Sibylle Heusser et Marcus Moser présentent quelques pages qu’ils ont réalisées pour le magazine «Coopération».

Ils illustrent «Le savais-tu?»

Connaissance Les questions des enfants paraissent souvent naïves et pourtant, il n’est pas toujours facile d’y répondre. La rubrique «Le savais-tu?», mise en images par Sibylle Heusser et Marcus Moser, dévoile ses coulisses.

Maman, pourquoi des fois on voit la lune en plein jour?» La mère de Liv (8 ans) regarde le ciel: la lune est là, au beau milieu de la journée. Quand Liv était encore petite, sa mère lui racontait que la lune rendait parfois visite au soleil. Une explication qui ne suffit plus… Elle réfléchit. Il doit y avoir un rapport avec les phases de la lune, mais lequel?
«Posons la question à l’équipe de Le savais-tu!» C’est ici que Sibylle Heusser (42 ans) et Marcus Moser (42 ans), propriétaires de l’atelier Oculus à Zurich, interviennent. Ce sont eux qui illustrent Le savais-tu? depuis sa création en 2009. Tous deux sont des illustrateurs scientifiques professionnels.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Les infographies sont réalisées sur ordinateur.

Au fil des ans, ils ont illustré de nombreuses questions d’enfants, depuis «pourquoi la colle ne colle pas dans son tube?» à «qu’est-ce que les trous d’air?», en passant par «pourquoi l’eau de mer est salée?» ou «pourquoi les oiseaux ne tombent pas de leur branche en dormant?»
Ce sont les enfants qui soumettent les sujets à la rédaction par l’intermédiaire du site de Coopération. Les sujets de l’année suivante sont choisis sur la base des questions reçues. Il se peut donc que Le savais-tu? réponde avec un an de décalage aux questions.
Lorsqu’un thème est retenu, un des cinq auteurs de Le savais-tu? effectue des recherches sur le sujet puis rédige un texte. La principale difficulté consiste à résumer les informations de manière concise. Ce texte sert de base à l’illustration de Sibylle Heusser et Marcus Moser.

Les auteurs discutent d’un sujet sur la lune.

Création sur ordinateur

«Nous nous renseignons d’abord sur le contenu, explique Sibylle Heusser, pour savoir à quoi ressemble l’objet du texte. Ce n’est qu’ensuite que nous pouvons choisir une image principale reprenant le plus d’informations possibles et commencer le travail d’illustration.» Parfois, il faut discuter avec les auteurs pour trouver une idée. S’ils utilisaient pinceaux et encre de Chine pour dessiner leurs premiers Le savais-tu?, presque tout est désormais réalisé sur ordinateur.
«Nous nous répartissons les sujets et nous nous conseillons mutuellement», explique Marcus. Le savais-tu? commence par une esquisse papier indiquant l’emplacement de chaque élément. Celle-ci est ensuite transférée dans le programme Illustrator avec lequel sont conçues les illustrations. Plusieurs questions se posent alors: quel sera l’élément central? Où placer les textes? Est-ce lisible? Quelles images ajouter? L’ensemble est-il harmonieux? «Représenter les informations de manière pertinente n’est pas toujours facile, confie Sibylle Heusser. C’est justement ça qui est amusant!» Les illustrateurs passent ensuite à l’étape de précision. Ils affinent leur idée à l’aide du programme de retouche Photoshop, en se basant sur leurs projets et les images qu’ils ont rassemblées. Peu à peu, elles se substituent ainsi aux esquisses.
L’ébauche est soumise à l’auteur, à la responsable de Le savais-tu? et au chef de la mise en page du magazine. Les changements éventuels sont intégrés et la page transmise à la rédaction.
Les dessinateurs travaillent environ deux journées et demie sur chaque page Le savais-tu?. Auxquelles s’ajoutent une journée de recherche et de rédaction pour les journalistes ainsi que la révision des illustrations par la rédaction.

Un croquis de la terre dessiné à la main par Sibylle Heusser.

Les écoles fans de «Le savais-tu?»

Le savais-tu? explique avec des mots simples et des illustrations attrayantes des questions complexes. C’est ce qui fait le succès de la rubrique, appréciée des enfants mais aussi des adultes. Le savais-tu? sert même de matériel pédagogique dans des écoles. Pour Marcus Moser et Sibylle Heusser, c’est sûr: «Il n’y a pas de plus beau compliment!»

Découvrir le «Le savais-tu?» de cette semaine
Les archives «Le savais-tu?»

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Susanne Stettler
Photo:
Christoph Kaminski
Publication:
lundi 19.09.2016, 14:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?