1 von 9


L’huile de colza bio Bourgeon pressée à froid donne un goût subtil notamment aux sauces à salade.

Avant la mise en bouteille de l’huile de colza bio Bourgeon, les bouteilles de ½ litre de format mascara passent dans une machine qui nettoie toutes les impuretés (petits cailloux, poussière, etc) par de l’air sous pression à 2-4 bars.

Remplissage automatique des bouteilles. Immédiatement après avoir été remplies, les bouteilles sont fermées par une capsule hermétique. Celle-ci est posée par une machine qui se trouve à proximité de la machine à remplissage.

Toutes les heures, Nydia prélève quelques bouteilles de la chaîne pour s’assurer que la fermeture hermétique fonctionne bien.

Les bouteilles sont ensuite étiquetées automatiquement.

Après avoir été remplies, munies d’une capsule hermétique et étiquetées, les bouteilles sont emballées dans des cartons par groupes de six.

Tout au long du processus de fabrication, de nombreuses analyses sont effectuées dans les laboratoires de l’hulerie Sabo, à Horn (TG). Ici, Sabine Scholz (à gauche), responsable Management Qualité chez Sabo, et Milanka Fijamin, acheteuse stratégique chez Sunray, filiale de Coop, commentent les résultats d’une analyse.

En plus des tests en laboratoire, des tests sensoriels sont pratiqués une fois par mois chez Sunray. Ils font intervenir la vue, l’odorat et le goût. Ici, Milanka Fijamin teste l’huile de colza bio Bourgeon 100% suisse, pressée à froid.

Le produit fini : la pression à froid conserve les propriétés gustatives et nutritionnelles de cette huile de colza bio 100% suisse.

Jaune d'or: une huile pressée à froid

Nouveau C’est à Horn (TG), 
au bord du lac de Constance, qu’est produite l’huile de 
colza bio Bourgeon 100% suisse vendue par Coop. La technique de pression utilisée en préserve les propriétés gustatives et nutritionnelles.

À la manière d’un œnologue, Milanka Fijamin teste l’huile de colza bio Bourgeon en faisant intervenir ses sens.

À la manière d’un œnologue, Milanka Fijamin teste l’huile de colza bio Bourgeon en faisant intervenir ses sens.
http://www.cooperation.ch/Jaune+d_or_+une+huile+pressee+ae+froid À la manière d’un œnologue, Milanka Fijamin teste l’huile de colza bio Bourgeon en faisant intervenir ses sens.

Milanka Fijamin (46 ans) a du nez et du palais. Elle traque les moindres anomalies qui pourraient entacher l’huile de colza bio Bourgeon, 100% suisse, pressée à froid. Acheteuse stratégique chez Sunray, filiale de Coop située à Pratteln (BL), elle est également membre d’un panel interne de Sunray comprenant six dégustateurs de différents départements de l’entreprise. Exceptionnellement, elle se livre pour nous à un test de dégustation dans les locaux de l’huilerie Oleificio Sabo, à Horn. «Ici, se font normalement les analyses en laboratoire. Les tests sensoriels supplémentaires ont lieu une fois par mois chez Sunray, à Pratteln», précise-t-elle.
Et l’acheteuse-testeuse de joindre l’acte à la parole. Elle porte devant ses yeux un gobelet transparent rempli de quelques doigts d’huile de colza bio Bourgeon. Elle le scrute très attentivement pour déceler toute impureté. «L’huile doit être parfaitement limpide», commente-t-elle. Ensuite, elle fait tourner le gobelet dans sa main, puis le porte à son nez pour s’assurer de la bonne qualité olfactive de l’huile. Vient le test du goût: elle prend dans sa bouche un peu d’huile, la fait tourner sur sa langue, puis, après un moment, aspire de l’air par la bouche pour faire ressortir les arômes de l’huile. «Une bonne huile de colza bio se reconnaît à un léger goût de noix et de semence ainsi qu’à sa belle couleur jaune doré», indique-t-elle. «Elle ne doit pas avoir un goût boisé, ni de brûlé. Elle ne doit pas non plus être amère ou avoir un goût de rance», ajoute Sabine Scholz (30 ans), responsable du service Management Qualité chez Sabo.

Mais avant de devenir ce liquide parfait qui ravit vos papilles et assaisonne vos mets, le colza subit tout un processus de transformation en douceur qui conserve intactes toutes les propriétés organoleptiques de l’huile de colza bio pressée à froid. La caractéristique majeure de celle vendue par Coop réside dans le fait qu’elle est produite à partir de colza bio Bourgeon 100% suisse, cultivé et transformé en Suisse.

L’huile de colza bio Bourgeon pressée 
à froid doit être parfaitement limpide.

Pas de chaleur extérieure

«L’avantage de la pression à froid c’est qu’elle préserve les vitamines dont l’huile de colza bio Bourgeon est naturellement riche – notamment les vitamines E et K, si précieuses pour l’organisme – ainsi que ses arômes caractéristiques», insiste Sabine Scholz. La pression à froid est un procédé mécanique au cours duquel les graines de colza sont broyées en douceur par une vis sans fin. «La chaleur, produite uniquement par la friction de la presse sur les graines, reste en dessous de 50 °C. Il n’y a aucun apport de chaleur extérieure», souligne-t-elle.
L’huilerie Sabo, qui emploie 65 personnes sur son site de production à Horn, procède à deux pressions par année d’huile de colza bio Bourgeon 100% suisse: une en septembre et une en février. L’huile fraîchement pressée est filtrée et stockée dans une citerne de 65 tonnes. Elle y restera au maximum six mois. «Notre but est de garantir au client un produit dont la durée de vie est d’au moins dix mois depuis la mise en bouteilles», assure Sabine Scholz. En tout, ce sont environ 260  000 bouteilles d’un demi-litre que Sabo livre par année à Sunray. Ce qui représente 130  000 litres d’huile de colza bio Bourgeon 100% suisse pressée à froid.
La graine de colza est grasse. Elle contient entre 40 et 44% d’huile. Une partie de celle-ci reste dans le tourteau (résidus de la pression) qui sera transformé en pellets destinés à l’alimentation animale. Il faut donc entre 3 kg et 3,5 kg de graines environ pour donner 1 litre d’huile de colza bio Bourgeon.
Tout au long du processus d’élaboration, depuis l’arrivée des graines de colza bio à l’huilerie Sabo jusqu’au produit fini mis en bouteilles, en passant par la pression et le filtrage, une série de contrôles et d’analyses en laboratoires sont effectués (teneur en eau et en huile des graines, acidité et indice de réfraction de l’huile, composition des acides gras, indice de peroxyde, dégustations).
En tout, ce ne sont pas moins d’une vingtaine de postes qui sont passés au peigne fin. Des expertises auxquelles s’ajouteront encore les contrôles et les tests sensoriels effectués chez Sunray une fois par mois. Autant dire que si l’on achète une bouteille d’huile de colza bio Bourgeon 100% suisse pressée à froid, on a dans les mains un produit qui a montré plusieurs fois patte blanche avant d’entrer dans notre cuisine.

Conseils culinaires

L’huile de colza bio Bourgeon 100% suisse pressée à froid est riche en vitamines E et K, en acide linoléique, en graisses insaturées ainsi qu’en acides gras oméga-3. Elle est idéale pour:

  • cuire les aliments à température modérée
  • les plats froids et les plats chauds
  • les sauces à salade
  • les dips
  • pour donner une touche spéciale aux soupes

En revanche, elle est déconseillée pour:

  • la cuisine à haute température (frites, fritures, etc.)
  • la mayonnaise

De la graine au liquide doré: production en Suisse en 2016

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jean Pinesi

Rédacteur

Photo:
Heiner H. Schmitt, Roberto Ceccarelli
Publication:
lundi 04.09.2017, 13:35 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?