Giulia Steingruber en plein stretching à Macolin où elle vit et s’entraîne depuis cinq ans: «Sans le sport, je serais une vraie boule de nerfs.»

«Je me réjouis de cette Fête»

La championne d’Europe Giulia Steingruber participera à la Fête fédérale de gymnastique à Bienne, qui commence ce jeudi. Un événement qui lui tient à cœur. Rencontre.

Coopération. Le bronze aux Championnats d’Europe en 2012, et l’or cette année! Et maintenant, vous voilà en Suisse pour la Fête fédérale de gymnastique. Contente?
Giulia Steingruber. Très! Cette manifestation n’a lieu que tous les six ans. Je trouve ça super cool de pouvoir participer, car il ne me reste plus que quelques compétitions en Suisse. C’est l’occasion de nous faire connaître et de présenter notre sport dans notre pays.

Et c’est une motivation?
Bien sûr! Ce serait super de gagner car on déposerait alors une belle couronne sur ma tête.

Vous faites partie de la FSG de Gossau. Voyez-vous encore vos camarades?
Oui, la FSG de Gossau est mon club d’origine, les membres me soutiennent et c’est toujours agréable quand on rentre à la maison après une manifestation importante: on est accueilli en grande pompe à l’aéroport et jusqu’à maintenant, la FSG de Gossau a toujours été présente, c’est merveilleux.

La FSG de Gossau se rend également à la Fête fédérale...
… Oui, et je me réjouis, parce qu’après la Fête, la société de gymnastique est accueillie par la commune et par d’autres sociétés locales.

Vous y serez?
Oui, bien sûr. C’est un rendez-vous incontournable à Gossau, avec la fanfare municipale, un apéro et plein de monde.

Beaucoup de gens de votre âge pensent qu’un club est aussi important que l’entourage. Quelles sont les personnes qui comptent pour vous?
Mes parents, évidemment. J’ai quitté la maison pour Macolin à 14 ans. Ici, on vit dans des familles d’accueil qui s’occupent très bien de nous – mais personne ne peut remplacer des parents. C’est pourquoi je rentre tous les week-ends à Saint-Gall. Les entraîneurs que je vois chaque jour comptent également beaucoup pour moi, de même que les membres de mon équipe et bien sûr, mes amis.

Hormis vos exploits sportifs, que s’est-il passé ces derniers mois?
J’ai arrêté mes études à l’école de commerce en février 2012 pour pouvoir me préparer de manière optimale pour les Jeux olympiques. Cela n’a pas été facile, parce que je pense qu’une bonne formation scolaire est essentielle. Mais aujourd’hui, il est possible de remettre ses études à plus tard, voire même de suivre une formation à l’âge adulte: une maturité, une formation professionnelle, un apprentissage. Je suis sûre qu’on va trouver la solution qui me convient le mieux.

Le fait de pouvoir vous concentrer uniquement sur le sport a-t-il eu un impact positif sur vos performances?
Assurément. Je me suis libérée d’un grand poids. Je me sens reposée parce que je peux m’accorder plus de temps pour la physio ou l’entraînement mental – mais nous passons tout de même trente heures par semaine en salle.

Des parents disent à leurs enfants qu’ils peuvent faire n’importe quel sport, sauf la gymnastique artistique. Vous comprenez leur point de vue?
Oui… d’une certaine manière. Quand j’habitais encore à la maison, mes parents sillonnaient les routes de Suisse avec moi. Ils ont dû faire des sacrifices pour moi et je leur en suis très reconnaissante. Je m’entraînais deux à trois fois par semaine à Zurich ou dans le canton d’Argovie, et ils devaient toujours m’accompagner et attendre trois ou quatre heures, jusqu’à ce que l’entraînement soit terminé.  

Je pensais plutôt à une interdiction en raison des éventuelles conséquences sur votre santé.
Le risque de se blesser existe quasiment dans tous les sports; même en jouant aux échecs, on peut tomber de sa chaise! Mais vous avez raison: la gym artistique sollicite énormément l’appareil locomoteur. Je n’y pense pas pour l’instant. Et je ne peux pas me permettre d’y penser, car sinon, je n’aurais plus l’énergie nécessaire pour faire ce que j’ai à faire.

