1 von 4


Nadja Lang, directrice de Max Havelaar Suisse, et Joos Sutter, patron de Coop, plantent des ananas en suivant les explications de Metesso Mensah.

Le plastique favorise le maintien de l’humidité du sol.

Une part de la prime Fairtrade a été investie dans une salle de classe.

Équitables, ces ananas du Ghana

Pays du Sud L’ananas est l’un des fruits exotiques les plus vendus chez Coop. Sa culture exige beaucoup de travail. La directrice de Max Havelaar, Nadja Lang, et le chef de Coop, Joos Sutter, ont pu s’en rendre compte sur place.

Parions qu’après avoir lu cet article, vous ne couperez plus les ananas frais dans le sens de la largeur, mais de la longueur! Certains trucs ne s’apprennent qu’en côtoyant des spécialistes. En l’occurrence, ceux qui assurent au quotidien la culture et la récolte des ananas. Chez Bomarts Farm, une exploitation certifiée Fairtrade située au Ghana, en Afrique de l’Ouest, ce sont plus de 400 employés qui accomplissent ces tâches.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Environ un tiers de la récolte d’ananas produits et commercialisés de façon équitable est vendu à Coop. Le directeur de Bomarts, Anthony Botchway (57 ans), se réjouit donc tout particulièrement de la visite de Nadja Lang (42 ans), directrice de la fondation Max Havelaar, l’organisation qui attribue le label Fairtrade pour le marché suisse, et de Joos Sutter (51 ans), le patron de Coop. Sans attendre, tous les deux se mettent au travail sous un soleil de plomb. Une machette dans une main et un plant dans l’autre, ils commencent à planter des ananas sous l’œil avisé de Metesso Mensah (45 ans), un des ouvriers agricoles. Bien vite, nos planteurs improvisés se retrouvent à bout de souffle.

Bomarts Farm livre près d’un tiers de la totalité de sa récolte d’ananas à Coop.

Pas des paroles en l’air

La culture de l’ananas est très exigeante. Anthony Botchway le sait: «Je veille depuis toujours aux conditions de travail de mes employés. Je suis convaincu qu’une personne bien traitée travaille mieux. Pour moi, le commerce équitable est une philosophie de vie. Ce ne sont pas des paroles en l’air.»
Au-delà des mots, il y a les faits. Les entreprises voulant obtenir le certificat Fairtrade doivent remplir plusieurs critières: elles doivent assurer à leurs employés des conditions de travail réglementées; respecter les directives concernant la santé au travail et disposer de structures démocratiques. Ces points sont notamment contrôlés de façon inopinée chaque année chez Bomarts par un institut de certification: Flo-Cert.

Congé maternité

Deux exemples concrets: «Les femmes qui travaillent chez nous ont droit à un congé maternité de trois mois, affirme Joyce Edofo (36 ans), responsable du personnel chez Bomarts. Quand elles reprennent le travail, elles ont droit à une pause de deux heures par jour durant un an, sur le temps de travail, pour allaiter leur bébé.»
Des bébés qui vont grandir et devoir s’instruire. Raison pour laquelle les employés de Bomarts – c’est le deuxième exemple – ont décidé par un vote démocratique, d’investir une partie de la prime Fairtrade dans la construction d’une nouvelle salle de classe. Près de la moitié des 320 élèves qui fréquentent l’école locale sont des enfants d’employés de Bomarts.
La prime Fairtrade représente un plus qui s’ajoute aux prix de vente des ananas. Il permet aux employés de financer des projets de développement social et économique choisis démocratiquement.

Pas de compromis sur la qualité

Bomarts livre des ananas à Coop depuis plus de dix ans. Avec le temps, une confiance réciproque s’est instaurée. «Pour nous, Fairtrade signifie que nous nous engageons dans une relation commerciale de longue durée, indique le président de la direction de Coop. Ce qui donne aux fournisseurs une sécurité dans l’approvisionnement et l’écoulement de la marchandise parce qu’ils ne sont pas soumis aux aléas des marchés internationaux.» En retour, Coop exige une qualité irréprochable: «Sur ce point, nous sommes intransigeants», confirme Joos Sutter.
Un test qualitatif et gustatif est aussitôt effectué. Un ananas est coupé dans le sens de la longueur. Joos Sutter goûte… Visiblement, il est très satisfait: «La meilleure qualité. Un fruit sucré et juteux, produit et commercialisé dans des conditions équitables. Un produit qui finira sur les étals des magasins Coop à un prix équitable aussi pour nos clients.»

Le test qualitatif effectué par Joos Sutter et Anthony Botchway a été concluant: l’ananas est juteux et délicieusement sucré.

Partenariat à égalité

Une fois récolté, l’ananas ne mûrit plus. C’est pourquoi il faut le récolter quand il est bien mûr.

Une fois récolté, l’ananas ne mûrit plus. C’est pourquoi il faut le récolter quand il est bien mûr.
Une fois récolté, l’ananas ne mûrit plus. C’est pourquoi il faut le récolter quand il est bien mûr.

L’éventail de l’offre de Coop va du fruit XXL de 2 kg au mini-ananas donnant tout juste trois portions. Et Joos Sutter d’ajouter: «Depuis le début de l’année, tous nos ananas proviennent de cultures certifiées Fairtrade. De plus, nous nous sommes fixé comme objectif de convertir, d’ici 2020, tous nos produits de marque propre provenant des pays du Sud au label Fairtrade. Sur les 400 millions de fr. de chiffre d’affaires visés, nous en sommes déjà à plus de 260 millions.»

Dans le sens de la longueur

Nadja Lang se réjouit également de cet engagement et de la collaboration avec Coop qui dure depuis presque 25 ans: «Dans le système Fairtrade, le partenariat fonctionne selon un principe d’égalité.
Le dialogue entre les partenaires commerciaux – du producteur au consommateur en passant par les détaillants et Fairtrade Max Havelaar – est essentiel pour la compréhension réciproque. Donc, aussi pour le succès.» À partir du moment où il est récolté, il faut environ trois semaines à un ananas pour parvenir sur les étals des magasins. Quant à ceux qui espèrent goûter aux ananas plantés par Nadja Lang et Joos Sutter, ils devront patienter environ quinze mois. C’est le temps nécessaire à la plante pour que son fruit arrive à maturité.
Le moment est venu d’expliquer pourquoi un ananas est meilleur quand il est coupé dans le sens de la longueur et non pas en tranches. Tout simplement parce que la teneur en sucre de la chair est plus élevée au niveau de la base et qu’elle diminue en s’approchant de la couronne. La saveur sucrée est donc égale dans toutes les parts découpées en long.

Provenance

Coop achète des produits Fairtrade dans ces 26 pays

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/251
Toutes les paroles aux actes
Natalia Ferroni

Source infographie: Coop/Fairtrade Max Havelaar, 2015

infographie: Marianna Schilling

Photo:
Remo Nägeli, SP
Publication:
lundi 30.11.2015, 14:35 heure

Retrouvez toutes nos recettes