La couleur d’un vin donne des indications précieuses.

Découvertes

À votre santé! La dégustation du vin est un monde à part. Mais à l’aide de quelques astuces simples, les novices sauront vite trouver leurs marques dans l’univers des grands vins.

Ouvrir un glossaire de dégustation revient à pénétrer dans un univers ésotérique. Car si un non-initié peut encore se représenter la signification de termes tels «harmonieux», «fruité» ou «nuancé», confrontés à un jargon plus technique, même les amateurs de vin chevronnés en perdent leur latin. Sauriez-vous expliquer ce qu’on entend par «ailes d’abeille» (dépôts dans le vieux porto), «goût de bock» (odeur rappelant l’œuf pourri et le bouc, résultant d’un défaut de vinification lié à des composés soufrés) ou encore «moelleux» (se dit d’un vin élaboré à partir de raisins bien mûrs)?

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

À qui se fier?

«

Le plus important reste l’avis personnel»

Jan Schwarzenbach, œnologue et expert en vins pour Coop

Jan Schwarzenbach, œnologue et expert en vins pour Coop

Jan Schwarzenbach, œnologue et expert en vins pour Coop
Jan Schwarzenbach, œnologue et expert en vins pour Coop

Ces termes spécialisés sont le pain quotidien de Jan Schwarzenbach, œnologue et expert en vins pour Coop. Ils permettent de qualifier un vin avec précision. Toutefois, un œnologue n’est pas sans savoir que les professionnels ne sont pas toujours du même avis. «Robert Parker attribue par exemple au Château Figeac 2008 la note de 81 sur 100 seulement, arguant que le vin est mince et austère, avec des arômes végétaux, à consommer dans les 7-8 ans», explique-t-il avant d’ajouter: «René Gabriel, le plus réputé des critiques de bordeaux en Suisse en a une vision très différente. Il lui décerne 19 points sur 20, vantant ses mérites et situant sa période de maturité entre 2019 et 2035.»
Que doit en retenir un néophyte? «Que face à tout savoir technique, le plus important reste l’avis personnel», indique Jan Schwarzenbach en souriant. Car tout amateur de vin peut s’adonner à une dégustation digne de ce nom sans études d’œnologie préalables. C’est avant tout un plaisir que de pouvoir vraiment déguster ses «trésors» jusque-là préservés dans la cave, de les comparer et d’être en mesure de se forger sa propre opinion. Au restaurant ou entre amis, il est en outre simplement gratifiant de pouvoir exprimer ses préférences en matière de vin.

Premier coup d’œil

«Avec un peu d’entraînement, même des novices peuvent facilement se construire une culture élémentaire», indique Jan Schwarzenbach avant d’ajouter: «Pour l’essentiel, la dégustation consiste juste à observer, à sentir et à goûter le vin.» Voici ci-dessous les trois étapes qui permettent de savoir s’y prendre.
Versez le vin jusqu’à la partie la plus large du calice, tout au plus. Veillez à toujours tenir le verre par le pied ou par la base. Inclinez votre verre en le tenant devant un fond clair, de préférence blanc, et examinez le vin. Révélatrice, la couleur d’un vin livre des indications précieuses. Ainsi les vins blancs deviennent-ils plus foncés avec l’âge et pour les rouges, c’est l’inverse. Un dégradé de couleurs se forme entre le calice et la partie supérieure du bord. Plus le vin est âgé, plus la différence de coloration entre la paraison et la limite supérieure est grande. À ce stade, si vous souhaitez vous distinguer, vantez la «profondeur» d’un rouge, qualifiant la couleur intense des vins rouges dont le jus est resté assez longtemps en contact avec les peaux.

