toolbar

Jacques Wullschleger
écrit le 09.01.2018 dans Sports collectifs


Daniel Guillemin, ancien footballeur, Président de la LRF

Daniel Guillemin: "Au lieu d'aller à la plage, j'allais sur les chantiers." Ses mots sont précis, parfois il les cherche. Daniel Guillemin, 53 ans, ne lutte pas contre les mots fragiles mais il veut que son discours soit compris, que ses pensées positives soient transmises le plus clairement possible. Dans son bureau, il adopte une pose relax. Il est dans le plaisir et le mot plaisir est maître chez lui; un maître-mot cultivé, qui l'a suivi partout, tout au long de son parcours; que ce soit sur un terrain de foot, de jeu, ou ailleurs. Un chemin qu'il a tracé, qui est loin d'être abouti.

A l'école, il en a pris, du plaisir; déjà. Sa scolarité, Daniel Guillemin l'a assurée, aussi assumée au Collège de la Plantaz, à Chavannes. C'est chez Kodak qu'il a effectué son apprentissage, société américaine alors à la pointe de la bureautique, tout en suivant des cours de marketing au SAWI (école à Lausanne). Ensuite, il effectua un stage à l'Etat de Vaud, dans l'immobilier. "J'ai toujours aimé l'immobilier." Puis, Daniel Guillemin œuvra quelques années chez De Rahm, agence immobilière qui a pignon sur rue à Lausanne.

Il raconte. "Gamin, ici ou en vacances, en Italie par exemple, j'allais sur les chantiers, je les repérais. J'aimais les sols boueux, des odeurs, l'ambiance. Je voulais tout voir, comment on bâtissait une maison, un immeuble. C'était une époque où il y avait plus de 100 ouvriers sur un chantier. Un jour en Italie, j'ai même planté des clous, j'y allais quasi tous les jours, sur ce chantier. Je préférais ça à la plage. On me connaissait, je parlais avec les ouvriers. Quand j'ai dû rentrer en Suisse, c'était la fin des vacances, on m'avait donné un casque jaune en cadeau. Hélas, je ne l'ai plus."

Avant, les travaux s'effectuaient rapidement, il y avait du monde pour les effectuer. "Pour une question de rentabilité, les entreprises n'ont plus les contingents d'avant. Tout va plus lentement aujourd'hui." Le papa de Daniel Guillemin était contremaître chez Sateg. "L'échangeur d'Ecublens, des chantiers d'autoroutes, c'est lui, il y était."

Depuis 1992, Daniel Guillemin travaille chez Codiam SA, société d'édition (elle est le groupe qui regroupe des titres). Il y est membre de la direction, éditeur délégué entre autres de Batiguide (qui est un titre, c'est l'annuaire de la construction) et de la revue Propriétaire Magazine, qui est destiné aux propriétaires de villas en Suisse-romande. "On produit des contenus prints (papier) et digitaux (internet) et on les commercialise. La tendance? Pour nous, le print reste très important pour tout ce qui concerne les magazines, les lectures de loisirs. Mais tout ce qu'on produit file sur internet." Il ajoute: "Dès que nous avons appris que l'on pouvait faire du net, on y est allés. On a été les premiers à faire ça. On ne s'est pas posé de question. On a été dans l'action, pas dans la réaction."

Daniel Guillemin et le football

Depuis 22 ans, Daniel Guillemin est Président de la LRF (ligue romande de football).  Un mandat dure deux ans. "C'est un bail, 22 ans, ça veut dire qu'on m'aime bien." Il sourit, sûr de son effet. On ne lui connaît pas d'ennemi ou alors il se cache. "J'ai peu de concurrence, ajoute-t-il. Puis, soudainement, il s'interroge. "Peut-être quelqu'un attend-il que je m'arrête." Un candidat doit postuler 40 jours avant l'AG (assemblée générale). Comme sœur Anne, il ne voit rien venir. "Il faudra bien qu'un jour je dise j'arrête. Quand ça arrivera, je suis sûr et certain que quelqu'un se manifestera, que cela suscitera des vocations." Il faudra alors que cette personne ne chamboule rien. "Il y a sans doute des choses à apporter, à améliorer mais il faut garder la manière de fonctionner, cultiver le même état d'esprit. La LRF est une institution datant de 1899 (année de sa Fondation). Il faut donc la respecter."

Il y a aujourd'hui 61 équipes en LRF, qui est une ligue de football corporative. Neuf personnes composent le comité. Un tribunal arbitral est là pour régler un éventuel litige entre un club et la LRF. "On a une commission disciplinaire", dit encore Daniel Guillemin. "Mais ça se passe bien. En fait, la seule chose que nous avons remarqué, c'est que les gens sont de plus en plus procéduriers. Aujourd'hui, les règlements se lisent. Ce n'est plus: ça va se savoir, mais tout se sait." Quand aux joueurs, la plupart évoluant dans l'équipe portant le nom de leur employeur, ils ont pour mission de bien la représenter -c'est aussi un devoir-, de transmettre ses valeurs, et de montrer une bonne image au travers le football. Son jeu.

Parallèlement au football (à ses débuts), Daniel Guillemin a pratiqué la natation à Renens. "Ce n'était pas forcément un sport qui me plaisait. Parce que je nageais rapidement grâce à des battement de jambes véloces on m'a invité à prendre des cours." Sa spécialité? Le 50m libre. "Aligner les longueurs de bassin, je n'ai jamais trouvé ça marrant. Moi, ce que j'aimais, c'était les départ, plonger et rester le plus longtemps possible sous l'eau avant de sortir la tête. J'avais une bonne glisse."

Palmarès

Daniel Guillemin est né le 31 octobre 1964 à la Maternité de Lausanne.
Ancien footballeur. Défenseur ou milieu défensif.
A joué avec Chavannes-Epenex (il y a accompli toutes ses classes juniors), avec Sporting Lausanne (un an comme junior). Puis avec Ecublens (3e ligue, avec une ascension en 2e ligue). Ensuite au FC Le Mont (en 2e ligue, l'équipe venait d'être promue).
Entre le FC Ecublens et le FC Le Mont, il avait effectué un essai avec les espoirs du LS. Sans succès.
Alors qu'il jouait avec le FC Le Mont, il s'est blessé à l'aine, blessure récurrente qui a nécessité une opération. Une intervention qu'il recommande vivement, pour guérir.
Après une période de récupération, il a joué à nouveau avec ChavannesA-Epenex en 3e ligue, sans problème mais en faisant attention.
Parallèlement au football, il a été nageur au Renens-Natation durant 3 ans. Sa spécialité? Le 50m nage libre.

Quiz

 
01
sur
 

 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jacques Wullschleger

 

Un fou de sport. Et le mot est faible. Jacques Wullschleger (62 ans) a consacré sa carrière au journalisme sportif, d’abord pour la «Feuille d’avis de Lausanne» (devenue «24 heures»)dès 1972, puis au «Matin» dès 1984. Son palmarès parle pour lui: plusieurs Coupes du monde de football, des Tours de Romandie et d’innombrables championnats de hockey, tennis, natation, patinage artistique… Au final, des milliers d’articles, mais aussi des événements et des rencontres qui ont marqué l’homme.

_


S'abonner à ce blog:

S'abonner par mail:
Veuillez corriger votre adresse e-mail


Confirmer



Archives par sujet: