La bâtisse de couleur saumon du Domaine des Virets, à Saint-Léonard, se détache au milieu des vignes.

Emplacement de choix pour le heida

Nouveauté Pour marquer ses vingt ans de collaboration exclusive avec Coop, le Domaine des Virets, à Saint-Léonard, accueille un nouveau cépage au sein de son vignoble. Le heida, aussi appelé païen, y a désormais sa place.

«

Quand on plante une vigne, c’est pour trente ans…»

Pierre-Alain Mathier, propriétaire du Domaine des Virets

À Saint-Léonard, sur la rive droite du Rhône, pas besoin de boussole ni de GPS pour localiser le Domaine des Virets. Depuis le cœur du village, il suffit de lever la tête pour voir la bâtisse saumon se dresser fièrement, presque au sommet de la colline. De loin, la cave se fait surtout remarquer pour l’emplacement idéal qu’elle occupe. De près, le Domaine des Virets n’est pas une cave comme une autre. Ici, le propriétaire a une âme de pionnier.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Quand il a acheté ce domaine, Pierre-Alain Mathier (50 ans) savait déjà qu’il allait le gérer à sa façon: «C’est très spécial. Quand j’ai eu cette opportunité il y a vingt ans, j’ai assez vite choisi de ne travailler qu’avec un seul client, Coop en l’occurrence.»
Aujourd’hui, le Domaine des Virets fait partie des plus grands vignobles du Valais. «Tous les parchets sont situés sur le coteau. Une équipe travaille la vigne et Ivan Imboden, le régisseur du domaine, vinifie les raisins et s’occupe des travaux en cave. «Je le connais depuis l’enfance puisque sa famille et la mienne, toutes deux dans le domaine du vin, collaboraient déjà.» De Zurich, où il a son occupation principale, Pierre-Alain Mathier s’occupe des ventes et de la comptabilité: «On ne peut pas négocier le tout chaque année. Des contrats nous lient.»

Vigneron de génération en génération

La vigne, Ivan Imboden (46 ans) l’a apprivoisée dès son enfance passée à Salquenen: «Mon arrière-grand-père, mon grand-père, puis ma mère ont tous participé aux travaux du vignoble et de la cave. Il en a été de même pour moi. Aujourd’hui, lorsque les travaux ne durent pas trop longtemps, il m’arrive d’emmener mes fils de 8 et 6 ans de temps à autre. Ma fille est encore trop petite.» L’œnologue formé à l’Agroscope de Wädenswil (ZH) habite toujours Salquenen où son épouse est enseignante. «Mon épouse est bilingue et parle le français avec nos enfants. Moi, je suis venu de Salquenen à Saint-Léonard avec l’idée d’apprendre le français. C’est chose faite, mais je suis toujours là.»
Pierre-Alain Mathier, lui, se sent davantage propriétaire que vigneron, même s’il a également grandi dans une famille appartenant au domaine du vin. «J’ai choisi un parcours différent. Émotionnellement, il était difficile pour moi de me sortir du milieu viticole et de ma famille. L’achat du Domaine des Virets m’a permis de quitter le Valais tout en y gardant un lien.»

Une collaboration unique

Aujourd’hui, la collaboration entre fournisseur et client satisfait le propriétaire: «Je crois que nous sommes le seul domaine à travailler ainsi. La marque nous appartient. Ce travail exclusif est une question de confiance. Chaque année, les acheteurs de Coop viennent ici. Avec notre œnologue Ivan Imboden, ils dégustent chaque cuve. Si l’une ou l’autre n’atteint pas le niveau de qualité requis, la désignation Domaine des Virets ne peut être attribuée. Cela arrive presque chaque année avec l’une ou l’autre cuve, mais cette façon de procéder nous permet d’avoir le contrôle de la qualité jusqu’au marché.»
L’embouteillage est assuré par Coop dans son centre de mise en bouteilles à Pratteln (BL). «Je leur fournis le vin et les étiquettes. Ils se chargent de venir chercher le vin et de le mettre en bouteilles. Je préfère confier ce travail à des professionnels plutôt que de le faire ici en semi-professionnel.» Pour Pierre-Alain Mathier, les débuts tenaient tout de même un peu de l’aventure. «Entre-temps, on a décroché beaucoup de médailles et ma collaboration avec Coop permet au consommateur de trouver un vin authentique avec un excellent rapport qualité-prix.»

Ivan Imboden, régisseur du Domaine des Virets

«

Dans ma famille, on est vigneron depuis des générations »

