Klaus Sparer, directeur de la Cave de Bolzano, devant les cuves en inox.

Du grand art au Tyrol du Sud

Dans le Tyrol du Sud, la vigne trouve les meilleures des conditions. Et des vignerons qui maîtrisent leur sujet.

Le Tyrol du Sud distille un charme auquel il est difficile de résister. Les Dolomites constituent le point le plus élevé de cette province et sont, selon Le Corbusier, la plus belle création de la nature. Sur les plus hautes pentes de ces montagnes s’épanouissent des cépages blancs tels que le sauvignon ou le traminer. On retrouve le cabernet et le merlot dans les endroits plus chauds, en contrebas.
Le Tyrol du Sud se distingue plus encore par ses habitants qui vous saluent avec un chaleureux Griass di et un Pfiat di («Que Dieu vous garde»). On y rencontre aussi des citoyens fiers de leur pays, comme Klaus Sparer, directeur de la Cave de Bolzano. Cette cave reste bien fraîche malgré la chaleur écrasante. Et le directeur de préciser en allant au chai: «En été, Bolzano est la ville la plus chaude d’Italie.» Mais seulement jusqu’à 16 h. Ensuite, le vent frais d’Ora se lève. Dans la cave, la température oscillant entre 15 et 20° C permet aux vins de développer leurs arômes et leur acidité.

Vue de Terlan, près de Bolzano, en direction du col de la Mendola.

La peur au ventre

Bolzano et sa cave sont des hauts lieux de l’histoire des vins sud-tyroliens. Klaus Sparer nous conduit dans un sous-sol édifié en 1870. Entre les petits tonneaux et les immenses fûts de 5000 litres, il nous raconte l’histoire de la viticulture de sa région. Elle se confond avec celle de sa famille. Autrefois, les gens vivaient dans une extrême précarité. Anton Sparer, le grand-père du directeur, vendait son raisin à des marchands qui exerçaient une grande pression sur les prix et faisaient la pluie et le beau temps. Un jour, peu avant les vendanges, l’un d’eux lui disait: «Anton, cette année, je n’ai pas besoin de ton raisin.»
Pour ne plus vivre avec la peur au ventre, les vignerons sud-tyroliens ont fondé des coopératives dont la Cave de Bolzano, jadis privée. Ils produisaient bon an mal an des quantités importantes de vin bon marché, également pour la Suisse.
«Les affaires des viticulteurs ont brusquement périclité au début des années 1980, se souvient Klaus Sparer. Une approche différente s’est imposée, d’abord chez les clients, et ensuite inévitablement chez nous. La qualité devait primer la quantité.»
Aujourd’hui, la production est passée de 10 000 litres à 6000–7000 litres de vin par hectare. La culture en espalier a remplacé le système traditionnel de pergola. En outre, une nouvelle génération de vignerons a pris le relais.

Le Tyrol du Sud offre les meilleures des conditions pour la culture de la vigne.

«Les machines ne font pas tout»

Issu d’une vieille famille noble, Christian Graf Huyn en fait partie. Le comte qui vit dans une bâtisse millénaire accorde beaucoup plus d’importance à la qualité de sa vigne qu’à son titre. Dans cette optique, il a revendu la machine qu’il utilisait pour l’effeuillage de la vigne. «Elaguer correctement la vigne, c’est tout un art. Un art que les machines ne maîtrisent pas.» La vendange se fait, elle aussi, à la main. Si Christian Graf Huyn cultive du merlot et du traminer, il privilégie toutefois le sauvignon blanc. «La Cave de Bolzano produit 35 000 bouteilles de sauvignon blanc par année. Elles sont ensuite commercialisées en Suisse, chez Coop.»
Dans les murs en pierres sèches qui délimitent les vignes, on peut entendre et parfois apercevoir des lézards qui se taillent à toute vitesse entre les pierres. Des chevreuils de la forêt d’à côté viennent manger les raisins. Un méchant géant est enterré tout près du domaine, à Siebenlinden. «Les nains l’ont saoulé et enterré avant de planter des tilleuls sur sa tombe», s’amuse Anna, la fille du comte. Ce dernier ouvre une bouteille de sauvignon. Il se dégage des arômes d’orties, de citron, de pierre et de menthe, comme si l’on avait mis le Tyrol du Sud en bouteille. En le buvant, on croit goûter le rire d’Anna lorsqu’elle parlait du géant.

Chez Coop trois vins du tyrol du sud

Tyrol du Sud DOC Lagrein Grieser Baron C. Eyrl, 2013

Bouquet varié avec des arômes de sureau, des notes finement épicées. Très bon rapport qualité prix.
13 fr. 95/75 cl. (Disponible dans les grands points de vente.)



.

Tyrol du Sud DOC Lagrein Riserva Prestige, 2011

Un vin harmonieux bien charpenté, vieilli un an en barrique. Tanins mous particulièrement bienvenus.
22 fr. 50/75 cl. (Disponible dans les grands points de vente.)


.


Tyrol du Sud DOC Sauvignon Blanc Graf Huyn, 2013

Sec et vivace, frais et fruité, avec une acidité prononcée, équilibré.
14 fr. 95/75 cl. (Disponible dans les grands points de vente.)



.

Harmonieux

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Ce cru est produit sur les terroirs de Navarre, au détour de l’Ebre.
La Bodega Julián Chivite sélectionne les meilleurs lots de tempranillo, grenache, merlot et cabernet sauvignon, pour en faire un assemblage harmonieux et dense. Le parfum de ce vin invite aux voyages, il est complexe, ouvert et intense avec un premier nez aux fragrances «kirschées», suivi d’un fin mélange d’épices douces qui vient compléter le tableau, un paysage de soleil où il fait bon vivre. Sa bouche ample et soyeuse enrobe une belle trame tannique. Un vin riche chaleureux, mais d’une étonnante élégance, qui se fera l’idéal compagnon d’une viande rouge de choix ou pourquoi pas d’un morceau de Manchego corsé.

Le vin

Don Pascual Selección Navarra DO, 2011

Prix: 22 fr. 95/75 cl
Origine:
Espagne
Région:
Navarre
Cépage:
tempranillo, grenache, cabernet sauvignon, merlot
Maturité:
2015-2018
Disponible:
dans les grands points de vente ou sur:

www.mondovino.ch
www.coopathome.ch

Texte: Franz Bamert

Photo:
Arno Balzarini, SP
Publication:
lundi 08.09.2014, 08:00 heure

Retrouvez toutes nos recettes