Gerry Hauser travaille avec 1,2 million d’abeilles Buckfast. Si elles n’ont     plus beaucoup de secrets pour lui, leur mode de vie continue de le fasciner.

L’alimentation est un sujet sensible

Le World Food System Center de l’EPFZ et Coop cherchent à définir des améliorations dans le domaine de l’«alimentation durable». Michelle Grant, directrice du centre, nous présente les activités de ce dernier et les projets de Coop.

Coopération. Que fait le World Food System Center?
Michelle Grant. Notre objectif est de contribuer à la sécurité alimentaire mondiale durable. Notre action passe par la recherche, la formation et les relations publiques. Le World Food System Center veut rapprocher les différents domaines de recherche de l’EPFZ. L’échange avec les partenaires externes joue également un rôle crucial.

Qu’entendez-vous par «Food System»?
Le terme recouvre tout ce qui concerne la production, la transformation et la consommation des aliments. Ces opérations s’inscrivent dans un contexte social, politique, économique et écologique complexe. Tous ces aspects doivent être pris en compte dans les travaux de recherche.

L’enjeu consiste-t-il à rendre le monde meilleur?
Notre préoccupation est de savoir comment nourrir correctement tout le monde sur la planète. «Correctement» ne veut pas dire simplement avoir à manger en quantité suffisante, mais également avoir des repas de bonne qualité et bons pour la santé. Sans pour autant avoir d’impact négatif ni sur l’environnement ni sur le bien-être des autres.

A quel défi êtes-vous confrontés?
L’alimentation est un sujet très sensible et qui polarise. Pourtant, la plupart du temps, les solutions intéressantes se situent au centre, entre ces deux extrêmes. En tant que Haute Ecole, nous tentons de trouver des solutions qui reposent sur des faits scientifiques.

Comment travaillez-vous au World Food System Center?
Dans la recherche, nous soutenons des projets orientés vers la réalisation d’objectifs et l’efficacité. Nous rendons les informations et les résultats accessibles à un large public. Dans la formation, nous veillons à initier les étudiants à différentes disciplines, de manière à ce que les diplômés soient capables d’inscrire leur réflexion dans des systèmes complexes.

Quatre projets financés par le Fonds Coop pour le développement durable sont en cours. De quoi traitent-ils?
Les projets portent sur la culture du sarrasin, sur la poule à deux fins, sur l’allongement de la durée de conservation des produits frais et sur la teneur en cadmium des sols sur lesquels le cacao est cultivé.

«

Il est important que la recherche reste indépendante»

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur chacun des projets?
Le sarrasin est une plante utile cultivée depuis longtemps. Le projet s’interroge sur la manière d’améliorer sa culture et son utilisation afin de disposer d’une alternative aux céréales courantes, le riz, le maïs ou le blé. Pour la poule à deux fins, l’enjeu est de disposer de races de poules qui se prêtent aussi bien à la production d’œufs qu’à celle de viande afin de rendre ce type de production rentable. Les chercheurs souhaitent trouver un moyen d’allonger la durée de conservation des produits frais de manière durable et saine. Le quatrième projet s’intéresse à la présence du cadmium – un métal lourd – dans les sols sur lesquels on cultive le cacao, qui absorbe le cadmium. Les chercheurs étudient les mesures agricoles qui permettraient de réduire ce phénomène.

Comment ces projets ont-ils été sélectionnés?
Nous avons défini en commun accord avec Coop les sujets aussi intéressants pour elle que pour l’EPFZ et avons lancé un appel d’offres. Un comité scientifique indépendant a contrôlé la qualité scientifique des projets soumis.

C’est donc l’EPFZ qui a choisi les projets?
Oui. Il est important que la recherche reste indépendante. Nos partenaires, dont Coop, ont ainsi la garantie que les résultats obtenus et les solutions élaborées reposent sur des bases scientifiques avérées et ne sont régis par aucun autre intérêt que celui de la science. Les résultats sont par ailleurs accessibles à tous, et pas seulement à Coop.

Où en sont ces quatre projets?
Ils ont tous débuté entre mars et juillet. Les premiers résultats provisoires devraient être disponibles dans une année au minimum.

Ensuite, la coopération avec Coop prendra fin?
Pas du tout. Cet automne, de nouveaux projets seront sélectionnés pour être soutenus par le Fonds Coop pour le développement durable.

Le fait que Coop soit un commerce de détail représente-t-il un atout?
Oui. Il est important de travailler avec des partenaires extérieurs au monde académique. Les commerçants de détail sont en relation avec les producteurs et les consommateurs. Ils ont également accès aux données. C’est important pour la recherche. Le dialogue entre les différentes parties contribue à trouver des solutions satisfaisantes.

Collaboration

Entre Coop et l’EPFZ

Le Coop Research Program a vu le jour en 2013, pour une durée de cinq ans. Chaque année, le Fonds Coop pour le développement durable investit un million de francs, le nombre de projets soutenus dépend de leurs coûts. Les concepts des projets soumis doivent indiquer clairement les questions auxquelles ils entendent répondre. L’EPFZ gère le processus de sélection et de recherche, ce qui garantit un standard scientifique élevé. Les projets traitent de questions sociales en lien avec le développement durable et la chaîne de valeur alimentaire.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

.

Photo:
Raja Läubli | Interview: Noëmi Kern
Publication:
lundi 28.07.2014, 14:00 heure

Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?