1 von 8









Gracieuse: la nouvelle muse

Belle réalisation Finis les déguisements: place à l’envoûtante Giulia, la nouvelle Alfa Romeo qui renoue avec les traditions de la marque.

Andreas Faust, journaliste automobile

Andreas Faust, journaliste automobile
Andreas Faust, journaliste automobile

La maison mère a négligé trop longtemps Alfa Romeo en ne proposant aux adeptes de la marque que des Fiat déguisées et qui n’ont jamais été vraiment à la hauteur des espoirs placés en elles. Mais la Giulia, le nouveau modèle de classe moyenne, est vraiment magnifique.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Le charme d’antan

En lieu et place d’une mécanique empruntée à Fiat, la maison mère, ou chez Chrysler et Jeep, ses filiales nord-américaines, elle affirme son caractère propre. Grâce à la propulsion et à une construction allégée, comme au bon vieux temps. Avec de nouveaux moteurs développés spécialement à son intention. Et avec des qualités intrinsèques n’ayant rien à envier à celles de ses rivales.
En Suisse, il faudra s’attendre à ce que 30% des clients optent pour la version sport Quadrifoglio de 510 ch. Mais ceux qui se contenteront du modèle de base profiteront du fait que le développement initial s’est basé sur le haut de gamme. Du coup, toutes les Giulia disposent d’un capot moteur et de portes en aluminium, d’un arbre de transmission en carbone et d’une boîte à six vitesses aussi directe que celle d’une voiture de sport.

Sobriété et élégance

Dans un premier temps, la Quadrifoglio sera flanquée de deux versions turbodiesel. La plus modeste ne manque déjà pas de brio et se veut – tout au moins sur le papier – très économe. D’autres motorisations suivront d’ici à la fin de l’année, à l’instar de la traction intégrale, mais à des tarifs sensiblement plus élevés.
L’habitacle de la Giulia plaira aux puristes. La navigation, la climatisation et la radio se commandent au moyen de deux molettes auxquelles s’ajoutent une touche pour les programmes de conduite et un écran non tactile. Et basta. Je trouve cette solution parfaite, car le pilote n’est pas tenté de tapoter sur cet écran en conduisant, ce qui l’aide à concentrer son attention sur la route. De plus, cela évite les empreintes de doigts. Seule petite ombre au tableau, le constructeur n’a pas prévu de proposer un break. En revanche, un élégant SUV (Sport Utility Vehicle) est bel et bien prévu au programme.

Alfa Romeo Giulia

Habitabilité     ★★★★
      Confort     ★★★★
 Coût/utilité    ★★★

Moteur et transmission
4 cylindres Turbo Diesel, 110 kW/150 PS, Boîte à vitesse manuelle à six rapports, Propulsion arrière

Consommation et CO2
4,2 l/100 km, 109 g/km CO2
Euro 6, étiquette-énergie A

Prix
dès 34 600 francs

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Andreas Faust
Photo:
DR
Publication:
lundi 01.08.2016, 13:25 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?