S’il ne bondit pas sur une balle, c’est qu’un chien n’a peut-être juste pas envie de jouer!

D’humeur peu joueuse

Chiens Plusieurs maîtres désemparés se demandent comment agir si leur chien ne joue pas. Le point avec un éducateur canin.

Ne jamais s’affoler. C’est le premier conseil de Mikaël Villard, éducateur canin de L’Oasis des Vétérans: «Certains chiens ne jouent jamais, ce n’est pas leur truc.»
Le spécialiste rappelle que les animaux adoptés en refuge ont souvent été privés d’une vraie vie de chien: «Ils n’ont jamais joué en étant chiots, ils ignorent ce genre d’activité. À eux, c’est plus difficile d’apprendre à ramener une balle ou une branche – attention, toujours du bois vert, le bois sec risque de les blesser s’ils en avalent des morceaux!»

S’armer de patience

Les animaux se socialisent tout jeunes. Quand le caractère est établi, il faut s’armer de patience, commencer par lancer une boule à trous dans laquelle sont insérées des friandises. Le chien cherchera le jouet et devra fournir un effort d’intelligence pour attraper les croquettes. Le maître lui parlera, lui montrera l’exemple. Avec le temps, l’animal comprend que cette activité le relie à son ami à deux pattes. «Les jeux dits intelligents permettent de développer le lien à l’homme et l’intelligence du chien, précise encore Mikaël Villard. Mais ne soyez pas déçu si votre compagnon refuse de rapporter. Il n’en a peut-être juste pas envie. Est-ce vraiment un bon jeu que mordre dans une balle? Rien n’est moins sûr!»
Notre éducateur insiste sur les rapports aux autres. «Il est essentiel d’être confronté à d’autres spécimens canins. Courir en meute ou à deux, se sentir, marcher ensemble, rien de tel pour tester réellement la vie de chien!»
Même si parfois les premières relations sont méfiantes ou agressives, les chiens entre eux aimeront partager des balades. Voilà qui remplace tous les jeux imaginés par l’homme!

Vidéo animaux

Aurélie et son chien Whisky

«Un manteau pour mon yorkshire?»

L'experte

Line Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel

Line Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel
Line Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel

On entend souvent qu’il est ridicule de mettre un manteau à son chien, que cela le fragilise. Force est de constater qu’il vit le plus souvent avec ses maîtres, dans des appartements surchauffés. Même en se baladant quelques heures par jour, il n’a pas l’occasion de se fabriquer un poil d’hiver suffisant: il serait superflu dès la fin de la promenade. Le chien peut donc souffrir du froid à l’extérieur, allant jusqu’à refuser de sortir de la maison. C’est particulièrement vrai pour les petites races, qui perdent plus rapidement de la chaleur à cause de leur taille réduite et de leur proximité avec le sol et pour les races ayant un poil court, comme le boxer. Si le chien doit rester immobile au froid, le manteau devient même indispensable. Sans forcément devenir un accessoire de mode, une couverture confortable et étanche devient un élément du bien-être de votre chien en hiver.

Une question animalière?

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Alamy, Beatrice Thommen-Stöckli
Publication:
lundi 02.03.2015, 13:50 heure



Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?