Melanie Su, Annina Thali et Jasmin Rigert ont achevé leur formation de designers textiles en juillet. Avec cette literie pour enfants, elles ont inventé un produit qui entre sur le marché par la grande porte.

Draps mignons pour rêves fantastiques

Design Des étudiantes en textile de la Haute école de Lucerne ont conçu les imprimés de la literie pour enfants Naturaline. Un exercice pratique à la fois instructif et ludique!

Sur les étagères s’amoncellent des bobines de fil multicolores, aux murs les collages de photographies et les esquisses se succèdent, tandis qu’un peu partout traînent des ébauches, des échantillons d’étoffes et des teintures textiles: dans l’atelier inondé de lumière, le désordre créatif témoigne du quotidien des étudiants en design textile de la Haute école de Lucerne (HSLU) d’art et design.
Durant leurs trois ans de formation bachelor, ils explorent le monde des tissus et expérimentent avec les matériaux, les couleurs et les formes.

Projet pratique

Pour un designer, rien n’est plus beau que de voir son projet se concrétiser en un produit commercialisable et accessible au grand public. Les étudiants ne savent pas vraiment ce qui les attend à la sortie de l’école, car les opportunités de se confronter à la pratique sont rares. Ursula Hersperger et Brigitt Egloff, enseignantes à la HSLU, ont donc confié aux étudiantes de deuxième année (ndlr: seules des femmes ont participé au concours) la tâche bien réelle de créer des literies pour enfants pour Coop Naturaline. «C’est un projet remarquable: il s’agit non seulement d’un exercice pratique, mais aussi d’un produit durable. Or la durabilité constitue un thème majeur de la formation», explique Ursula Hersperger, designeuse de mode. Coop s’est impliquée avec enthousiasme, s’engageant à produire à ses frais les designs jugés commercialisables.
Les douze étudiantes participant au projet disposaient de six semaines pour créer trois motifs, déclinés chacun dans trois coloris et combinables entre eux. Le processus de création a été structuré de manière à refléter autant que possible le travail quotidien d’un designer face aux attentes du marché. «C’était la première fois que nos étudiantes créaient une collection. Nous en avons défini les bases avec elles», raconte Brigitt Egloff, qui a elle-même étudié le design textile à la HSLU, il y a trente ans de cela.
Qui choisit la literie dans la chambre d’enfant? Quels motifs, quelles couleurs plaisent le plus aux bambins? Et à leurs parents? Comment favoriser le sommeil des enfants?

Melanie Su

Travail de recherche

Les étudiantes ont cherché les réponses à de nombreuses questions en définissant leur public cible. Elles ont étudié les analyses de marché, se sont fait une idée de l’offre disponible et de ce qui manque pour combler les vœux des grands et des petits. Toutes ces informations ont nourri le travail créatif en atelier.
«J’ai développé le thème de l’envie de voler, explique Annina Thali (25 ans), dont le projet a été sélectionné. Je me souviens que petite, je pouvais influencer mes rêves, les choisir. Le plus souvent, je voulais voler. Je grimpais sur le dos d’un grand oiseau, me cramponnais et décollais… Mes motifs sont principalement des oiseaux avec de drôles de têtes et des ailes à pois. La palette que j’ai choisie, constituée de couleurs naturelles et douces, convient aussi bien aux garçons qu’aux filles.»
Le travail de la jeune femme fait partie de la centaine d’idées, parmi lesquelles les responsables Coop pour le textile ont sélectionné cinq motifs à produire. Beatrix Kessler, du marketing de Coop, explique pourquoi leur choix s’est arrêté sur les designs de Jasmin Rigert, Melanie Su et Annina Thali: «Mis à part l’aspect artistique de leur travail, nous avons pris en compte le potentiel de commercialisation. Et ces articles devaient s’intégrer dans l’assortiment Naturaline existant.»
Pour coller au plus près aux attentes du public, Melanie Su (24 ans) a demandé à une classe de filles ce qu’elles souhaitaient pour leur literie. «Ce n’était pas très encourageant: elles voulaient Justin Bieber ou la tour Eiffel… Mais lorsque je leur ai présenté ma collection, elles ont trouvé les cœurs super!» Beatrix Kessler admire la créativité dont ont témoigné tous les travaux soumis. Et elle n’exclut pas une nouvelle collaboration avec la Haute école de Lucerne.

Attrape-rêves pour petites marmottes

Les literies amusantes peuvent inspirer des histoires aux enfants, les motifs peupler leurs rêves. La qualité des matières joue un rôle essentiel, car les textiles régulent l’humidité pour un sommeil sain. Le coton conjugue plusieurs avantages: il est doux et résistant, n’irrite pas la peau, respire, est absorbant et lavable à hautes températures. La literie Naturaline de Coop est produite avec du coton bio, suivant des principes de durabilité environnementale et sociale.
Les nouveaux motifs des jeunes designeuses sont désormais disponibles chez Coop City et dans les grands supermarchés Coop. 

