toolbar

Jacques Wullschleger
écrit le 24.04.2018


Eric Décorvet, curling, skip, champion de Suisse en fauteuil roulant

Eric Décorvet: "Un jour, Didier m'a dit: toi, tu vois bien..." Le 15 avril dernier, à Leysin, ils ont gagné un tournoi, pour le fun mais qui compte à l'envie. Tous les champions 2018 étaient là, sauf Mélanie Villars. Le coach "piéton" Christian Gringet a apprécié. Piéton? "On nous appelle ou surnomme souvent ainsi parce que, tout simplement, on marche", dit celui qui a savouré aussi le titre; sacré baptême de feu pour une première en tant que coach.

De gauche à droite : Leo Gottet, Christian Gringet (coach), Didier Recordon, Éric Décorvet.

A l'intérieur d'une équipe en fauteuil roulant, il doit y avoir au minimum une dame ou un homme. Mixité oblige. Les règles sont identiques que le curling pratiqué par des personnes valides sauf que la pierre est lancée à l'aide d'un stick (tige ou bâton dont la longueur est variable, plus d'un mètre à plus de 2 mètres) l'embout s'accrochant à la poignée de la pierre, qui pèse 20 kg environ. "Un de nos coéquipiers se tient juste derrière le lanceur pour immobiliser le fauteuil, en raison du recul", précise le ski Éric Décorvet, aux ordres toniques et d'une grande justesse. La pierre est faite en granit, matériau résistant aux chocs et à l'humidité.

Alors qu'il n'avait pas encore 20 ans, Eric Décorvet a été victime d'un grave accident de voiture, qui l'a rendu paraplégique. "Je n'ai pas d'abdominaux." Un jour, il a vu du curling à la TV. "J'ai tout de suite aimé ça. J'ai voulu en faire." Il est le skip de l'équipe championne du pays, son capitaine, celui qui détermine la stratégie de jeu, indique à ses camarades où la pierre doit être jouée, déposée. Il joue également au ping-pong. "Oui, mais un peu moins qu'avant depuis mon opération à une épaule." Eric Décorvet a été étudiant en informatique. Maintenant il est à l'AI.

À sa gauche, à la table du repas, bienvenu, Didier Recordon (8 novembre 1950) est à l'écoute et ne se gène pas de reprendre son camarade surtout quand il n'est pas tout à fait d'accord avec lui. Duel sympa, animé, sain, humain. Et apprécié. "En Romandie (Lausanne), souligne-t-il j'ai créé la première équipe de curling en fauteuil roulant." Il a aussi été, Didier Recordon, un des premiers en Suisse -même peut-être le premier- à pratiquer le karting en fauteuil roulant. "C'était en 1972", se souvient-il, l'humilité fière.  A cause d'un terrible accident de moto, il est devenu paraplégique. "Cela fait 48 ans que je suis en fauteuil."

Le curling en fauteuil roulant cherche toujours des adeptes. Des initiations ont lieu, des portes ouvertes s'organisent. Mais peu de personnes se montrent intéressées, ou viennent voir, ne serait-ce que par curiosité. Le recrutement, il se fait également par le bouche à oreille ou par des rencontres dans la rue ou ailleurs. "Quand on voit des gens comme nous, on leur dit: venez voir ce qu'on fait", poursuit Eric Décorvet. "Des personnes ont arrêté le curling à cause du froid" déplore-t-il.

Depuis la saison 2011-2012, il est devenu skip, succédant à Didier Recordon qui lui a cédé sa place. "Didier m'a dit: "Eric, toi tu vois bien." Mais on discute, tout le monde est concerné au curling, c'est un travail d'équipe." Revenons au froid. "Un handicapé a plus froid qu'un piéton parce qu'un valide, ajoute le skip, il bouge, et il balaie." Ce dimanche-là, à Leysin il y avait au bord de la glace une jeune femme de l'ECAL (École cantonale d'art de Lausanne), qui prenait des photos. Elle "planche" sur des gants qui seraient "faits" en mérinos, race ovine originaire d'Espagne élevée, principalement, pour sa laine. Une paire de gants est un équipement de sport, un élément de protection et d'hygiène pour se protéger du froid. Pour la pratique du curling le froid est une sensation diversement appréciée ou commentée.

En septembre 2007, après moult approches, discussions, réflexions, le Curling Club Lausanne a ouvert toutes ses portes aux sportifs en fauteuils roulants. Jusque là Eric Décorvet et Didier Recordon s'entraînaient à Berne. Dans la halle Jean-Paul Bideau à Ouchy, à un jet de pierre du lac, le CCL, section fauteuils roulants, s'entraîne à raison de 2 heures par semaine (le mercredi). "Le mardi, nous jouons contre des piétons" dit encore Eric Décorvet. "Chaque fois qu'on gagne, ce n'est que du plaisir car pour nous chaque succès compte", affirme souriant, Christian Gringet, le coach, qui a succédé à Christian Wyttenbach.

