiment de produits, les entreprises peuvent amener leurs clients à adopter un comportement plus durable.

C’est aussi du marketing...
C’est vrai, mais ce n’est pas une mauvaise chose en soi. Sans publicité pour ces produits durables, les clients ne les achèteraient pas. Il est toutefois essentiel qu’il s’agisse de produits réellement durables et pas d’écoblanchiment.

Qu’apporte le «Rapport sur le progrès Développement durable»?
Ce rapport est la forme la plus authentique de compte rendu dans ce domaine. Il permet de dire au public de spécialistes: regardez, c’est authentique, détaillé et vrai. Il s’adresse à tous ceux qui le liront effectivement, aux organisations de protection de l’environnement, par exemple. Pour ce qui est du consommateur, en revanche, on l’atteint surtout grâce à de bons produits durables.

N’y a-t-il pas un risque d’enjolivement ou d’omission?
Au contraire. Les gens qui lisent un tel rapport l’auscultent de près et d’un œil critique. Si quelqu’un décèle une lacune, il pourrait la révéler au grand public. Ce serait une catastrophe.

Coop a la réputation d’être le détaillant le plus durable de la planète. Que fait-elle mieux que les autres?
Il y a 25 ans, alors que le commerce de détail se demandait si et dans quelle mesure il voulait miser sur le développement durable, Coop n’a pas hésité à se lancer corps et âme dans cette démarche. Les responsables ont certes pris un risque, mais sont par là même devenus des pionniers. Et les pionniers restent crédibles, même des années plus tard. L’offre pour les clients est grande, et les valeurs ne sont pas que des paroles en l’air.

Où sommes-nous à la traîne?
On pourrait, par exemple, intégrer totalement le développement durable dans les affaires ordinaires, et ne plus le mettre en avant, car il irait de soi. Mais l’inconvénient d’une telle approche est que l’on ne verrait plus de l’extérieur quand une démarche durable est réellement appliquée. C’est pourquoi il est nécessaire d’élaborer une stratégie permettant de montrer au client que le développement durable n’est pas un concept creux, mais une philosophie honnêtement et véritablement intégrée dans nos activités.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

-

Noëmi Kern
Photo:
Sarah Symanczik, pino Covino, DR
Publication:
lundi 11.06.2018, 12:42 heure

Retrouvez toutes nos recettes