Patric Zenklusen (39 ans) et Fabienne Kämpfen (28 ans) font vivre cet hôtel sur l’axe qui relie Genève à Milan.

Hôtel insolite

Stockalperturm Situé à la frontière italienne, près du col du Simplon, le petit village de Gondo est plus qu’un simple point de passage.

http://www.cooperation.ch/Hoetel+insolite Hôtel insolite

Se rendre à Gondo (VS), sans voiture, est une aventure en soi. Selon l’horaire, il faut transiter par Brigue puis prendre le train jusqu’à Iselle di Trasquera (I), rempli en fin de journée de frontaliers qui se connaissent quasi tous. De là, un bus, ou plutôt une fourgonnette postale, retraverse la frontière et nous mène en seulement quelques minutes à Gondo. Il faut réserver sa place minimum deux heures à l’avance en appelant le 079 713 70 02. Quelques fois par jour, il est aussi possible de prendre le bus depuis Brigue jusqu’à Gondo en passant par le col du Simplon.

La région a longtemps brillé grâce à ses mines d’or. Le musée de l’hôtel conte son histoire.

Une histoire mouvementée

Le bus s’arrête à seulement quelques mètres de la tour Stockalper, un immense édifice en pierre abritant un hôtel, devenu le principal centre d’intérêt du village. Construite entre 1666 et 1685 par Kaspar Jodok von Stockalper (voir encadré), un grand homme d’affaires suisse, la tour a initialement servi à stocker ses marchandises. Transformée ensuite en auberge, cette dernière aurait connu des heures bien sombres. On raconte qu’à une époque lointaine, des voyageurs auraient été assassinés et leurs corps cachés dans la cave de l’auberge...
Parmi d’autres faits marquants, moins effrayants, citons la contrebande du siècle dernier qui fait partie intégrante de l’histoire de l’édifice. Des marchandises y étaient stockées et transportées en Italie. Pour du chocolat, du café, du vin ou des cigarettes de Suisse, on pouvait gagner presque le double en Italie. Encore aujourd’hui, à l’apéro, il n’est pas rare de croiser à l’hôtel quelques contrebandiers retraités. Pour l’anecdote, j’ai passé la nuit dans la chambre qui servit de local de contrebande de cigarettes!

La fontaine de la contrebande avec sa statuette, en face de la tour, témoigne de ce riche passé.

L’après 2000

L’histoire récente de Gondo porte encore les stigmates du tragique glissement de terrain qui fit treize victimes en 2000 et détruisit une bonne partie du village. La tour Stockalper, elle aussi à moitié démolie, fut rachetée par le canton et sauvée grâce au soutien des institutions publiques et à la solidarité de la population suisse. Après moult projets et idées quant à sa fonction, elle a finalement évolué en hôtel-restaurant de onze chambres avec un musée dédié à l’or (des mines d’or étaient exploitées jadis dans la région). Ouvert depuis 2007, l’établissement a changé plusieurs fois de gérants. Il faut dire que la tragédie a laissé quelques traces. Plus de la moitié des habitants ont quitté le village (il en reste environ 80) et les services publics ont tous fermé, ce qui rend la vie à Gondo bien contraignante.
Pour le gérant actuel, Patric Zenklusen, enfant de la région, ce travail représente un véritable challenge. Diplômé en économie politique, après avoir vécu entre Berne, Lausanne, Milan et Bologne, il a décidé de s’installer à Gondo pour participer au destin du village oublié. Son amie, Fabienne Kämpfen, est cheffe de cuisine. Elle prépare des mets «surprise» sans carte, originaux, en accord avec les saisons. La clientèle se compose principalement de randonneurs et de voyageurs d’affaires appréciant le cadre exceptionnel, entre modernité et histoire, de cet hôtel confortable et abordable (85 à 120 fr./pers.), entouré d’une nature grandiose.

www.stockalperturm.ch

Le roi du Simplon

Kaspar Jodok von Stockalper (1609-1691)
Considéré à l’époque comme l’homme le plus riche du Valais, ce commerçant, homme politique et mécène, possédait plusieurs mines (fer, plomb, cuivre et or). Il a détenu le monopole du sel durant trente ans, ce qui à l’époque avait la même importance que le pétrole de nos jours, car c’était l’agent de conservation des aliments le plus important! Outre la Stockalperturm, on lui doit notamment le Château Stockalper à Brigue et l’ancien hospice du Simplon, situés sur la via qui porte le nom de ce personnage.

Jasmina Slacanin

Rédacteur

Photo:
Andrea Soltermann, carte: Rich Weber
Publication:
lundi 06.03.2017, 12:50 heure