Ivan Imboden, régisseur du Domaine des Virets

Rouges et blancs

Le Domaine des Virets produit trois vins. D’une part, un excellent fendant de Saint-Léonard d’une grande richesse, qui accompagne les apéritifs, les poissons et les mets au fromage. D’autre part, un charmant pinot noir de Saint-Léonard, bon compagnon de viandes rouges et de gibiers. Enfin, un puissant pinot noir Réserve de Saint-Léonard qui, fort de son passage en barrique, s’épanouit autour de viandes rouges corsées ou de viandes séchées. «Le lien avec l’appellation Saint-Léonard est très important. Fendant et pinot noir proviennent de cette appellation forte, qui représente les racines du domaine. Pour les clients, il est important de savoir où sont produits les vins», précise Pierre-Alain Mathier. La collaboration entre Coop et le Domaine des Virets fête cette année ses vingt ans de partenariat exclusif. À cette occasion, le Domaine des Virets produit un heida. Une première. «Au départ, précise le propriétaire, le domaine était surtout planté de pinot noir et de chasselas. C’est encore le cas aujourd’hui. Avec Coop, on a constaté il y a une dizaine d’années que le cépage heida avait le vent en poupe. Et, d’un commun accord, nous avons décidé que les parchets défoncés seraient replantés en heida. Ce qu’on a fait il y a dix, huit, sept et six ans. La qualité est désormais au
rendez-vous et les premières bouteilles de Heida Domaine des Virets arrivent sur le marché.» Une preuve de la collaboration étroite qui lie Coop et le domaine. «Quand on plante une vigne, c’est pour trente ans. On n’a pas le droit à l’erreur.» Comme le souligne Ivan Imboden, le heida, à l’origine plutôt cultivé dans le Haut-Valais, s’est très bien acclimaté à Saint-Léonard.

Coup d’œil sur les vignes et la plaine du Rhône depuis le bâtiment du domaine.

Canal de vente exclusif

«La coopération entre le Domaine des Virets et Coop est une chance et montre que le commerce de détail est un débouché intéressant pour les producteurs. Dans ce cas précis, nous maîtrisons la qualité et nous pouvons offrir à nos clients de jolis vins à un prix correct. C’est un raisonnement gagnant-gagnant», explique Ludovic Zimmermann, acheteur de Coop pour les vins du Valais.
«Le Domaine des Virets est un bel exemple de réussite. Les vins produits sont de belle qualité et les consommateurs plus nombreux. Le canal de vente exclusif via Coop permet d’assurer une distribution nationale et garantit la qualité des produits», précise le collaborateur de Coop.
Aujourd’hui, Pierre-Alain Mathier passe davantage de temps à Saint-Léonard avec sa famille. «Je suis très attaché au domaine, même si je n’ai rien d’un vigneron classique. On s’y sent à l’aise et ce matin encore, Léonard, mon plus jeune fils, m’a dit de ne jamais le vendre.» Le Domaine des Virets est un endroit magique, l’endroit où le vent vire...

Hheida: il n’arien de païen

Le cépage heida, aussi appelé païen dans le Valais romand, appartient à la famille des traminers rassemblant des cépages très aromatiques.
Il produit des vins plaisants, au nez d’agrumes et fruits exotiques, structurés et offrant une belle vivacité en bouche.
Pour le docteur José Vouillamoz, spécialiste de renommée internationale, le païen (appelé heida dans le Haut-Valais) est considéré comme un cépage traditionnel valaisan. «Le premier document attestant sa présence en Valais date de 1586. On sait qu’il est identique à ce qu’on appelle savagnin dans le Jura français ou traminer en Allemagne. En Valais, il est plus connu sous le nom de heida. Le mot païen a une connotation religieuse alors que le nom du cépage n’a rien à voir avec la religion. Dans le dialecte haut-valaisan, heida veut dire très vieux, très ancien, remontant à des temps païens…»

Domaine des virets

Trois vins de Saint-Léonard

Valais AOC Heida Saint-Léonard, Domaine des Virets 2014, 75 cl
Ce heida, dont la cuvée 2014 est la première, marque les 20 ans de partenariat exclusif entre Coop et le Domaine des Virets. Pour l’apéritif et avec le poisson de mer.
14 fr. 95/75 cl.

Valais AOC Fendant Saint-Léonard, Domaine des Virets 2013, 75 cl
Superbe bouquet fleuri avec de fines nuances de levure, une attaque épicée et fraîche. Pour l’apéritif, le poisson, les crustacés et les plats à base de fromage.
9 fr. 95/75 cl.

Valais AOC Pinot Noir Saint-Léonard 2014, 75 cl
Bouquet épanoui de fruits mûrs, de framboise et des notes épicées. Idéal avec viande rouge, fromages à pâte tendre.
12 fr. 95/75 cl.

* Les vins sont en vente dans les grands magasins Coop et sur: www.mondovino.ch

À boire jeune

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Le Souverain est un assemblage de pinot noir et de gamay, qui ­développe au nez des fragrances de cerises et de marc frais. Il est chaleureux au palais, avec un beau volume et des tannins présents mais souples qui soutiennent la fin de bouche. Il est vinifié par les Celliers du Chablais, une entité qui existe depuis 1904 et qui regroupe actuellement 135 producteurs.
Orné du joli slogan qui déclame «pluralité dans le terroir, harmonie dans le produit», ce vin rouge
se boit jeune, tout en simplicité, avec de la viande rouge ou blanche, des mets aux tomates ou avec le délicieux duo de fromages et patates en robe. N’hésitez pas à le rafraîchir avant le service et d’utiliser une poche à glace.

Chablais AOC Aigle rouge Le Souverain, 2014

Prix: 14 fr. 95/75 cl
Origine: Vaud
Cépages: pinot noir, gamay
Maturité: 1-5 ans après la récolte
Disponible: dans les grands points de vente ou sur: www.coopathome.ch

.

www.mondovino.ch
Photo:
Sedrik Nemeth
Publication:
lundi 20.07.2015, 14:10 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes