Markus Nyffeler ne peut s’imaginer de vivre autrement que parmi ses moutons.

Des agneaux entre ciel et terre

Alpage À près de 1800 m d’altitude, Markus Nyffeler élève des agneaux Pro Montagna de race, réputés pour leur viande. Une exploitation profitable aussi au paysage.

De là-haut, tout semble si petit. Si lointain. Rares sont les promeneurs à s’aventurer jusqu’à l’alpage du Kaiseregg (FR), à 1799 m d’altitude. «Le nombre de moutons les impressionne toujours», nous confie avec humour Markus Nyffeler.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Avec les 1200 bêtes de son troupeau, ce berger de 54 ans passe trois mois en altitude, changeant d’emplacement toutes les deux à quatre semaines. Manuela Bächtold (27 ans) l’accompagne et lui apporte son aide. Arrivés sur l’alpage depuis peu, ils vivent dans une yourte (ndlr: tente des nomades d’Asie centrale), sans électricité, ni eau courante, ni chauffage.
Ils se lèvent en principe dès les premières lueurs du jour. Le déroulement de la journée est dicté par les animaux. «Nous devons avoir un œil sur eux en permanence», confirme le berger. Il s’occupe de moutons depuis 25 ans, c’est dire s’il connaît leurs habitudes.

Des loups rôdent la nuit

Depuis huit ans, Markus Nyffeler peut compter sur ses chiens de protection. Ce n’est pas un luxe. En effet, depuis quelques années, des loups rôdent aux alentours des pâturages. Il n’en a jamais vu, mais il les entend parfois la nuit. Cet été, le berger a perdu trois bêtes. Sans les chiens, cela aurait pu être bien pire. «En une nuit, un loup peut tuer entre 10 et 15 bêtes. S’il y a des chiens, il ne peut s’en prendre qu’à une seule avant d’être repoussé.»
Qui dit moutons dit tonte. Ce qui arrive une fois par année. Mais sûrement pas pour l’argent que rapporte leur laine – ça ne suffit même pas à payer les tondeurs. Ce qui explique sans doute pourquoi Markus Nyffeler préfère élever des races connues pour leur viande. Si la plupart sont des moutons blancs (et bruns) des Alpes, soit «des espèces robustes, adaptées à la montagne», quelques-uns sont des suffolks. S’y ajoutent des bêtes de différentes races Pro Specie Rara. Une fois sevrés, vers 6 mois, les agneaux se mettent à brouter. Ils sont considérés comme des agneaux tant qu’ils n’ont pas perdu leurs premières dents, soit jusqu’à l’âge de 1 an.

Avantages de l’alpage

Les agneaux Pro Montagna rapportent environ 20 fr. de plus que les autres à Markus Nyffeler. La différence? Les premiers ont passé au moins les deux tiers de leur vie en montagne. Idéal pour ces animaux qui trouvent dans les versants des herbes grasses, idéal aussi pour le paysage dont ils empêchent l’embroussaillement. Le berger ne peut pas imaginer une autre vie. Fin septembre, il retourne deux à trois mois dans la vallée, puis reprend la route pour mener ses moutons paître sur les pâturages d’hiver. Seules les bêtes portantes resteront à l’étable.

Viande d’agneau et de mouton: production en 2014

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/45
Toutes les paroles aux actes
Nicole Hättenschwiler

.

Photo:
Heiner H. Schmitt, SP
Publication:
lundi 14.09.2015, 14:10 heure

Retrouvez toutes nos recettes