La demande en soja non génétiquement modifié augmente sans cesse. Ce qui permet à l’agriculteur suisse Markus Schmid de vendre ses graines plus facilement.

Investir sur le durable

Depuis 2003, le Fonds Coop pour le développement durable a soutenu plus d’une centaine de projets. Sans lui, bien des produits bio ne seraient pas chez Coop.

Pommes. En 2003, l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL), établi à Frick (AG), a lancé un projet d’encouragement de la culture de pommiers biologiques. Le succès a été au rendez-vous: en l’espace de dix ans, de nombreux arboriculteurs fruitiers sont passés au bio, rendant ainsi le mode de culture plus écologique et améliorant la qualité des produits.

Semences. Depuis 2003, le Fonds Coop pour le développement durable soutient la sélection de semences biologiques de Sativa Rheinau AG et la Sélection céréalière Peter Kunz. Toutes deux se sont fixé comme objectifs d’approvisionner l’agriculture biologique en semences adéquates. Les boulangeries Coop ont ainsi pu produire du pain à base de blé bio à 100% d’origine suisse.

Antibiotiques. En 2003, le Fonds Coop a lancé le projet «Pro-Q» (2003-2009) en collaboration avec le FiBL. Ce qui a permis de réduire d’un tiers l’utilisation d’antibiotiques chez le bétail laitier. Le but du projet consécutif «Feed no Food» (2009-2012) était d’étudier les effets d’un renoncement aux aliments concentrés sur la santé des vaches ainsi que sur la qualité du lait et de la viande. Ces deux projets ont révélé qu’il était possible en production laitière de renoncer complètement aux concentrés sans pertes financières et de réduire nettement l’utilisation d’antibiotiques.

Etude comparative. En 2007 le FiBL a lancé une étude comparative de longue haleine, toujours en cours, dont le but est d’analyser les effets de l’agriculture biologique dans les régions tropicales et subtropicales.

Chocolat. En collaboration avec Chocolats Halba et Helvetas, le Fonds encourage depuis 2009 la culture durable de cacao au Honduras. Les producteurs de cacao profitent des mesures de reboisement en cacaoyers, de formation, de mise en place d’infrastructures et surtout de relations commerciales à long terme. Le chocolat certifié Bio Suisse et Max Havelaar est disponible chez Coop depuis mai 2013.

Biodiversité. Grâce au projet pluriannuel «Encouragement de la biodiversité dans les fermes Bourgeon», soutenu par Bio Suisse, le FiBL et l’Association Suisse pour la Protection des Oiseaux ASPO/BirdLife Suisse, de nombreuses espèces de plantes et d’animaux peuvent jouir depuis 2010 d’habitats précieux dans les fermes Bourgeon.

Les pêcheurs des Philippines ont bénéficié d’un projet financé par le Fonds Coop pour le développement durable.

Farine de poisson. En 2010, le FiBL a lancé le projet «Alternatives à la farine de poisson en aquaculture». Dans les piscicultures, les poissons carnassiers sont nourris principalement avec de la farine de poisson. Celle utilisée dans les élevages certifiés biologiques et durables est fabriquée à base de résidus de la transformation de poissons destinés à la consommation humaine. Dans tous les autres, la farine utilisée provient de petits poissons pêchés spécialement à cet effet. Une étude a été réalisée pendant trois ans pour découvrir dans quelle mesure les protéines de poissons pouvaient être remplacées par des protéines d’insectes. Les résultats de l’étude semblent prometteurs.

Thon. De 2010 à 2012, le Fonds a financé un projet du WWF pour le développement de la pêche durable au thon albacore aux Philippines. A terme, l’objectif est la certification MSC. Ce projet doit permettre d’assurer un revenu à des centaines de petits pêcheurs pratiquant la pêche traditionnelle. En même temps, Coop assure un débouché durable à cette espèce de thon destinée à la vente à l’étal. Le thon frais vendu chez Coop provient en grande partie de cette région.
Viande de bœuf. Avec son projet «Baltic Grassland Beef», Coop a fait en 2011 un grand pas en direction d’une réduction du transport aérien. Il remplace peu à peu les importations par avion de viande d’outre-mer par des importations de viande de bœuf de même qualité provenant d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie. Les émissions de CO2 sont considérablement réduites et un élevage allaitant est mis en place dans ces trois pays baltes.

Riz. Avec l’entreprise «Reismühle Brunnen» et l’organisation Helvetas, Coop réalise depuis 2011 un projet de culture durable de riz bio Fairtrade en Inde et en Thaïlande. Objectifs: réduire la pauvreté des paysans et améliorer la productivité et la qualité des moulins à riz sur place. Les améliorations apportées visent aussi la gestion de l’eau, l’exploitation des sols, la préservation de la biodiversité et la réduction des gaz à effet de serre.

Fonds Coop pour 
le développement durable: depuis dix ans pour l’avenir

Depuis dix ans, le Fonds Coop pour le développement durable soutient notamment des projets de recherche dans l’agriculture biologique, la mise au point de méthodes de production respectueuses de l’environnement, des projets de compensation, des émissions de CO2, le développement de nouveaux produits et services durables ainsi que la sensibilisation de l’opinion pu-blique au travers d’expositions et d’événements. En s’investissant de la sorte, Coop entend rendre à long terme la consommation plus écologique et encourage les initiatives pionnières en faveur du développement durable. Chaque année, elle met à la disposition de son Fonds quinze millions de francs destinés à une soixantaine de projets différents.