1 von 12


Le bonhomme de neige Olaf, héros de «La Reine des neiges» (sortie le 4 décembre), dans le décor glacé du film.











En Avent toute pour Disneyland

Jusqu’au 6 janvier prochain, le parc d’attractions parisien célèbre la période de l’Avent et les fêtes de fin d’année. Une période nimbée de magie et agrémentée de nouveautés. Florilège.

La saison hivernale recèle sa touche de magie à Disneyland Paris. D’un côté, un nouveau sapin de Noël géant orné de plus de 1000 éléments et de 2600 ampoules LED. De l’autre, le château de la Belle au bois dormant, qui, la nuit tombée, s’illumine du  spectacle inédit Disney Dreams! (feux d’artifice compris), show auquel les spectateurs prennent entièrement part grâce à des oreilles de Mickey révolutionnaires (Disney Light’Ears), qui battent le rythme coloré au diapason du château – génial et unique!
Entre les deux, sur Main Street, la neige tombe. Authentique. Les enfants sont bien sûr rayonnants, mais les parents aussi, qui se laissent imprégner par cette atmosphère si particulière de l’Avent.
Toujours au chapitre des nouveautés, Elsa et Anna, les deux princesses du long métrage La Reine des neiges (Frozen), à sortir le 4 décembre en Suisse romande, se joignent à la fête – c’est d’ailleurs Olaf, le bonhomme de neige du film, qui donne le coup d’envoi de Disney Dreams!
Une cavalcade revue et corrigée sillonne le parc plusieurs fois par jour et le Père Noël est la tête d’affiche – une première – de la parade: il hérite de son propre village et un endroit spécifique lui est dédié afin que les visiteurs puissent se faire tirer le portrait en sa compagnie. Enfin, l’attraction it’s a small world a gagné en couleurs et s’avère encore plus populaire.
Quant aux Walt Disney Studios voisins, ils accueilleront une nouvelle attraction, Ratatouille (tirée du long métrage du même nom), au début de l’été 2014.
«Nous avons en outre rouvert l’hôtel Sequoia Lodge, qui compte quelque 1000 chambres et inauguré le Golden Forest Club, disposant de quatorze suites et de 110 chambres standard.
Le Santa Fe, apprécié des enfants, a été rénové, qui se décline aux couleurs du film Cars. Notre plus grand établissement, le Newport Bay Club, avec ses 7 km de corridors(!), entre dans une phase de restauration de deux ans», indique Julien Munoz, directeur du marketing et des ventes internationales de Disneyland Paris.
Une destination qui ne se repose manifestement pas sur ses lauriers.

Visiteurs en baisse, dépenses en hausse

Même si Disneyland Paris reste la première destination touristique européenne, elle a perdu plus d’un million de visiteurs en 2013 (-7% de fréquentation des deux parcs et recul de 4,7 points à 79,3% de l’occupation des hôtels – perte de 100 000 nuitées). Trois raisons à cela: la crise économique qui frappe l’Europe et la France (qui fournit logiquement la majorité de la clientèle), le printemps pourri et un retour à la «normale» après les festivités de 2012 du 20e anniversaire de Disneyland Paris et son record de visiteurs: 16 millions. Un chiffre retombé à 14,9 millions en 2013 (l’exercice comptable s’est achevé fin septembre). Le chiffre d’affaires a baissé de 1,1% à 1,6 milliard de francs. La dépense moyenne des touristes en provenance de tous les marchés a augmenté: 58 francs en 2013 contre 56 francs en 2012. La perte nette est réduite de 26,4 millions à 93,6 millions de francs, reflétant l’impact positif du refinancement de la dette en 2012.

Mickey: grand pourvoyeur d’emplois

Disneyland Paris et ses deux parcs (le principal et les Walt Disney Studios) emploient plus de 14 500 personnes (une centaine de nationalités) sur le site de Marne-la-Vallée. Elles sont engagées dans quelque 500 corps de métier... Près de 87% des salariés, dont l’âge moyen est de 34 ans, sont au bénéfice d’un contrat à durée indéterminée (CDI). Le nombre d’employés handicapés se monte à 500. L’ancienneté moyenne est de 7 ans et 10% du personnel travaille dans l’entreprise depuis son ouverture.
En 2014, 6000 recrutements (internes et externes) sont prévus sur la base de tous les types de contrats.

Paris mise en culture

L’une des patinoires en plein air de Paris se trouve devant l’Hôtel de Ville.

Découvrir Vallotton en grand
C’est la première rétrospective depuis cinquante ans du peintre d’origine lausannoise Félix Vallotton. Ses 110 peintures et 60 gravures exposées permettent de prendre la mesure du talent de ce peintre prolixe qui à sa mort, à 60 ans, a laissé plus de 1700 toiles, 250 gravures et des centaines d’illustrations. Il avait un sens cinématographique du cadrage, des aplats de couleurs audacieux et un œil capable de saisir le sous-texte en toute situation, en particulier dans les appartements bourgeois et derrière les faux élans d’amour.
Naturalisé Français en 1900, revendiqué à la fois par la Suisse et par la France, Vallotton est néanmoins classé «artiste suisse» pour le marché de l’art, d’où une cote plus basse. Ce que n’atteste pas la file des visiteurs qui se pressent à l’expo depuis des semaines!

Au Grand Palais jusqu’au 20 janvier

www.grandpalais.fr

Musarder sur les nouvelles Berges de Seine
Entre les ponts Royal et de l’Alma s’érige depuis juin dernier une nouvelle promenade, longue de 2,3 km, le long de la Seine. Au cœur de ces nouvelles Berges, un jardin flottant de 1800 m2 construit autour de 5 ambiances végétales, 55 arbres au bord de l’eau, 220 arbustes et 1920 graminées de toutes tailles. Elles accueillent actuellement un couple de chaises inséparables dessinées par Maurizio Galante, Tal Lancman et Luca Terenzi pour l’exposition Lost in Paris qui fait partie du projet éphémère Take your time pour faire vivre aux badauds des instants hors du commun.
Jusqu’au 11 janvier

Traquer les fontaines Wallace
Symboles de Paris, au même titre que la tour Eiffel, les fontaines Wallace, petits édicules de fonte peints en vert bouteille, ponctuent le paysage urbain de la Ville Lumière et offrent une eau potable aux promeneurs pas forcément solitaires. Cadeaux d’un philanthrope anglais, sir Richard Wallace, sculptées par Charles-Auguste Lebourg, elles existent aujourd’hui en 108 exemplaires. Les chercher est une manière originale de sillonner Paris.
 
Patiner aux quatre coins de Paname
A l’approche de Noël, Paris se donne un air de capitale du Nord avec ses patinoires en plein air à plusieurs endroits prestigieux pour faire glisser les couples d’amoureux ou les enfants: l’Hôtel de Ville (sous les fenêtres du futur ex-maire, Bertrand Delanoë, qui va rendre ses clés fin mars après treize années de règne), Trocadéro, village et marché de Noël des Champs-Elysées, stade Charléty… Gratuit pour les personnes équipées de leurs patins.  

Préparer Noël
Paris sait s’accorder à l’ambiance de l’Avent. En témoignent les nombreuses illuminations des rues – notamment celles de l’avenue des Champs-Elysées (inaugurées le 21 novembre par Laetitia Casta) –, les manèges gratuits pour les enfants dans tout Paris et les marchés de Noël, qui apportent kitsch et chaleur place de la République, à Montparnasse, au Trocadéro, à La Défense, etc.

www.paris-tourist.com

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Didier Walzer

Rédacteur

Photo:
Disneyland Paris
Publication:
lundi 25.11.2013, 00:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?