Les saint-bernard n’ont jamais porté au cou de tonnelet rempli d’alcool. C’est le peintre anglais Edwin Landseer qui 
a inventé 
cette image, restée dans l’imaginaire collectif. 

Désalpe sans tonnelet

Saint-Bernard Les célèbres chiens emprunteront l’itinéraire 
de leurs ancêtres pour retrouver la plaine. 

Après un été passé à 2473 m d’altitude, à l’hospice du Grand-Saint-Bernard, une quinzaine de chiens s’ap-prête à rejoindre le chenil de Martigny. Une occasion pour les amoureux de la race de participer le dimanche 1er octobre prochain à cette désalpe particulière. À condition de s’inscrire à temps* car comme le précise Gabriel Friggieri, vice-directeur de la Fondation Barry, la journée demande une certaine organisation: «On accueille les gens au Super Saint-Bernard avec un café et on les amène en navette jusqu’au sommet du col où l’on partage une raclette. On quitte l’hospice vers 14 h, par groupe de 15 à 20 personnes en fonction du nombre de participants, pour une randonnée de 8 km qui nous ramène à notre point de départ à 17 h au plus tard.» Un itinéraire qu’empruntaient déjà les chiens du Saint-Bernard il y a plus de 250 ans, à la recherche de personnes égarées dans la neige.

Podium pour chien star

Cette désalpe boucle un été riche en nouveautés. Les chiens ont pu apprécier le confort des nouvelles installations: des espaces extérieurs spacieux pour la journée et de nouveaux box accueillants pour la nuit. Sans oublier un podium photo qui permet aux nombreux visiteurs d’immortaliser leur passage au sommet du col. Enfin, l’exposition démontrant la réalité du lien perdurant entre les chanoines du Grand-Saint-Bernard et leurs célèbres chiens, dont la présence est attestée depuis 1695 dans des documents graphiques, est à voir jusqu’au 10 octobre prochain.
C’est en avril 2005 que la Fondation Barry a repris l’élevage de la race qui, comme le souligne Gabriel Friggieri, n’est pas en danger. «On élève le saint-bernard partout dans le monde. Nous, on est là pour assurer la pérennité de l’élevage d’origine. Lorsque l’on a repris l’élevage, il y avait un risque qu’il disparaisse car il ne restait qu’une douzaine de chiens. Aujourd’hui, on a 36 chiens adultes. Sans compter les 12 chiots nés à la fin août.» Issus de deux portées, ces derniers seront présentés le 26 septembre au musée à Martigny où le public aura un mois pour les voir.

Tonnelet fictif

C’est toutefois Barry, ayant vécu de 1800 à 1812, qui reste le chien de sauvetage le plus célèbre du col. Il sauva la vie de plus de 40 personnes et son histoire a fortement contribué à la renommée du saint-bernard. Même s’il n’a jamais porté autour du cou le tonnelet d’alcool dont la légende affuble la race. C’est en 1820, par le peintre anglais Edwin Landseer, qu’apparaît l’image du tonnelet. Elle perdure aujourd’hui encore dans l’imaginaire collectif.

Informations et inscriptions par téléphone au 027 722 65 42 ou par e-mail: info@fondation-barry.ch

Line Gentsch-Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel

Line Gentsch-Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel
http://www.cooperation.ch/Desalpe+sans+tonnelet Line Gentsch-Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel

«Je suis allergique aux poils»

Fréquentes, les allergies aux poils d’animaux sont malheureusement souvent à l’origine des abandons. Prenez le temps de côtoyer l’espèce que vous souhaitez adopter, dans son environnement (poils, foin, litière), afin de vous assurer que vous ne manifestez pas de symptômes (éternuements, asthme, démangeaisons cutanées, etc.). Si l’allergie se déclare alors que vous possédez déjà un compagnon, des mesures s’imposent. Interdisez l’accès de votre chambre aux animaux et passez plusieurs fois par semaine l’aspirateur muni d’un filtre HEPA. Limitez vos contacts physiques et lavez-vous ensuite soigneusement les bras et le visage. Si malgré tout vous vous sentez gêné, demandez conseil à un allergologue. De nombreux traitements existent et permettent de bien gérer les allergies au quotidien, sans devoir se séparer de ses animaux. 

 
Une question animalière?

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Anne-Marie Cuttat

Rédactrice

Photo:
Fondation Barry, DR 
Publication:
lundi 18.09.2017, 13:10 heure



Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?