Il faut du temps, de l’amour et des règles claires pour apprendre à ses enfants à voler de leurs propres ailes. Une idée de sortie en famille? Le Papiliorama de Chiètres, dans le canton de Fribourg.

Des règles fixes avec ses enfants

Education. Treize semaines de vacances pour les enfants, quatre ou cinq pour les parents actifs. Un écart problématique? Interview de Margrit Stamm, chercheuse en sciences de l’éducation.

Coopération. Eduquer les enfants est-il plus difficile aujourd’hui qu’il y a trente ou soixante ans?
Margrit Stamm. C’est une tâche qui est devenue plus exigeante parce que l’individu moyen a beaucoup plus de connaissances et se pose plus de questions. Les sondages montrent que 80% des parents perçoivent l’éducation comme quelque chose de difficile.

Les parents craignent-ils davantage de faire des erreurs?
Oui, surtout dans la classe moyenne. Avant de prendre une décision, ces parents consultent d’abord un guide pratique, éventuellement un deuxième, ou se tournent rapidement vers un psychologue ou un thérapeute. Dans les familles qui n’ont pas accès à l’éducation ou celles issues de l’immigration, la situation est tout autre.

Les parents s’occupent-ils aujourd’hui plus ou moins de leurs enfants qu’il y a trente ans?
Les parents leur accordent beaucoup plus de temps. Cela s’explique notamment par la réduction du temps de travail. Mais cela est également dû à l’image de l’enfant, qui a complètement changé: tout tourne autour de lui aujourd’hui. Il y a trente ans, les parents étaient au cœur de la famille.

Pensez-vous que les enfants sont devenus plus difficiles?
Ce ne sont pas les enfants qui ont changé, mais leur environnement. Les règles et valeurs universelles qui nous donnaient un sentiment de stabilité ont disparu.  

Préconisez-vous un mode d’éducation «à la dure»?
Je n’irais pas jusque-là, mais il y a de ça. Beaucoup d’enfants n’ont plus de règles fixes auxquelles ils peuvent se fier. Les parents devraient formuler et imposer des règles de comportement claires pour chaque situation. Les parents s’attachent trop à discuter et négocier avec les enfants.

Margrit Stamm (63 ans) dirige l’institut de recherche Swiss Education.

Mais c’est ce que recommandent tous les guides pratiques…
Il doit y avoir des règles fixées par les parents et elles doivent être appliquées sans discussion. Il est par exemple important de fixer un temps limite devant la télévision ou l’ordinateur. Il ne faut pas vouloir tout décider avec les enfants: les parents démissionnent trop vite de leur rôle éducatif.

Les vacances scolaires constituent-elles un problème d’organisation pour les parents?
C’est problématique pour les parents actifs de combler les treize semaines de vacances scolaires. Mais malgré cela, peu se plaignent. La plupart se sont adaptés et ont trouvé une solution.

Comment occuper ses enfants pendant les vacances?
La majorité des familles ont un système de garde mixte, partagé entre les grands-parents, les voisins ou les mamans de jour. Il est donc difficile de donner des conseils pour tous. De nombreuses communes proposent des cours ou des camps de vacances. Une autre possibilité est de se regrouper entre parents et de créer un réseau afin d’assurer la garde des enfants pendant toute la journée.

N’est-ce pas envisageable de laisser occasionnellement les enfants seuls à la maison pour qu’ils apprennent à devenir indépendants?
C’est possible lorsque les enfants sont grands ou si c’est exceptionnel. Sinon je le déconseille. Les enfants qui vont à l’école primaire ne doivent pas rester régulièrement sans surveillance. Nous savons que les écoliers ont vite tendance à traîner dans les centres commerciaux et les gares.

Comment trouver une occupation intelligente aux grands?
Il y a les centres aérés, les passeports vacances. Du point de vue de la psychologie du développement, on peut dire que les préscolaires ont besoin d’un mode de garde complet, les primaires d’occupations basées sur la découverte et les adolescents d’activités stimulantes. Je déconseille de laisser un jeune de 14 ans inoccupé toute la semaine.

Propices aux révisions, les vacances?
Non. Les enfants ont absolument besoin d’une pause. Pendant les vacances d’été, il est recommandé d’utiliser la dernière semaine pour se préparer en douceur à la rentrée scolaire. Il ne s’agit pas de répéter tout le programme scolaire, mais plutôt de se préparer à reprendre l’école et de savoir à peu près où l’on s’était arrêté dans chaque matière.

Les jeunes devraient-ils chercher un job pour les vacances?
Oui, c’est bien. En Suisse, les jeunes dès 13 ans ont le droit d’effectuer des travaux légers, c’est-à-dire peu contraignants, ou des stages d’orientation professionnelle. Pour un jeune, laver des vitres ou assister le personnel d’une maison de retraite est une expérience qui a aussi une valeur pédagogique. Il acquiert des compétences qui lui seront bénéfiques dans la vie.

Combien de temps vos enfants peuvent-ils passer devant la télé?

«Peu en semaine, un peu plus le week-end et les vacances, surtout s’il ne fait pas beau»
Manuela Moulin

«Il n’y a pas de limitation chez nous. Nous regardons tous les jours la télé»
Jorge Ferreira

«Les filles ne regardent pas du tout la télé. J’enregistre la série animée «Caillou» le matin et elles peuvent la regarder l’après-midi. Elle dure vingt à vingt-cinq minutes»
Nathalie Kohler

Une visite qui donne des ailes

On peut observer septante espèces au Papiliorama de Chiètres!

Où vous rendre lors de votre prochaine excursion en famille? Au Papiliorama et au Nocturama de Chiètres (FR), un dépaysement total est garanti.

Dans la première «bulle» du Papiliorama s’ébattent quelque 1000 papillons exotiques! Environ 10% des 70 espèces qui y vivent se reproduisent directement sur le site.
Une deuxième «bulle» abrite le Nocturama, dont le vitrage spécial permet d’inverser le jour et la nuit. Il est ainsi possible d’effectuer en plein jour une promenade au clair de lune qui vous
fera découvrir les animaux des zones tropicales pendant leurs heures d’activité nocturne. Ce n’est pas si simple d’observer le paresseux: cet animal suspendu à l’envers dans les arbres dort vingt heures par jour!
Dans la troisième «bulle» se trouve le Jungle Trek, une réserve naturelle reconstituée qui est l’exacte réplique de la forêt tropicale du Belize, un petit Etat d’Amérique centrale. La Fondation Papiliorama possède au Belize une zone protégée de 11 000 hectares, financée par l’argent récolté au Papiliorama.

www.papiliorama.ch

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Thomas Compagno

Rédacteur

Photo:
Philipp Zinniker
Publication:
lundi 23.09.2013, 15:18 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?