«Bon! On y va?» Un chien est toujours prêt à partir à l’aventure. Et certains plus que d’autres!

Des sportifs et des chiens

On choisit moins un chien pour sa race ou son apparence, que pour son caractère: et son caractère doit être en accord avec le vôtre. Sinon…

Globalement, les chiens aiment les sportifs: ce sont des balades assurées. Si vous faites partie des fanas de l’effort physique, certains toutous vous conviennent particulièrement. C’est le cas de l’hyper-actif jack russel, celui qui plaît tant, et qui a viscéralement besoin d’éparpiller à tout vent son trop-plein d’énergie. «Dans le monde de l’équitation, les cavaliers ont souvent un jack russel, explique Mikaël Villard, notre conseiller canin. C’est un petit animal taillé pour se dépenser.»
Le border collie, gardien des troupeaux devant l’Eternel, lui aussi apprécie un maître sportif, dont en principe il ne s’éloigne pas trop, c’est sa nature. Pour son équilibre, le huskie a besoin de galoper, mais il est parfois difficile à garder près de soi – instinct de chasse oblige. «L’élégant berger australien est parfait pour un sportif, affirme Mikaël Villard, et tous les chiens de chasse trouvent leur équilibre dans l’exercice à haute dose, ils s’accordent très bien avec les amateurs de VTT.»
Pensez au caniche, les interminables promenades en forêt, les pas de course dans les prés lui conviennent à merveille, contrairement à ce que l’on pense. «Les fanatiques de natation choisiront un golden retriever qui se fera une joie de les accompagner.» Ne pas oublier les refuges, où sont abandonnés tant d’animaux, et où les soigneurs seront de bon conseil.

Pour les amoureux des chiens et du sport, quelques rappels: attention à ne jamais trop pousser le compagnon à quatre pattes durant la croissance, d’autant si c’est un grand chien. Car les à-coups et les efforts trop soutenus laisseront des séquelles au squelette et risquent de provoquer plus tard de graves rhumatismes. Autre détail essentiel: les repas. Ne jamais nourrir un chien avant une importante dépense physique, sous peine de provoquer un retournement d’estomac, mortel la plupart du temps. «Si le chien n’est pas soigné par le vétérinaire dans l’heure qui suit, il n’a aucune chance de survie.»
Pour préserver votre sportif à quatre pattes, lui donner 1/3 de sa ration le matin, puis petite balade et les 2/3 restants le soir après la journée bien remplie.

Libre: le SDF et le chat des rues

«Un Chat des rues nommé Bob» (Ed. Gawsewitch, 2013) fait un tabac en Angleterre depuis plus d’un an et demi. Le voici en français. Ce livre est le récit de l’amitié entre un musicien raté, ex-junkie SDF et un chat perdu, blessé. James Bowen, l’auteur et cohéros avec Bob, vient de s’installer dans un minuscule studio de la banlieue londonienne quand un soir, il découvre une boule de poils mal en point sur le paillasson. Après quelques jours d’hésitation, il décide de s’en occuper. Reconnaissant, le petit félin se laisse soigner, mais ça ne suffit pas, vétérinaire et médicaments sont nécessaires, Bowen y laisse son maigre pactole. C’est le début d’une aventure émouvante dans les rues de la capitale pour ce duo d’infortune qui finira… au hit-parade des best-sellers et bientôt à la télévision. Mais avant le succès, rien n’a été facile, et rien n’a séparé James et Bob. Un vrai témoignage d’amour.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Bernadette Richard

Journaliste, écrivaine et astrologue

Photo:
Prisma
Publication:
lundi 14.10.2013, 13:57 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?