1 von 7


Une expérience unique à partager en famille. Pour se réchauffer (il fait 0 à –2 degrés Celsius dans l’igloo), un jacuzzi fort apprécié est à disposition des hôtes.

La fondue crée toujours la bonne humeur!

De véritables artistes sculptent l'intérieur des igloos.

Le jacuzzi pour oublier quelques instants la fraîche température ambiante.

Très accueillants, les villages d'igloos.

Tout l'art de construire un igloo.

Jeux de lumière qui habillent l'intérieur.

Dans la peau d’un esquimau

Sensations fortes Passer la nuit dans un igloo? Une expérience singulière à tout point de vue. Nous avons testé, sur les hauteurs de Davos.

Rendez-vous à la station de Weissfluhjoch, à 1000 m au-dessus de la grisonne Davos (1560 m). Les deux guides chargés de nous accompagner au village d’igloos situé à 2550 m donnent les instructions au groupe qui s’est réuni au restaurant. Jusqu’ici, tout va bien. L’atmosphère est décontractée et, surtout, la température agréable. Quelques instants plus tard et alors que le soleil se cache, il faut sortir chaudement habillé – des vêtements de ski sont recommandés –, chausser les raquettes à neige et, lesté de son matériel, descendre vers notre lieu d’hébergement d’une nuit. Il n’y a pas intérêt à traîner, car, même si le chemin est balisé, la tempête qui sévit et la nuit tombante brouillent les pistes. Je presse le pas. En une vingtaine de minutes, nous voici «chez nous». Mais pas question de retirer sa veste polaire. En effet, si la température extérieure affiche –12 °C environ, elle est de 0° à –2 °C à l’intérieur! Seule consolation, elle demeure constante.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

La fondue crée toujours la bonne humeur!

Un sauna pour se réchauffer

Un étroit couloir agrémenté d’objets prisonniers de la glace, qui en fait des tableaux originaux, conduit à la «pièce» la plus vaste, le bar et la salle à manger où comptoir et tables sont sculptés à même la glace. Divers autres animaux, pièces – poissons, ancre, cale de navire, etc. – rappellent l’univers marin. Les «locaux» sont égayés d’une lumière bleutée et les «chambres», que l’on commence à visiter, fort bien aménagées. Il y a même une suite avec toilettes intégrées!  
Les hôtes effectuent le tour du propriétaire, déposent leurs affaires, et il est déjà temps de prendre l’apéritif dans une ambiance bon enfant. Le concept séduit également hors de Suisse puisque des Allemands ont fait le déplacement de ce village d’igloos.
Dans la foulée, le plat de résistance est composé d’une soupe, puis d’une fondue bienvenue. Après trois heures dans cet univers gelé et aussi solide que du béton, les doigts et les orteils sont ankylosés. C’est le moment de passer au sauna – eh oui! – qui se trouve logiquement hors du village, puis de se relaxer dans le jacuzzi voisin. L’on revit… Pour rester à une certaine hauteur en termes de températures, un dernier verre s’impose dans la cabane en bois fraîchement construite et au centre de laquelle trône un feu régénérateur.
Il est temps de revenir vers l’igloo et de se glisser rapidement et légèrement vêtu – c’est conseillé – dans son sac de couchage, qui emmagasine et restitue la chaleur du corps. L’on est paré pour la nuit. Qui se passe agréablement. Dès potron-minet, un thé chaud est servi dans la «chambre». Avant un dernier effort pour remonter en raquettes à neige là où tout a commencé, à la station de Weissfluhjoch. Un petit-déjeuner copieux nous attend. L’aventure touche à sa fin. Enrichissante, mais refroidissante!

Villages d’igloos

Ils fêtent leurs 20 ans

La formule des villages d’igloos éphémères, initiée par le grimpeur invétéré Adrian Günter, a vu le jour voici vingt ans. Son objectif était simple: être le premier, au petit matin, à prendre des photos et trouver une neige immaculée pour snowboarder.
Désormais, 7 villages voient chaque année le jour: à Davos, Engelberg, Gstaad, au Stockhorn et à Zermatt pour la Suisse. Il y en a un en Allemagne (Zugspitze) et un dernier, franchisé, dans la principauté d’Andorre (Grandvalira). Un village d’igloos existe en Suisse romande, à Leysin (VD), où l’on peut se restaurer uniquement et assister à la messe!
Il ne fait pas partie du concept évoqué.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
SP
Publication:
lundi 22.02.2016, 14:25 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?