Literie (65 × 100/160 × 210 cm), 74 fr. 95

Pour dessiner leurs motifs, Jasmin Rigert, Melanie Su et Annina Thali se sont inspirées entre autres de leurs souvenirs d’enfance.

Jasmin Rigert (23 ans)

Marmottes et autres animaux.

Sur quelle idée se base votre design?
J’ai choisi le thème de la collection. Enfant, je collectionnais des plumes, des pierres et des coquillages, que je conservais précieusement, comme un trésor. Les objets racontent des histoires et invitent au rêve. J’ai réalisé des dessins pleins de fantaisie, joyeux et amusants, pour des enfants avides de découvertes. En ce qui concerne les motifs, je me suis inspirée de la variété de ma propre collection. Puis, sachant que les enfants se font une joie d’ordonner leurs collections selon certains critères, j’en ai fait de même avec mes motifs pour mettre en évidence le thème de la collection.

En quoi a consisté votre principal défi?
Concevoir un produit pour une clientèle à la fois concrète et vaste.

Cette literie est-elle votre premier produit commercial?
Jusqu’à présent, j’ai dessiné des foulards de soie qui ont été vendus dans une foire de design. Mais cette literie est mon premier produit  commercialisé à une telle échelle.

Quel est l’aspect de votre travail que vous préférez?
J’aime beaucoup expérimenter avec différents matériaux ou différentes combinaisons de techniques textiles pour parvenir à des résultats étonnants. J’adore les défis techniques.

Et comment envisagez-vous l'avenir?
Je vais chercher du travail en Suisse et à l’étranger. J’aimerais avoir l’occasion d’approfondir les domaines de l’impression textile et de la broderie.

Melanie Su (24 ans)

Les motifs à cœurs

Sur quoi vous êtes-vous concentrée lors du processus de création?
Sur un public de jeunes filles. J’ai essayé de créer une atmosphère tendre, pleine de fantaisie et de rêve. Pour mon thème, j’ai pensé aux griffonnages dans les journaux intimes et aux rêves des petites filles. Voulant un design à la fois simple et raffiné, j’ai choisi un symbole unique – celui des cœurs – mais traité et colorié de différentes manières.

Comment avez-vous abordé cette tâche?
Pour mieux connaître mon groupe cible, j’ai demandé à une classe de filles ce qu’elles souhaitaient pour leur literie.

Et qu’ont-elles répondu?
Ce n’était pas très encourageant: elles voulaient Justin Bieber ou la tour Eiffel... Mais lorsque je leur ai présenté ma collection, elles ont trouvé les cœurs super, mieux même que Justin Bieber!

En tant que designer, quelle est votre spécialité?
J’aime dessiner à la main. J’apprécie aussi les combinaisons de couleurs inhabituelles et cool.

Qu’allez-vous faire après votre formation?
Je suis designer pour la marque zurichoise Seidenmann. J’aimerai aussi réaliser quelques produits de mon côté. Il y a des opportunités et pour les saisir, il faut avoir de bonnes idées et surtout persévérer.

Votre souhait pour l‘avenir?
Rester toujours créative! J’espère aussi que les textiles retrouveront une place de choix dans la société et que la tendance aux produits bon marché jetables va régresser.

Annina Thali (25 ans)

Avions en papier et oiseaux

Quelle a été votre idée de départ?
J’ai développé le thème de l’envie de voler. Je me souviens que petite, je pouvais influencer mes rêves, les choisir. Le plus souvent, je voulais voler. Je grimpais sur le dos d’un grand oiseau, me cramponnais et décollais… Mes motifs sont principalement des oiseaux avec de drôles de têtes et des ailes à pois. La palette que j’ai choisie, constituée de couleurs naturelles et douces, convient aussi bien aux garçons qu’aux filles.

Comment avez-vous procédé?
J’ai essayé de me souvenir de la literie dans laquelle j’aimais dormir enfant, des motifs et des tissus que je préférais. Je suis aussi allée emprunter des livres pour enfants dans une bibliothèque, histoire de me replonger dans un univers enfantin.

Quelle a été pour vous la principale difficulté?
En général, ce ne sont pas les enfants qui choisissent la literie et l’achètent, mais les parents. Il était donc essentiel que mon design attire également les adultes. Mon principal défi a été de créer un produit qui plaise aux deux générations.

Travaillez-vous plus volontiers à la main ou à l’ordinateur?
A la main. Au début d’un projet, je prends le temps d’expérimenter avec différents crayons et stylos, avec de la peinture, du papier, des ciseaux, de la colle et différents matériaux pour faire naître les idées et les rassembler. J’aime que l’on sente le travail manuel dans le produit fini. Pour ce projet, par exemple, j’ai commencé par sprayer et peindre les feuilles que j’ai ensuite pliées pour en faire les avions en papier. Les oiseaux sont eux aussi de vrais collages, ils n’ont pas été créés sur un écran d’ordinateur.

Quel est votre souhait pour le futur?
Pouvoir m’envoler vers mon avenir aussi légère, libre et joueuse que les oiseaux de la literie.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Yvonne Fertsch
Photo:
Christoph Kaminski
Publication:
lundi 10.10.2016, 14:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?