L’esprit de famille, sans bisbilles

Vin espagnol Outre-Pyrénées, la dynastie Torres est intimement liée au monde viticole. Elle constitue également un modèle exemplaire d’entreprise familiale florissante.

Depuis cinq générations, la dynastie des Torres règne sur le paysage viticole espagnol. Cela concerne les vins haut de gamme comme la viticulture innovante et écologique. Et  contrairement à la famille royale d’Espagne, cela se passe sans le moindre scandale!

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Tout a commencé avec les frères Miguel et Jaime Torres. Ils ont bâti leur propriété viticole, Mas la Plana, en 1870 sur la terre fertile de Vilafranca del Penedès, dans la région catalane, près de Barcelone. Ils l’ont fait fructifier en travaillant d’arrache-pied.
Depuis, chaque génération n’a eu de cesse de conforter le prestige et l’étendue de l’empire familial. Aujourd’hui, elle produit plus de cinquante vins, disponibles dans pas moins de 150 pays.
Les vignobles s’étendent sur 2432 hectares de terres situées dans diverses régions d’Espagne, du Chili et des États-Unis (Californie).
Malgré ce succès, la famille privilégie la sobriété et renonce à tout luxe. Elle reste fidèle à elle-même, une famille de paysans zélés et consciencieux, transmettant l’amour de la terre et cultivant la passion du vin. Pourtant, l’homme aux traits fins assis dans le restaurant de l’entreprise Bodegas Torres n’a rien d’un paysan typique. Il s’agit de Miguel Torres Maczassek (41 ans), représentant de la cinquième génération des viticulteurs Torres.

La famille Torres: Mireia, sa mère Waltraut, son frère Miguel (CEO) et sa cousine Cristina (à l’arrière, de g. à dr.). Marimar, son frère Juan Maria, son neveu Arnau ainsi que son frère et président Miguel A.

Il a repris en 2012 les rênes de l’entreprise en devenant le directeur général. Selon lui, outre l’ardeur au travail, l’entreprise doit aussi son succès à la structure familiale où les décisions sont prises à long terme. Cela vaut particulièrement pour la production viticole, où il faut souvent attendre la prochaine génération pour récolter les fruits du travail. Interview.

Le CEO Miguel Torres Maczassek.

Le CEO Miguel Torres Maczassek.
Le CEO Miguel Torres Maczassek.

Quelle est votre journée type de travail?
Chaque jour est différent. Ma fonction m’amène à effectuer de nombreux déplacements pour entretenir des relations personnelles avec nos clients et nos fournisseurs. La seule routine de la semaine consiste à retrouver mon père, ma sœur et quelques-uns de nos œnologues chaque mardi et chaque vendredi matin pour tester les vins avant de les mettre en bouteille. Nous y tenons, car nous avons à cœur de prendre l’ultime décision concernant nos produits.  

Que représente la famille pour vous?
Il nous est très difficile de distinguer la famille de la bodega (ndlr: cave à vin). Tout est intimement lié. J’ai baigné dans les vignes depuis ma tendre enfance et, à table, le vin trônait en bonne place. C’est ancré dans notre identité. L’avantage de notre famille, c’est que chaque génération peut contribuer de manière différente à parfaire la bodega ou l’accroître. Mais toujours au profit de la qualité, car après tout, nous avons l’ambition de produire les meilleurs vins au monde.

Chaque génération a des défis à relever. Quels sont les vôtres?
Les conséquences du changement climatique sur la production viticole sont palpables. Certaines théories prévoient que la température moyenne augmentera de 4 – 5 °C d’ici le tournant du siècle. Cela veut dire que dans quelques décennies, certains cépages ne seront plus appropriés. Les parcelles viticoles aussi vont se déplacer. Voilà pourquoi nous testons d’ores et déjà de nouveaux cépages et de nouvelles terres viticoles, notamment dans les Pyrénées. Nous souhaitons en outre réduire nos émissions totales de CO2 de 30% d’ici 2020. En étant bien conscients que les décisions prises aujourd’hui engagent l’avenir de nos enfants.

L’atrium de la cave à vins Waltraud.

Avez-vous toujours travaillé dans la viticulture?
J’ai toujours su que tôt ou tard je rejoindrais l’entreprise familiale. Mais après mes études, j’ai travaillé dans une entreprise de parfum, histoire de faire mes premières armes. Quand on débute dans un métier, on se trompe souvent et on commet des erreurs. Mieux vaut donc que votre père ne soit pas votre patron! Un protocole interne à la famille invite chacun de ses membres à travailler et s’aguerrir ailleurs.

