Ils passeront Noël au boulot

Témoignages Si beaucoup sont en famille le 25 décembre et que la vie tourne au ralenti, certains travaillent ou s’engagent bénévolement ce jour-là.

Petit-déjeuner après l’émission

Simon Matthey-Doret (43 ans), journaliste, présentateur du Journal du matin sur la 1ère

Dix ans que Simon Matthey-Doret se lève un peu avant 4 h pour présenter les matinales sur les ondes de La Première. Durant ces dix ans, il a toujours le souvenir d’avoir travaillé à Noël, sans que cela ne lui pose problème: «Je ne suis pas un grand fan des fêtes de famille à rallonge. Je préfère Nouvel-An, une belle fiesta rafraîchissante!»
Au travail, un petit-déjeuner artisanal marquera la fin du Journal du matin du jour de Noël: «C’est un moment de convivialité très particulier qu’on partage avec l’invité qui nous a accompagnés durant l’émission. Étant donné qu’on n’a pas de cafétéria, on apporte de quoi manger.» Déjà papa, le journaliste le deviendra pour la deuxième fois au début de l’année prochaine. Il fêtera Noël en privé et en petit comité le 26 décembre.

Une fondue avec les inspecteurs

Fabio Benoit (46 ans), commissaire à la police judiciaire neuchâteloise

Les permanences font partie de la vie des policiers. Le commissaire Benoit en assurera une du 24 au 26 décembre durant 48 heures. Les événements diront si elle sera très chargée. «Il n’est pas rare de vivre des nuits blanches, tout en devant travailler le lendemain. L’ordinaire n’existe pas dans ce métier, c’est ce qui le rend passionnant.» L’homme supervise les enquêtes des inspecteurs, spécialisés dans les affaires liées à des vols d’importance, des brigandages ou du recel. Le 24 à midi, il est prévu que toute l’équipe partage une fondue, pour marquer le coup. Il espère passer la soirée du 24 chez lui avec sa famille, quitte à devoir partir: «Mes proches connaissent mon métier. Il se peut que je doive m’éclipser pour assumer ma fonction, c’est accepté de tous.»

Être là au service des malades

Bernadette Servoin Richard (48 ans), aide-soignante en neurologie aux Hôpitaux universitaires de Genève

Les hôpitaux ne sont jamais vides… Le 24 au matin et le 25 au soir, Bernadette Servoin Richard assurera son travail d’aide-soignante en neurologie: «C’est un service assez lourd, caractérisé par les accidents vasculaires cérébraux. On fait beaucoup d’aide à la toilette et aux repas.» Se sentant utile, gratifiée du regard reconnaissant des malades, elle ne se verrait pas exercer d’autre profession. Ses collègues et elle essaieront d’organiser un petit repas en commun: «Mais il faut que le travail soit fait. Parfois, on n’a pas de temps de pause.» Cette mère de famille fêtera Noël en privé le 24 au soir: «Mes filles sont grandes, Noël a un peu perdu de son charme par rapport à l’époque où elles étaient enfants, c’est devenu une fête parmi tant d’autres.»

Des coups de fil chaleureux

Claude Mettraux (45 ans), bénévole et président de la section Nez Rouge Nord vaudois

Les bénévoles de Nez Rouge ramènent chez eux les automobilistes fatigués ou alcoolisés durant les Fêtes. À la centrale d’Yverdon-les-Bains, Claude Mettraux répondra au téléphone et gérera les trajets des chauffeurs le 25 décembre: «Les appels sont très chaleureux le soir du 25, on le ressent. Les gens ont fêté en famille, ils n’ont pas traîné dans les bars ou les boîtes de nuit.» Dans le local, avant le début de leur engagement à 22 h, les bénévoles profiteront d’un repas pris tous ensemble, concocté par un restaurateur de la ville. Ils seront une vingtaine le soir de Noël. «Nez Rouge, c’est un peu une grande famille. Ceux qui viennent le 25 sont souvent des personnes seules qui préfèrent être en groupe ce soir-là», précise Claude Mettraux, qui fêtera cette année Noël en famille le 24 à midi.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Patrick Gilliéron Lopreno, Darrin Vanselow, SP
Publication:
dimanche 21.12.2014, 17:10 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?