Grâce au Parrainage Coop, Eveline, Erwin Cathomen et leurs cinq enfants pourront bientôt vivre dans des conditions décentes.

Coup de neuf pour une vieille ferme

Agriculture Une famille de paysans de montagne aux Grisons vit dans des conditions précaires. Le Parrainage Coop leur vient en aide.

L’année 1848 vous dit quelque chose? C’est la date de naissance de la Suisse moderne, bien sûr! Mais c’est aussi cette année-là qu’à été bâtie la maison de la famille Cathomen à Schlans (GR), dans le district de Surselva. Depuis, la Constitution fédérale a été maintes fois révisée alors que la vieille demeure de ces paysans de montagne bio n’a quasi pas bénéficié d’améliorations. Juste le strict minimum!

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

«Attention à la tête», prévient Erwin Cathomen, au deuxième étage, face à une poutre particulièrement basse. La salle de bains? Elle n’en a que le nom. Quant aux toilettes, elles sont accolées à la bâtisse. «En hiver, on doit couper l’eau, faute de quoi elle gèle», nous confie Eveline Cathomen, mère de cinq enfants et paysanne bio convaincue.
Des défauts, sa maison située à 1150 mètres d’altitude n’en manque pas. Nous n’en mentionnerons qu’un seul: le toit. Erwin, son mari, l’a entretenu comme il pouvait l’année passée. Mais aujourd’hui la situation est critique et il faut assainir ce toit d’urgence.
Les cinq enfants se partagent trois chambres. Lina (5 ans), la petite dernière, dort encore avec ses parents. «Ça ne peut pas continuer comme ça», soupirent ces derniers.

Le bio, une évidence

Bref retour en arrière. En 2002, après de nombreux étés à l’alpage et divers petits boulots en hiver, le couple se lance dans l’agriculture de montagne bio avec deux vaches et une petite parcelle. «Le bio a toujours été une évidence, comme le fait que les vaches garderaient leurs cornes», affirme Eveline Cathomen.
En l’espace d’une douzaine d’années, le couple est passé d’un lopin de terre à un terrain de 20 hectares et de deux à dix-sept vaches. Troupeau auquel viennent s’ajouter deux chevaux de trait, trente moutons, deux chiens de protection et quatre chats.
Et les loups? Pour les Cathomen, ils ne constituent pas un problème. «Maintenant qu’ils sont là, ils représentent simplement un défi supplémentaire», concède la paysanne.

L’amour des animaux

Mais au fond, pourquoi les deux Grisons se sont-ils lancés dans l’agriculture? Probablement parce qu’ils l’avaient dans le sang. Tous les deux enfants de paysans, aucun n’a pu reprendre l’exploitation familiale. Il y a d’autres raisons comme l’amour qu’ils portent aux animaux. Bien que leur troupeau soit constitué de vaches mères, les bêtes se laissent facilement approcher par le couple. Toutefois, pour les Cathomen, l’argument déterminant est leurs enfants. «Ils doivent pouvoir grandir dans un environnement sain et développer l’amour de la nature», explique leur mère.
À voir cette famille, on se dit qu’elle est heureuse de vivre sur cette exploitation, dans un environnement magnifique. Seul bémol à ce bonheur: les infrastructures. Si elles sont modernes pour les animaux, elles le sont beaucoup moins pour les hommes. Béatrice Rohr, responsable du Parrainage Coop pour les régions de montagne, n’a pas hésité un seul instant: il fallait parrainer cette exploitation. C’est par hasard qu’elle est tombée sur les Cathomen. Elle a tout de suite été enthousiasmée quand elle a vu le rapport de la famille à la nature et aux animaux bien sûr, mais pas seulement. «Dans nos statuts, il est mentionné que nous nous engageons pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des familles de paysans de montagne et que nous encourageons l’occupation décentralisée du territoire. Les Cathomen remplissent tous les critères», précise-t-elle.

Une famille unie: Eveline et Erwin Cathomen avec trois de leurs cinq enfants à l’heure du déjeuner.

Pour une vie décente

Les mesures les plus urgentes concernent le toit, l’aménagement des combles en deux chambres d’enfants, la réalisation d’une salle de bains digne de ce nom et l’installation d’un chauffe-eau qui puisse contenir plus de 100 litres.
D’autres mesures pourraient être réalisées plus tard. «Ce qui compte pour le moment, c’est que la maison soit assainie de telle sorte que les Cathomen puissent y vivre décemment», souligne Béatrice Rohr.
La responsable du Parrainage Coop évalue le montant des travaux à quelque 400 000 francs. Si tout se passe comme prévu, cette année sera à marquer d’une pierre blanche pour la famille Cathomen. Tout comme 1848 pour la Suisse!

Parrainage Coop

Investissements majeurs en 2014

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/192
Toutes les paroles aux actes

Le Parrainage Coop pour les régions de montagne est un organisme à but non lucratif. Il œuvre pour le maintien et l’amélioration des conditions de vie et de travail des familles de paysans de montagne. Coop prend à sa charge tous les frais administratifs et de personnel. Les dons profitent donc dans leur intégralité aux familles de montagnards suisses.

Je souhaite devenir membre
www.coop.ch/parrainage
Franz Bamert

Rédacteur

Source infographie: Parrainage Coop pour les régions de montagne

Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
lundi 30.11.2015, 14:35 heure

Retrouvez toutes nos recettes