Qui est l’auteur de ce protocole?
Il a été rédigé par mon père et sa fratrie, Marimar et Juan Maria Torres. Ils voulaient définir des directives régissant les décisions quant aux horaires de travail, à l’âge de départ à la retraite ou encore aux billets d’avion à réserver. Je recommanderais cela à toute entreprise familiale.

Le vignoble de la région du Priorat.

Il y a trois ans, vous avez repris les rênes. La transmission a-t-elle été difficile?
La passation s’est déroulée sans accroc. De par sa fonc-tion de président de l’entreprise, mon père demeure très actif. C’est d’une grande utilité pour moi-même et pour ma sœur, qui est à la tête de deux vignobles. Nous comptons les deux encore beaucoup sur sa grande expérience. Ce qui ne nous empêche pas de prendre certaines décisions de manière autonome, sans l’aval paternel.

N’avez-vous jamais eu de différend?
Non. Chaque génération travaille de concert dans le but de parfaire l’entreprise, qui sera transmise à la prochaine génération. Il existe des familles qui dépensent sans compter. Nous avons la satisfaction de pouvoir nous consacrer au vin.

Comment parvenez-vous à rester aussi modeste?
Je pense qu’il s’agit surtout de montrer l’exemple. Je n’ai jamais vu mon père ni mon grand-père au volant d’une voiture de luxe. Il suffit de vivre sa vie en montrant l’exemple et en défendant ses convictions.

Vous êtes père de trois enfants. Comment les éduquez-vous?
Mes enfants n’ont que 7, 5 et 3 ans. Bien que souvent en déplacement, j’essaie de toujours être avec eux durant le week-end. Je les aiderai à intégrer notre entreprise. Et si, plus tard, ils souhaitent se consacrer à autre chose, la décision leur appartient.

Torres Sangre de Toro

Prix: 9 fr. 95 / 75 cl
Origine: Espagne, Catalogne
Cépages: grenache, cariñena
Notes: bouquet fruité, épanoui, de griottes, groseilles et framboises, délicatement épicé, en bouche agréablement fin, accessible et léger, déjà bon à boire avec des tanins modérés. Bon rapport qualité-prix.
Idéal avec: grillades et pâtes.

.

Torres Viña Sol  

Prix: 8 fr. 95 / 75 cl
Origine: Espagne, Catalogne
Cépages: parellada, grenache blanc
Notes: bouquet ouvert de notes florales et de saveurs d’agrumes, de banane, de poire et de pêche en bouche, corps svelte avec une acidité vive, belle longueur en bouche.
Idéal avec: apéritif, poisson.

.

mondovino.ch/torres

Un vrai régal à l’heure du dessert

L’experte

Marie Linder, spécialiste en vin

Marie Linder, spécialiste en vin
Marie Linder, spécialiste en vin

Le Piémont possède un beau vignoble très vallonné qui est en premier lieu renommé pour ses vins rouges. La région est cependant aussi le royaume de l’inimitable moscato. Les vignes appartenant au groupe Araldica sont implantées sur la colline de Monferrat, dans la région d’Asti. Boire un moscato, c’est un peu comme croquer dans une grappe de raisins, bien mûre et juteuse. C’est un vin mousseux d’une faible teneur en alcool d’environ 5% volume. Il ne possède pas une complexité renversante, mais il est joyeux, fruité, et il a l’avantage de plaire aux personnes pour qui le vin semble compliqué et souvent agressif pour leurs papilles. Sa pétillance et sa douceur sont les bienvenues en fin de repas. Il procure une sensation de fraîcheur au palais et, accompagné de cantuccinis ou d’un dessert aux fruits, c’est un régal.

Moscato d’Asti DOCG Araldica 2014, 75 cl 

Prix: 8 fr. 95/75 cl
Origine: Italie, Piémont
Cépage: muscat
Maturité: 2 – 3 ans après la récolte
Disponible: dans les grands points de vente ou sur:
www.coopathome.ch

.

www.mondovino.ch
Michaela Schlegel
Photo:
SP
Publication:
lundi 18.01.2016, 14:13 heure

Concours photo:

Bon appétit!

Les gagnants sont connus!

Les votes sont terminés. Félicitations aux gagnants du concours «Bon appétit»!

Vers le concours

Retrouvez toutes nos recettes