1 von 7


Jad Helal – Jad à la scène – chez lui à Villars-sur-Glâne (FR).






Jad Helal: «La magie? un voyage et du rêve»

Interview Vainqueur du fameux Merlin Award, Jad Helal se passionne pour la magie depuis l’âge de 15 ans. Rencontre chez lui, près de Fribourg.

Vous venez de recevoir le Merlin Award 2014, qui récompense les meilleurs magiciens. Que représente un tel trophée?
David Copperfield, Criss Angel, Dynamo… de très grands noms de la magie l’ont obtenu. Ça représente donc beaucoup pour moi!

Comment avez-vous commencé la magie?
Quand je vivais au Liban, je voyais les magiciens à la télévision, mais je n’avais pas accès à la magie. Arrivé à Genève, je suis entré par curiosité dans une boutique spécialisée et j’ai découvert la magie en live. J’ai tout de suite flashé. Dès ce jour-là, je savais que je voulais devenir magicien.

Quel a été votre premier public?
Ma famille, bien sûr. À la maison, j’essayais d’impressionner mes parents et l’un de mes petits frères. Je le suivais partout pour qu’il me regarde et me corrige. Mais, rapidement, ils n’étaient même plus impressionnés, car ils me voyaient faire ça du matin au soir.

Les cèdres du Liban, le pays d’où il vient

Les cèdres du Liban, le pays d’où il vient
Les cèdres du Liban, le pays d’où il vient

Comment vous êtes-vous formé?
En Suisse, il y a un congrès annuel et, en Europe, de nombreux séminaires de magie. J’ai parcouru tous ces événements pour rencontrer des magiciens. À Macon, j’ai suivi une «master class» durant laquelle j’ai rencontré Jeff McBride, un des premiers magiciens que j’avais vu à la télévision, enfant. C’était mon idole! J’ai appris qu’il avait une école de magie à Las Vegas. L’année suivante j’y étais.

Que fait-on dans une telle formation?
Durant deux semaines, à Las Vegas, nous avons fait de la magie du matin au soir. C’était très intense. Un seul exemple: chaque matin, à tour de rôle, nous devions présenter un tour pendant le petit-déjeuner avec les éléments qu’on trouvait sur la table. Le soir, on allait voir les spectacles de Las Vegas.

Comment devient-on un bon magicien?
Il faut de la créativité pour sortir du lot en cherchant en permanence l’originalité. Les tours de manipulation nécessitent beaucoup de travail. J’ai mis plusieurs mois pour maîtriser certains mouvements et, quand je ne les répète pas pendant quelques semaines, je perds la main et je dois recommencer.

«

Dans la vie, tout est magique»

Le Merlin Award qu’il vient de recevoir

Le Merlin Award qu’il vient de recevoir
Le Merlin Award qu’il vient de recevoir

Vous avez des colombes sur votre balcon. On ne peut pas être magicien sans elles?
Oh si, on peut. Mais même si j’essaie d’écarter le plus possible les clichés, j’ai gardé des colombes, car elles sont vraiment des symboles.

Vous faites apparaître un hélicoptère sur scène. On peut le faire seul?
Non, c’est évidemment un travail d’équipe. Les gens avec qui je travaille pour un tel numéro doivent connaître le secret, car ce sont eux qui contribuent à sa réalisation. Certains tours, comme celui de l’hélicoptère, une fois conçus, demandent plus de travail à l’équipe qu’à moi-même.

Donc seul, vous n’arriverez pas à me faire disparaître, maintenant?
C’est une question récurrente… Je vais vous raconter une anecdote. On me demande souvent: «Pouvez-vous faire disparaître ma femme?» Alors, il y a deux semaines, j’ai parlé avec ma femme pour monter un numéro afin de pouvoir faire disparaître la femme de quelqu’un qui me le demande. J’ai passé beaucoup de temps sur la question et je me suis fait une maquette (il nous la montre). Ce sera ma prochaine création.

Un bon magicien est donc aussi un bon technicien?
C’est en tout cas un bon bricoleur. Pour savoir si les illusions qu’on veut réaliser sont physiquement possibles, il faut faire des maquettes.

L’hélicoptère, c’est fait. Et maintenant?
L’hélicoptère, c’était mon fantasme. Ça m’a pris du temps et du travail. Maintenant, mon objectif, c’est de monter un spectacle complet. Je cherche l’harmonie de l’ensemble.

Quand pourra-t-on voir ce spectacle?
L’année prochaine, je ferai quelques dates en Suisse romande.

L’avenir, c’est une carrière internationale?
Les magiciens voyagent beaucoup, mais ma base reste en Suisse.

Qu’apporte la magie au public?
C’est un divertissement peu commun qui doit faire voyager et rêver. J’essaie d’y apporter une touche personnelle. Comme quand je vous démontrerai, tout à l’heure, l’effet papillon avec mon jeu de cartes.

Vous pourriez vivre sans magie?
Non, ce serait compliqué, ça fait partie de moi. J’y pense tous les jours.

Qu’est-ce qu’il y a de magique dans votre vie?
Tout! Le matin, le soir. La pluie, la neige…

Points de repères

4 dates pour un homme qui enchante le monde

1984 Jad Helal naît au Liban, dans le village de Qornayel, à 35 km de Beyrouth.
1999 Il arrive à Genève avec ses parents. Il y découvre l’univers de la magie. Nom de scène: Jad.
2006 Il suit un séminaire intensif de magie à Las Vegas, dans l’école de Jeff McBride.
2014 Reçoit un Merlin Award qui désigne les meilleurs magiciens du monde. www.themagicofjad.ch

Nos précédents invités

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Charly Veuthey

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo/arkive.ch
Publication:
lundi 03.11.2014, 14:55 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?