Les différentes variétés de céréales n’ont plus de secret pour la biologiste Nicole Bischofberger.

Épis précieux: sélections pour le bio

Diversité Il faut sans cesse créer des variétés nouvelles pour les farines des pains bio. Un travail qui demande de la patience. Visite à Feldbach (ZH).

Sur cette charmante petite parcelle avec vue sur le lac de Zurich et le château de Rapperswil, voir mûrir de beaux grains dorés est un vrai bonheur. Si scientifiquement il n’est pas encore prouvé que l’état d’âme du blé se reflète dans la qualité du pain, ce qui est sûr c’est que seuls les «descendants» des meilleures variétés sélectionnées par Peter Kunz sont transformés en pain paysan bio (voir la photo ci-dessus) et se voient attribuer par Coop le label «Bioverita». De ce champ de quatre hectares jusqu’aux rayons de Coop, il y a un long chemin à parcourir (voir l’infographie). Celui que nous suivons ici ne va toutefois que jusqu’à la certification de la nouvelle variété auprès de l’association pour le développement des plantes cultivées (Verein für Kulturpflanzenentwicklung). La production n’est, en effet, plus du ressort des douze personnes formant l’équipe de Herbert Völkle (44 ans).

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Une pincette suffit

Peter Kunz est un pionnier dans le domaine de l’agriculture biologique. Il a commencé à faire de la sélection bio il y a 32 ans et s’est retiré il y a deux ans, à l’âge de 60 ans. Herbert Völkle, son chargé d’affaires, perpétue depuis sa philosophie: «Nous sommes clairement contre les manipulations génétiques et en faveur d’une approche globale du végétal», explique cet agriculteur de profession. Un laboratoire n’est pas nécessaire pour l’intervention effectuée dans la sélection variétale de céréales, à savoir transférer le pollen de la plante paternelle sur la plante-mère. En effet, une pincette suffit. Une fois le premier croisement effectué, le méticuleux travail du sélectionneur commence. Le premier épi donne 20 grains qui vont être semés. Ceux-ci produiront 1600 à 2000 grains qui donneront à leur tour des plantes individuelles.
La qualité des grains est contrôlée en permanence, car on ne sait pas quels traits parentaux se sont imposés chez les rejetons. «Nous faisons continuellement des essais, précise Herbert Völkle, le but étant de trouver les plantes affichant les meilleures valeurs de santé, de qualité et de rendement.» Dès que l’on dispose d’une quantité significative d’une lignée – elle ne s’appellera «variété» qu’après l’examen variétal officiel – on effectue un test de panification. «Pour cela, 100 g suffisent», explique la biologiste Nicole Bischofberger (35 ans).
Quand une lignée satisfait à tous les critères, elle est annoncée pour les essais variétaux. L’exploitation de sélection de Peter Kunz produit chaque année environ deux variétés de céréales qui sont ensuite semées par les agriculteurs bio.

Un long chemin jusqu’à une nouvelle variété

Source Sélection biologique de céréales Peter Kunz; infographie Caroline Koella

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/250
Toutes les paroles aux actes
Noëmi Kern
Photo:
Markus Lamprecht, Marius Born
Publication:
lundi 04.09.2017, 12:45 heure

Retrouvez toutes nos recettes