La morille: estafette du printemps 

Ce champignon à la saveur incomparable ravit les palais tout au long de l’année.

Les morilles poussent au pied des lilas, pommiers, frênes et même de certains pins et sapins, ou encore à proximité de taupinières.

Il ne faut jamais manger de morilles crues et il est conseillé de toujours bien les cuire, même lorsqu’elles ont été séchées. Evitez aussi d’en consommer en trop grande quantité à la fois, sous peine de risquer des troubles neurologiques.

Avant de les cuisiner, il faut tremper les morilles séchées dans de l’eau. L’eau de trempage est utilisable, mais il faut la filtrer pour en éliminer les impuretés.

En Suisse, ce champignon est commercialisé importé, séché ou en conserve. Le séchage présente l’avantage de lui faire perdre sa toxicité, due à la présence d’hémolysines, des substances qui détruisent les globules rouges.

Attention à ne pas confondre les morilles et les gyromitres, aussi appelés fausses morilles, des végétaux certes comestibles mais parfois toxiques, à la chair blanche et douceâtre, qui diffère beaucoup de la saveur de noisette et des arômes boisés des vraies morilles.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Marie-Thérèse Page Pinto

Rédactrice

Photo:
Heiner H. Schmitt
Publication:
lundi 31.03.2014, 00:00 heure


Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?