Quel type de sport interdiriez-vous à vos enfants?
Il est clair qu’en tant que parents, on a toujours plus peur que son enfant… Je leur laisserais essayer différents sports et les soutiendrais au mieux, une fois le choix fait.

Quel sport feriez-vous si ce n’était pas la gymnastique?
Oh! Il faudrait absolument que je fasse du sport, sinon je serais une vraie boule de nerfs. Il faut que je bouge pour évacuer le trop-plein d’énergie. Peut-être un sport de combat ou alors de la danse.

Comment voyez-vous votre avenir?
Mon objectif à long terme, c’est Rio 2016, et d’ici là, il y aura chaque année un Championnat d’Europe et un Championnat du monde. En 2016, le Championnat d’Europe aura lieu à Berne – ce sera encore une fois un événement énorme, et j’espère être en forme au moins durant les trois prochaines années et prendre du plaisir autant que possible!  

Et la motivation?
Il m’arrive d’en manquer, c’est normal. Mais dans ces moments, je pense à mes objectifs et à tout ce que je peux vivre de bien grâce au sport.

Bio express: Giulia Steingruber

Profession: gymnaste
Née le: 24 mars 1994 à Gossau (SG)
Domicile: Saint-Gall/Bienne-Macolin
Etat civil: célibataire
Palmarès. En 2013: médaille d’or au saut de cheval aux Championnats d’Europe, 6e au sol, 4e au concours général. En 2012: médaille de bronze aux Championnats d’Europe au saut de cheval, 9e au saut et 14e au concours général lors des JO, championne suisse 4 disciplines. En 2011: 5e aux Championnats du monde au saut; championne suisse 5 disciplines.
Actualité: Fête fédérale de gymnastique à Bienne du 13 au 23 juin. Lire également notre rencontre avec l'ancien gymnaste Alfred Wildhaber, 92 ans.

www.giulia-steingruber.ch

25 questions sur les préférences et le quotidien de Giulia

Quel livre avez-vous maintenant sur votre table de nuit?
«Un choix» (The Choice) de Nicholas Sparks.

Et quel modèle avez-vous dans la vraie vie?
Roger Federer, son équilibre, sa manière d’être sont admirables.

Quel est le dernier film que vous avez vu?
«Pitch Perfect» (The Hit Girls).

Et quel film reverriez-vous volontiers?
Des films de danse comme «Honey» ou «Street Dance»

Votre héros au cinéma?
Channing Tatum.

La musique que vous écoutez actuellement?
Pop, R'n'B.

Quel CD emporteriez-vous sur une île déserte?
Mais non, pas de CD, je prendrais mon iPhone, les chansons que j’aime s’y trouvent!

Avec quel musicien aimeriez-vous une fois boire un verre?
Justin Timberlake.

Que cuisinez-vous vous même?
Les salades.

Vos plats préférés?
Pizza et omelettes.

Votre boisson préférée?
L’eau minérale.

Avec qui aimez-vous partager un repas?
Avec mes parents, Kaj et des amis.

Et où préférez-vous manger?
A la maison.

Mac ou PC?
Mac.

Auto ou train?
Auto.

Vin ou bière?
Dans le cas où… ce serait plutôt un vin blanc pétillant.

Pâtes ou fondue?
Fondue.

Jogging ou marche?
Jogging.

Montagne ou mer?
C’est selon les saisons – en hiver j’aime les montagnes, en été je me relaxe à la mer.

Quand avez-vous pleuré pour la dernière fois?
Lorsque je suis devenue championne d’Europe.

Ce qui vous fait rire?
C’est assez facile de me faire rire! Je ris beaucoup et volontiers!

Quel animal aimeriez-vous être?
Un tigre des Neiges.

De quoi rêvez-vous?
J’ai beaucoup de rêves. L’avenir dira s’ils vont se réaliser…

Qu’est-ce qui est pour vous la plus grande chance?
La santé.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Photo:
Joel Schweizer / Interview: Martin Zimmerli
Publication:
lundi 10.06.2013, 13:25 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?