Nos quatre boulangers en herbe sont fiers des créations qu’ils pourront bientôt manger.

Des œuvres à croquer

A la Saint-Nicolas, les bonshommes en pâte sont rois. Débordant d’imagination, les enfants ont aujourd’hui décidé de confectionner des bonnes femmes en pâte, une tortue et un hérisson.

Le feu crépite dans le poêle. La table en bois est recouverte de farine. La cuisine de Claudia Frei, travailleuse sociale en milieu scolaire, est chaleureuse à tous points de vue. Aujourd’hui, les enfants des voisins sont là. Au programme: la confection de bonshommes en pâte. Des Grittibenz comme on les appelle outre-Sarine. «Les enfants aiment pétrir la pâte, former des figures imaginaires» commente l’assistante sociale, qui a souvent fait des pâtisseries avec les siens.

Justin serre la pâte entre ses mains pour former le cou de son bonhomme.

A Hinwil (ZH) où elle travaille, elle a lancé des cours de cuisine pour enfants qui affichent régulièrement complet. Pour Patrick (11 ans), Annina (10 ans), Justin (8 ans) et Jara (7 ans), l’exercice n’est pas nouveau et ils s’amusent bien en manipulant la pâte.
Pour former ces bonshommes en pâte, la joyeuse petite bande commence par faire un ovale un peu allongé avec de la pâte (pour la recette, voir page 13). Elle le découpe ensuite pour former les bras et les jambes. Friand de chocolat, Patrick a ajouté de petits dés de chocolat. Le groupe met un peu de pâte de côté pour les décorations, comme un bonnet ou une écharpe.

Justin transporte son œuvre dans le four.

«Je veux faire un lapin», annonce Jara, tandis qu’Annina se décide pour une tortue. Claudia Frei apporte des photos de bonshommes et d’animaux en pâte et montre aux enfants comment créer leurs sujets. De son côté, Jara en fait à sa tête. «Ce sont les oreilles de mon lapin», s’indigne-t-elle lorsque nous cherchons à savoir à quoi correspondent ces protubérances sur la tête.

De son côté, Jara dore au pinceau un lapin.

Des raisins secs, des noix ou des amandes sont enfoncées dans la pâte pour représenter les yeux ou les boutons. «Lorsque tu fais la tête, tu peux étrangler un peu ton bonhomme», explique la maîtresse du cours à Justin, qui s’exécute avec enthousiasme. Il prend ensuite la pâte mise de côté qu’il roule et place autour du cou du bonhomme avant de la nouer pour former une écharpe. A l’aide de ciseaux, il sculpte des cheveux et les recouvre de sucre en grains. Puis, il place une verge faite de petites branches maintenues par un fil de fer dans les bras du bonhomme de pâte. Autre élément incontournable: la pipe en terre. Justin est enchanté d’avoir réussi son Grittibenz. Il ne reste plus qu’à le badigeonner de jaune d’œuf avec un pinceau et à l’enfourner. Annina vient aussi de terminer sa petite tortue, qu’elle parsème de grains de sucre. Après avoir patienté presque une demi-heure, Justin jette un coup d’œil dans le four: «Ouah, il est devenu énorme!» Mmm! Et ça sent bon… La tortue d’Annina a tellement levé qu’on dirait un dinosaure. Les enfants présentent fièrement leurs bonshommes une fois qu’ils ont refroidi, et ils ont bien du mal à attendre de pouvoir en croquer une morce. 

Jara a noué une belle écharpe autour du cou de son lapin.

Le bonhomme en pâte: une longue histoire

Le «Grittibenz», connu sous le nom de «Grättimaa» à Bâle, d’«Elggermaa» en Thurgovie, de «Krampus» en Allemagne, de «Männele» en Alsace ou de Jean Bonhomme en Franche-Comté, est un bonhomme de pâte levée caractéristique de l’Avent. Sa forme stylisée de bonhomme fait référence à l’évêque Nicolas de Myre et à la fête de la Saint-Nicolas le 6 décembre. Au début du Moyen Age, ce bonhomme en pâte levée remplaçait la communion pour les pénitents et pour les malades – une coutume que la liturgie orthodoxe a conservée jusqu’à aujourd’hui en Europe de l’Est.

Pâte pour bonshommes

Ingrédients
500 g de farine à tresse
20 g de levure
2 cc de sel
1 cc de sucre
3 dl de lait
50 g de beurre
½ œuf battu

Préparation
Mélanger la farine et le sel et creuser un puits. Saupoudrer la levure de sucre, la réduire en miettes et la diluer dans un peu de lait tiède jusqu’à ce qu’elle soit liquide. Faire fondre le beurre et y ajouter le lait. Verser la levure liquide, le mélange lait-beurre et l’œuf dans le puits. Pétrir la pâte un quart d’heure, la recouvrir d’un linge et la laisser lever une à deux heures. La repétrir brièvement, la façonner, puis la cuire entre 25 et 40 min (selon la grandeur) à 200° C.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Texte: Martina Gradmann

Photo:
Christoph Kaminski
Publication:
lundi 02.12.2013, 12:30 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?