Félix Luder (à g.) et Emilien Piot devant un palox d’une tonne de pommes de terre hors normes de différents producteurs.

L’aspect non, le goût oui

Label Un été torride est responsable des formes bizarres de certaines pommes de terre. Leurs qualités intactes leur assurent néanmoins une place sur les étals.

Ah, l’été 2015! Chacun s’en souviendra à sa manière. Un soleil (trop) généreux a permis aux plages, piscines et terrasses de faire le plein et causé bien des soucis aux agriculteurs. Notamment aux producteurs de pommes de terre. De mémoire de paysan, rarement une récolte a été aussi désastreuse. Au niveau de la quantité s’entend. Par rapport à une année normale, les pertes physiques sont estimées à environ 25% mais la perte financière est beaucoup plus importante pour les agriculteurs. Pour la marchandise non commercialisable, la branche de la pomme de terre bénéficie d’un fonds de compensation qui permet d’octroyer une petite indemnité. La qualité, quant à elle, est au rendez-vous puisqu’elle est jugée moyenne à bonne par les spécialistes.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Un printemps pluvieux suivi d’un été caniculaire et sec ont eu pour conséquence de durcir la terre dans les lignes de pommes de terre. Des conditions qui ont influencé négativement la croissance du tubercule préféré des Suisses. Certains sont sortis de terre avec des formes bizarres, tordues, surprenantes, bref, non conformes à la norme.
Malgré leurs qualités gustatives et nutritionnelles intactes, ces pommes de terre hors normes étaient jusqu’ici destinées à l’affouragement du bétail. Depuis cette année, grâce au label Ünique lancé en 2013, une partie d’entre elles trouve le chemin des étals des magasins Coop. Pour le plus grand bonheur des consommateurs mais aussi des producteurs. «La culture des pommes de terre est très fluctuante; elle dépend étroitement des conditions météo, souligne Félix Luder (45 ans). Les récoltes varient énormément d’une année à l’autre. Le label Ünique a l’avantage de montrer aux consommateurs que le producteur ne peut fournir que ce que la nature lui donne. En outre, il encourage la reconnaissance de la valeur alimentaire plutôt que visuelle d’un produit.»

Arrêts de croissance

Exploitant un domaine de 50 hectares dans la Broye vaudoise, cet agriculteur en dédie 9 à la production de pommes de terre. Le fait d’être situé sur une plaine baignée par une rivière lui a permis d’irriguer ses champs jusqu’à un certain point. Ce qui explique qu’il a récolté proportionnellement moins de tubercules hors normes que ses confrères qui n’avaient pas la possibilité d’arroser. Mais quand il n’a plus été possible de pomper de l’eau dans la Broye, ses pommes de terre ont particulièrement souffert des grandes chaleurs. «Il ne faut pas oublier que la pomme de terre est originaire de la cordillère des Andes. La température idéale pour sa culture est 20 à 25 °C. Au-delà, sa croissance est stoppée. Elle se met en quelque sorte en veilleuse pour se protéger des déperditions d’eau par évaporation.»
Mais comment expliquer certaines formes tordues? «S’il pleut, la croissance reprend mais comme le sol reste dur, elle se fera par à-coups. Le tubercule s’adapte à cet environnement défavorable et se développe là où il peut.»

Cultivé selon les normes suisses

Responsable de la centrale de pommes de terre Fenaco, à Bercher (VD), Emilien Piot (29 ans) salue les nombreux mérites du label Ünique. Notamment celui de sensibiliser les consommateurs aux qualités indéniables d’un produit dont l’aspect ne correspondait pas aux exigences du marché jusqu’ici. «Je trouve important de souligner que ces pommes de terre Ünique sont un produit suisse, cultivé selon les normes suisses qui sont beaucoup plus exigeantes que celles de nombreux pays d’importation», martèle Félix Luder.
Comme de nombreux agriculteurs de la région, il livre ses pommes de terre à la centrale de Bercher. Chaque année, ce sont quelque 10 000 tonnes qui y sont acheminées par 70 producteurs, dont 80% sont situés dans un rayon de 20 km. Les 20% restants étant des producteurs de pommes de terre précoces du Chablais et de la Côte.

«

Au-delà de 20 à 25 °C, la croissance de la pomme de terre est stoppée»

Félix Luder, agriculteur

À la centrale, chaque lot de pommes de terre livré est évalué, puis stocké à une température de 4 °C et à un taux d’humidité oscillant entre 90 et 95%. Quand arrivent les commandes, les pommes de terre, selon le type commandé, sont transférées dans une cellule de réchauffement à 10 °C avant de passer les étapes du calibrage, lavage, triage, conditionnement et expédition. «Les périodes de livraison sont très courtes, indique Emilien Piot. Si l’on reçoit la commande le matin à 10 h, la marchandise doit être livrée à 15 h déjà à la centrale de distribution.»

Malgré leurs formes bizarres, les qualités gustatives et nutritionnelles de ces pommes de terre sont intactes.

À part des articles standards, comme les carottes, qui comprennent toujours un certain pourcentage de marchandises Ünique, Coop a créé un label qui permet aussi de réagir rapidement aux caprices de la nature. Comme cet été avec les abricots et maintenant avec les pommes de terre. Ces tubercules bizarres compenseront quelque peu le manque d’une marchandise qui ne sera pas disponible en masse cette année. Contribueront-ils à diminuer les importations? «Ce label maintient la création de valeur en Suisse. Même si les faibles quantités de pommes de terre Ünique n’auront que peu d’influence sur les importations, toute pierre ajoutée à l’édifice est bonne à prendre», estime Emilien Piot.

Les pommes de terre Ünique sont disponibles dès maintenant dans tous les magasins Coop.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Jean Pinesi

Rédacteur

Photo:
Darrin Vanselow
Publication:
lundi 23.11.2015, 14:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?