À un haut niveau, ou même à une échelle inférieure, une bonne condition physique est requise. "Il faut travailler la force, l'endurance et la mobilité, pour se maintenir", poursuit Eric Décorvet, à l'heure du repas. Il évoque le handbike, pour les épaules. Grâce au handicap, ne revient-on pas à l'essentiel dans la vie, à l'humain? " On se pend peut-être moins la tête", répond Didier Recordon, un bonnet avec l'écusson suisse couvrant sa tête. "On relativise beaucoup de choses, mais ça dépend des personnes, on a tous des caractères différents." Il est un peu plus de 13 heures ce dimanche 15 avril, un autre match attend la joyeuse troupe, ce big band champion, qui s'imposera. Encore et encore.

Leo Gottet lance la pierre. Derrière lui, Didier Recordon stabilise le fauteuil.

Christian Gringet et une tradition

Pour sa première saison en tant que coach, Christian Gringet, de Pully, a fait fort: champion de Suisse. À Leysin, il a accompagné ses hommes, écouté aussi, appris encore. "Au curling, explique-t-il, souriant, la tradition veut que le gagnant paie un pot ou l'apéro - tout dépend de l'heure à laquelle se termine le match- au perdant."

À ses côtés, Leo Gottet, 66 ans, premier (Haut) Valaisan à être champion de Suisse de curling par équipes, section fauteuils roulants, range son stick. "Plus la canne est longue, dit-il, mieux le lancer de la pierre est maîtrisé. La mienne fait 2,13 m." Il était accroc de vélo, participant, notamment à moult cyclo-sportives. Mais un jour de l'an 1998 alors en camp aux Îles Canaries "J'ai toujours préféré le chaud au froid et ça n'a pas changé", un automobiliste lui a coupé la route.

Existe-t-il une différence de sensibilité entre le fait de lancer la pierre -la faire glisser- à l'aide d'un stick ou avec une main? "L'habileté est la même, la personne en fauteuil roulant réagit comme si c'était une main", souligne Christian Gringet. " Les premiers mots que je leur ai dit quand j'ai repris le coaching? Vous ne serez jamais, pour moi, des handicapés mais des personnes à mobilité réduite." Entre eux, le dialogue est vif, permanent, intelligent, instructif. "Le curling c'est une partie d'échec sur glace. Il faut anticiper, lire le jeu de l'adversaire, réfléchir, s'adapter."

Aujourd'hui, et de plus en plus, l'intérêt porté aux sportifs en fauteuils roulants ou à mobilité réduite, grandit. Ils sont des champions comme les autres, qui s'entraînent, avec, derrière, une volonté inégalable, un torrent d'espoirs et de messages positifs.

Palmarès

Eric Décorvet est né le 27 décembre 1965.
Il est champion de Suisse en 2018, avec le Curling Club Lausanne Olympique (il en est le skip), section fauteuil roulant. Ses coéquipiers du titre de champion? Mélanie Villars, Léo Gottet et Didier Recordon. Coach: Christian Gringet.
A été champion de Suisse en 2011, 2e en 2014, 3e en 2015, 2e en 2017.
Aux Mondiaux de 2016 disputés à Lucerne, la Suisse a terminé 4e avec Félix Wagner, ERIC DÉCORVET, Claudia Hüttenmoser, Béatrix Blauel. Le remplaçant était Marcel Bodenmann.
Membre ou fait partie des cadres de l'équipe de Suisse depuis 2011.
En finale du championnat de Suisse 2018, le CC Lausanne Olympique I a battu St-Gall 11-5.
Palmarès du CC Lausanne Olympique en fauteuil roulant:
2017: 2e. 2016: 7e. 2015: 3e. 2014: 2e. 2012 et 2013: 4e. 2011: 1er.
Une équipe est composée de 4 personnes (ou 3, en cas de problème). Les matches se jouent en 6 ends.

Quiz

 
01
sur
 

 


Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jacques Wullschleger

 

Un fou de sport. Et le mot est faible. Jacques Wullschleger  a consacré sa carrière au journalisme sportif, d’abord pour la «Feuille d’avis de Lausanne» (devenue «24 heures») dès 1972, puis au «Matin» dès 1984. Son palmarès parle pour lui: plusieurs Coupes du monde de football, des Tours de Romandie et d’innombrables championnats de hockey, tennis, natation, patinage artistique… Au final, des milliers d’articles, mais aussi des événements et des rencontres qui ont marqué l’homme.

_


S'abonner à ce blog:

S'abonner par mail:
Veuillez corriger votre adresse e-mail


Confirmer



Archives par sujet: