Les premières tresses: la conseillère fédérale Doris Leuthard, le chef de Coop Joos Sutter, le maire de Schafisheim Adolf Egli (avec le téléphone) et Leo Ebneter, chef de la Direction logistique, dans la nouvelle boulangerie.

Coop parée pour l’avenir

Centre logistique Clients et environnement profitent concrètement du mégaprojet Coop à Schafisheim, en Argovie. Sa pièce maîtresse? La plus grande boulangerie de Suisse.

«

Il faut innover pour pouvoir continuer d’exister dans la globalisation»

Doris Leuthard, conseillère fédérale

Les chiffres donnent le tournis: Coop a investi 600 millions de francs dans le nouveau centre logistique de Schafisheim (AG), inauguré la semaine dernière. La conseillère fédérale Doris Leuthard était l’invitée d’honneur (voir onglet «Interview»). Quelque 490 000 m3 de gravier et de béton, auxquels s’ajoutent 18 000 tonnes d’acier ont été nécessaires à sa construction. Rien que le bâtiment de la boulangerie, de 50 m de haut – soit 25 m sous terre et autant à l’air libre – correspond au volume construit d’environ 1000 maisons individuelles, a calculé Leo Ebneter, chef de la logistique Coop, lors de la visite de l’entreprise.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Quelque 680 collaborateurs y cuiront chaque jour 150 tonnes de farine, notamment dans le plus gros four à bois de Suisse. Une centrale de biomasse, alimentée par un mélange de copeaux de bois et de déchets de minoteries de Swissmill, filiale de Coop, fournit l’énergie nécessaire. Environ un tiers de la production consiste en pains et en produits de boulangerie frais destinés à la grande région «nord-ouest–Suisse centrale–Zurich», qui concentre environ 40% des magasins Coop du pays.
Des pâtons y sont également précuits, puis directement surgelés dans la centrale de congélation située juste à côté. Par conséquent, les transports, jusqu’ici nécessaires pour effectuer l’opération sur plusieurs sites, sont supprimés.
Au total, Coop économise ainsi plus de 10 000 tonnes de CO2 par an grâce au nouveau centre logistique.

Une passerelle à deux niveaux, un pour le personnel et un pour les marchandises, relie
les nouvelles constructions de Coop à Schafisheim: la boulangerie industrielle et la centrale
de congélation d’un côté, le centre logistique de l’autre.

Livraisons dans tout le pays

Un étage plus bas naissent pâtisseries, tartes et roulades... Il y a même une tourte spéciale à l’occasion de l’Eurofoot! Excepté les spécialités régionales, la nouvelle pâtisserie livre toute la Suisse. Idem pour la centrale de congélation entièrement automatisée: par –23 °C, des robots transporteurs filent à toute allure parmi les hauts rayonnages et y assemblent les commandes pour tous les magasins Coop et Coop Pronto: glaces pour Losone (TI), épinards pour Romanshorn (TG) ou saumon pour Genève.
Dans ce domaine aussi, Coop mise sur le rail: plus de 100 conteneurs interchangeables, de la taille d’un camion, partent chaque jour en train du centre logistique aux quatre coins de la Suisse.

La boulangerie industrielle

Le centre logistique

Compliments La conseillère fédérale Doris Leuthard a félicité Coop pour son sens de l’innovation.

«Cette réalisation est exemplaire»

Vous avez glissé la première tresse dans le four et inauguré le centre logistique. Pourquoi?
Ce grand projet est le symbole de la relation symbiotique entre l’État et l’économie. L’emplacement de ce centre,  avec la connexion au rail et à l’autoroute, a été choisi intelligemment et malgré le franc fort, Coop a investi dans des places de travail et des innovations en Suisse. Ce dont j’ai chaleureusement remercié les responsables au nom du Conseil fédéral.

En tant que ministre de l’Environnement, comment jugez-vous cette construction?
Coop vit la philosophie du développement durable et prouve chaque jour qu’écologie et économie ne sont depuis longtemps plus antagonistes. L’entreprise mise résolument depuis des années sur une exploitation optimale du sol, des accès aux transports ménageant les ressources et une utilisation économique de l’énergie.

La petite Suisse pense et construit en grand, et pas seulement au Gothard! Devons-nous nous offrir cela?
Oui. Il faut de l’innovation et de nouveaux concepts pour pouvoir continuer d’exister dans la globalisation. La Suisse est et reste un pays cher en termes de production. Nous devons donc organiser des structures de logistique de façon intelligente et réduire les coûts. Cela a été réalisé ici de manière exemplaire, à l’image des produits de boulangerie.

La Suisse a la réputation d’être championne de la propreté. Est-ce aussi valable pour l’environnement?
Oui, nous le sommes! Certes pas dans tous les domaines mais en ce qui concerne les déchets, la réduction de CO2 et la consommation énergétique, nous sommes sur la bonne voie. Pour ce qui est des déchets et des ressources, les autorités collaborent très bien avec l’économie, surtout avec le commerce de détail.

Êtiez-vous plutôt une enfant Coop ou Migros?
Aucun des deux car j’ai grandi à Merenschwand, un village du canton d’Argovie, où il n’y avait pas de grands distributeurs.

Chez vous, qui est le chef en cuisine: vous ou votre époux?
Je m’occupe de la cuisine, mon mari est plutôt responsable des achats, car quand je quitte le bureau, il est généralement trop tard!

Dès lors, jusqu’à quelle heure les magasins devraient-ils être ouverts selon vous?
J’ai regretté que le Conseil des États refuse les heures d’ouverture prolongée des magasins. Il existe aujourd’hui un besoin général de davantage de flexibilité. Ainsi, le magasin de notre village a changé ses horaires: l’après-midi, il est en partie fermé mais reste ouvert le soir jusqu’à 19 h 30. Ainsi, son chiffre d’affaires a augmenté. Si les employés sont traités et payés correctement, il devrait être possible d’avoir des heures d’ouverture flexibles dans l’intérêt des consommateurs.

Cuisinez-vous uniquement des produits frais ou vous arrive-t-il de glisser une pizza surgelée au four?
Je préfère faire la pizza moi-même, éventuellement avec une pâte achetée au magasin. Et quand je cuisine, alors de préférence avec des produits frais. Mais quand on n’a vraiment pas eu le temps de faire des achats, on est contents de pouvoir se rabattre sur des provisions du congélateur.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Martin Winkel
Photo:
Heiner H. Schmitt, Patrick Lüthy, Adrian Siegwart
Publication:
lundi 27.06.2016, 14:15 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?