Place au nez

Sentez le vin en l’agitant par mouvements circulaires dans le verre. Répétez l’opération plusieurs fois. Vous percevrez ainsi la diversité des arômes, mais aussi d’éventuelles odeurs indésirables telles que l’odeur de bouchon. Flairez la typicité du vin. Peut-être sentirez-vous le chêne, indiquant que le vin a été élevé en barrique (un fût de chêne). Avec le temps et un peu d’entraînement, vous pourrez identifier les arômes typiques des différents cépages. Le nez permet également de juger l’intensité et l’expression du vin. Par exemple si le vin est fermé et plat, ou bien si au contraire, il est aromatique et intense. Et si vous savourez un grand bordeaux, vous pourrez alors aisément impressionner votre vis-à-vis en évoquant les notes de bois de cèdre que vous avez repérées.

Première gorgée

À présent, prenez une première gorgée de vin en bouche. Ce faisant, n’hésitez pas à grumer le vin. Aspirez en même temps un filet d’air et mâchez le vin. Cette technique de dégustation permet de faire passer des substances aromatiques dans l’arrière-bouche puis dans les fosses nasales, où elles sont alors à nouveau détectées par les récepteurs olfactifs. La langue et l’arrière-bouche perçoivent notamment le salé, le sucré, l’acide et l’amer. Ces sensations permettent d’évaluer si le vin est sec, aqueux, voire rugueux, caractéristique des vins tanniques. On vous qualifiera sans aucun doute de spécialiste si votre vin a des notes évoquant la résine et la noix et que vous louez son arôme balsamique.

La finale

Après déglutition, vous apprécierez ce que l’on appelle la finale d’un vin. Est-elle longue ou au contraire, l’arôme du nectar s’estompe-t-il rapidement? Est-elle sucrée ou plutôt neutre? Juste après l’avoir observé, senti et goûté, c’est au plus tard à ce moment que vous aurez une impression globale du vin, vous permettant de l’apprécier et de le comparer.

Vin très plaisant

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Le barbera est un cépage très populaire en Italie et encore plus spécifiquement au Piémont où il occupe une place prépondérante. Avec cette variété, on obtient des vins colorés, aux multiples facettes. Ils peuvent se montrer souples, fruités et légers, mais parfois on en déguste de bien plus coriaces, qui proposent des tannins et une acidité un peu ardus. Ce barbera d’Asti superiore offre un joli compromis de style avec un nez intense, ouvert, aux notes originales d’orange confite, de griotte et une touche plus épicée. L’attaque de bouche est tendre et fruitée, puis se développe sur une belle ampleur, soutenue par des tannins présents mais arrondis. C’est un vin très plaisant, équilibré et joyeux, il s’accordera idéalement avec des charcuteries italiennes, des antipastis, un bon plat de pâtes et de la bonne compagnie.

Barbera d’Asti Superiore La Luna e i Falò DOC, 2012

Prix: 14 fr. 95/75 cl
Origine: Italie, Piémont
Cépage: barbera
Maturité: 2016-2017
Disponible: dans les grands points de vente ou sur:
www.coopathome.ch

.

www.mondovino.ch

Réservé aux membres du club mondovino

Wine walking avec nos experts Dans toute la Suisse, Coop organise régulièrement des foires aux vins. En qualité de membre du club Mondovino, vous pouvez non seulement bénéficier de nombreux avantages ayant trait au monde du vin, mais aussi vous inscrire pour participer à un Wine walking lors d’une foire aux vins Coop.
Trente minutes durant, un expert vous guide dans l’univers passionnant de la foire aux vins Coop. Vous aurez alors la possibilité de déguster des vins étonnants et d’en discuter avec des amateurs de bonnes bouteilles, des amateurs éclairés et des spécialistes. La participation est limitée à dix personnes et l’inscription est gratuite pour les membres du club Mondovino.
Pour en savoir plus sur les Wine walking, rendez-vous sur: www.mondovino.ch/winewalking

Comment choisissez-vous vos vins?

Participez-vous à des foires ou à des dégustations? Ou vous laissez-vous conseiller par des amis?

Photo:
Alamy, SP, Colourbox
Publication:
lundi 29.02.2016, 13:50 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes