François Roland (deuxième depuis la gauche) avec une partie de la classe qui a participé à la plantation de la prairie fleurie, dont on voit quelques plantes vivaces.

Jeunes engagés

Pour les abeilles L’action «Écoles fleuries» vise à créer des espaces naturels dans les cours d’écoles. Un exemple de ce qui a été réalisé à Fribourg.

Les abeilles ont de plus en plus de peine à trouver de la nourriture en quantité suffisante et des biotopes adaptés. La faute en revient principalement aux pesticides et aux monocultures agricoles. Pour contribuer à améliorer cette situation, Coop et Bio Suisse ont lancé il y a deux ans l’initiative «Écoles fleuries». En 2017, 1600 classes et 27 500 élèves et enseignants de toute la Suisse ont participé à cette action. Dont les élèves du Collège de Gambach, à Fribourg. Entourés par un petit groupe d’enseignants, ces jeunes du secondaire II, âgés de 15 à
16 ans en 2017, ont utilisé le kit de plantation et les semis offerts par Coop pour planter une prairie fleurie bordée de plantes vivaces (menthe, sauge, romarin). «Après l’inauguration de notre nouveau collège, en 2014, nous avons voulu développer les espaces verts qui existaient déjà», dit François Roland (37 ans), prof de science des religions et d’éducation physique et sportive. Et d’ajouter: «L’idée était aussi de favoriser le bilinguisme en faisant travailler ensemble deux classes de première, l’une francophone, l’autre germanophone.»

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Un fort enthousiasme

Dès le départ, le projet a reçu l’adhésion des autorités scolaires et politiques. Et une bonne partie des élèves s’est engagée avec motivation et enthousiasme: «J’ai été très heureuse de contribuer à apporter un plus pour l’écologie, déclare Estelle (17 ans), aujourd’hui en 2e année du collège, option économie. Nous avons besoin des abeilles pour vivre, car ce sont elles qui pollinisent la plupart de nos plantes.» Ce n’est pas son camarade, Eliot (17 ans), qui la contredira: «L’écologie est quelque chose d’important, car l’homme est en train de détruire la planète. Il faut empêcher cela. Les abeilles sont vitales pour tout l’écosystème. Si elles venaient à disparaître, ce serait une catastrophe.»

Produire pour partager

En fait, avec la prairie fleurie, le Collège de Gambach n’en était pas à son coup d’essai. En 2016, avec le soutien de Pro Natura, dix arbres fruitiers à hautes tiges d’espèces locales ainsi qu’une haie de cent arbustes de quinze espèces différentes, avaient été plantés par des élèves de 3e année. Puis, six nichoirs avaient été posés. Les insectes n’ont pas été oubliés: le 24 janvier a démarré le projet «Hôtel à insectes». «C’est un projet réalisable en quelques jours, mais qui déploie ses effets sur de nombreuses années», souligne Suzanne Wyss (30 ans), qui enseigne la physique et les maths. «Nos plantations ont été réalisées dans l’idée de favoriser la biodiversité et la permaculture. Celle-ci a pour but de prendre soin de la terre, des hommes et de partager les surplus», résume François Roland. Dès la fin du prochain été, les arbres pollinisés par les abeilles attirées par la prairie fleurie pourraient déjà donner des fruits. Profs et élèves se feront un plaisir de se les partager.

Inscriptions à l’action «Écoles fleuries» ouvertes jusqu’au 15.03 ou dans la limite des stocks de kits et semences disponibles.

Conditions de participation

Espèces menacées: Les reptiles sont les plus exposés

Source OFEV; infographie Caroline Koella

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/341
Toutes les paroles aux actes
Jean Pinesi

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo, Geri Born
Publication:
lundi 05.02.2018, 12:30 heure

Retrouvez toutes nos recettes