L’aliment qui rassasie

Boulgour Pour beaucoup d’entre nous, le boulgour n’est que l’ingrédient de base du taboulé libanais. Cette céréale venue d’Orient a cependant de nombreux autres atouts.

Origine

Le boulgour, mot issu du nom turc bulgur, est aussi appelé bourghol, borghol ou burghul, ou encore bourghoul en persan.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Fast-food

Comme le boulgour est précuit, il se prépare en un tour de main. Il suffit de le plonger dans deux fois son volume d’eau ou de bouillon et de le laisser gonfler 10 à 20 minutes après ébullition. Le temps de cuisson dépend de la taille du grain.

Calories

100 g de boulgour cru représentent env. 350 calories. Autrement dit, le boulgour n’est ni plus ni moins calorique que le riz ou les pâtes.

Oriental

Le boulgour garnit nos assiettes depuis 4000 ans déjà. Ce sous-produit du blé est toutefois surtout consommé au Proche et au Moyen-Orient ainsi que dans les Balkans. Le boulgour est également mentionné dans la Bible, sous le nom de Arisha.

Bon à tout faire

Ingrédient très polyvalent au léger goût de noisette, le boulgour est idéal pour réaliser la garniture des courgettes, tomates ou poivrons farcis. Il fait merveille dans les soupes ou en salade, agrémenté de toutes sortes d’herbes aromatiques. Il sert aussi d’accompagnement à un plat mijoté de viande, de poisson ou de légumes.

Taboulé d’été

L’expert

Gregory Schaad-Jackson, cuisinier d’«al dente»

Gregory Schaad-Jackson, cuisinier d’«al dente»
Gregory Schaad-Jackson, cuisinier d’«al dente»

Le boulgour, ou bulgur comme l’appellent les Turcs, est un des ingrédients typiques des cuisines du Moyen-Orient et des pays de la côte méditerranéenne.
La cuisson de cet aliment, disponible en plusieurs moutures différentes, est proche de celle du riz. Deux volumes d’eau pour un volume de boulgour que l’on cuit jusqu’à évaporation complète. Dans ses pays d’origine, on sert le boulgour quasiment à chaque repas, en salade ou comme accompagnement glucide. En Turquie, le boulgour est souvent cuit dans un mélange de bouillon, oignon, tomate, et poivron vert.
Ce qui donne une belle couleur rouge au plat. Moi, j’aime bien le servir en salade en ajoutant, en fin de cuisson, du jus de citron, des raisins secs, des pignons grillés, du cerfeuil haché et des tomates cerises confites.
Le cerfeuil, à la texture plus douce que celle du persil, est là pour apporter une touche de vert au fameux taboulé. On peut aussi ajouter les restes d’un bon rôti (poulet, agneau ou porc) coupés en petits morceaux. Et la salade devient alors le plat principal.

Anne-Marie Cuttat

Rédactrice

Photo:
Heiner H. Schmitt, Alain Intraina, SP
Publication:
lundi 01.06.2015, 12:50 heure

Retrouvez toutes nos recettes