1 von 13


Ruedi Karrer dans «son» musée du jeans, dont l’emplacement exact, à Zurich, est tenu secret.

Ruedi Karrer, dans son showroom, avec les jeans classés de A à Z.

Ruedi Karrer, dans son showroom, avec les jeans classés de A à Z.

Ruedi Karrer, dans son showroom, avec les jeans classés de A à Z et, suspendues les pièces maîtresses.

Ruedi Karrer, dans son showroom, avec les jeans classés de A à Z et, suspendues les pièces maîtresses.

Son tout premier jeans, en 1973, un Wrangler.

Ces traces d’usure sont typiques des jeans jamais lavés.

Ces traces d’usure sont typiques des jeans jamais lavés.

Sur cette série de jeans qui ont appartenu au même propriétaire, on voit que les marques d’usure se retrouvent toujours aux mêmes endroits.

Le propriétaire de ce jeans mettait toujours la petite monnaie dans la poche intérieure, qui s’est déchirée avec le temps.

L’une des toutes premières vestes de Ruedi Karrer.

Imitation d’un Levis, remplacé par «James» sur la petite étiquette rouge.

Ruedi Karrer possède 7000 pantalons et 5000 vestes en jeans.

L’homme qui vit entouré de 12 000 jeans

Passion vestimentaire Ruedi Karrer possède une fabuleuse collection de vêtements en jeans, dont le plus vieux a 70 ans! Dans son musée d’un immeuble zurichois, on découvre l’histoire du denim.

Il porte le même jeans depuis le 1er avril 2013, soit 596 jours, moins dix jours de voyage au Maroc. Il a aussi vaincu le Breithorn (4167 m), fin septembre, vêtu du même pantalon et d’une veste… en jeans. La vie de Ruedi Karrer tourne autour du fameux tissu depuis 41 ans.
Dans le hameau de Heinzenberg, au-dessus de Thusis (GR), les jeans n’apparaissent qu’à la fin des années 1960. Comme les dix enfants de la famille Karrer se transmettent les habits au fur et à mesure, c’est le frère aîné qui a l’honneur de porter le premier denim. Celui-ci trône aujourd’hui dans le petit deux-pièces consacré à la passion d’une vie, à Zurich.
Les cartons s’entassent dans une pièce – c’est qu’il y a 12 000 vêtements ici: 7000 pantalons et 5000 vestes –, alors que l’autre pièce de l’appartement fait office de «showroom», avec les perles rares, les coups de cœur, et un exemplaire de chaque marque, classé de A à Z.
Ruedi Karrer garde chez lui ses 800 objets préférés. «Je suis un puriste. Pour moi, il ne faudrait jamais laver un jeans, tout au plus enlever une tache avec une patte humide. On peut l’aérer pour faire partir les mauvaises odeurs. Le denim ne craint que deux choses: le soleil et l’eau.»
Les jeans non lavés, bleu foncé (indigo, la couleur originale), les «raw denim» en langage d’initié, sont les pièces maîtresses de sa panoplie.

«

Je suis un puriste. Pour moi, il ne faudrait jamais laver un jeans.»

Ruedi Karrer, collectionneur

Originaux et contrefaçons

Imitation d’un Levis, dont le nom a été remplacé par «James Strauss» sur l’étiquette.

Imitation d’un Levis, dont le nom a été remplacé par «James Strauss» sur l’étiquette.
Imitation d’un Levis, dont le nom a été remplacé par «James Strauss» sur l’étiquette.

Dans les années 1990, l’appel du large pousse Ruedi Karrer à partir en voyage un an et demi. «Pour faire de la place, j’ai bradé six cartons de jeans, à 1 fr. pièce. Je m’en mords encore les doigts», raconte-t-il. Il n’empêche: à ce jour, il posséderait la plus grande collection de denim au monde. «Les fabricants ont de petits musées où ils exposent leurs anciens modèles. Moi, je m’intéresse à toutes les marques, même aux contrefaçons.» Celles qu’il exhibe sont teintées d’humour: ainsi, en Thaïlande, il a trouvé un James Strauss, alors qu’un autre imposteur a remplacé la célèbre petite étiquette rouge par un «I like».
Le géographe, marié au célèbre tissu (mais il ne dort pas avec!), n’en finit plus de raconter des histoires, et on l’écouterait des heures. «Un jour de 1998, je mangeais sur une terrasse quand j’ai vu passer un punk japonais avec un Big Smith de 1965, jamais lavé. Nous avons négocié plusieurs heures pour qu’il me le laisse et j’ai dû lui donner, en échange, un Levi’s 505 Shrink-to-Fit (ndlr: rigide) de 1975.»
Aujourd’hui, le passionné fait ses emplettes principalement sur Internet et dépense 20 000 francs par an. Il possède un réseau d’informateurs à travers le monde. L’un deux a, par exemple, récupéré plusieurs jeans auprès d’un cow-boy américain, portant les marques du fermage. «Je distribue également cinq à dix cartes de visite par jour dans les rues, quand je vois un pantalon particulier. Généralement, cela ne débouche sur rien, ou alors les gens rappellent quand le jeans est trop usé.»

Un vrai musée pour l’avenir

Pour assurer la pérennité de sa collection, Ruedi Karrer a commencé à en dresser un inventaire numérique, en répertoriant les marques, les modèles, les particularités de chaque pièce et en la photographiant. «Il y en aura pour des années», soupire-t-il.
Régulièrement, des curateurs le sollicitent pour des expositions temporaires, comme les «Fashion Talks», à voir à Winterthour jusqu’en mars, où il expose 81 pièces.
Et les intéressés sont de plus en plus nombreux à vouloir visiter son musée personnel, dont le lieu est tenu secret. «J’aimerais bien, un jour, en faire un vrai musée, créer une association, écrire un livre…» Avant de se recommander: si vous, lecteur, avez un pantalon ou une veste en jeans raw denim bleu foncé (indigo) jamais lavé, avec des traces d’usure, ça l’intéresse au plus haut point!

Jeans

Choix

Un raw denim: jeans avec le tissu original indigo, particulièrement lourd.

Un raw denim: jeans avec le tissu original indigo, particulièrement lourd.
Un raw denim: jeans avec le tissu original indigo, particulièrement lourd.

Principes de base

  • En cas de doute, mieux vaut un jeans trop long que trop court.
  • Les couleurs sombres amincissent, les couleurs claires grossissent.
  • Des poches arrière rapprochées de la couture centrale font paraître les fesses plus petites et plus craquantes.
  • Pour qu’il siée bien, un jeans doit être soit très près du corps, soit vraiment trop large.
  • Quel que soit le style de coupe, l’important est d’acheter la bonne taille.

Conseils d’entretien pour les jeans

Vous avez le choix:
… soit vous ne lavez pas du tout votre jeans, comme le recommande Ruedi Karrer, tout en tenant compte de ses conseils:

  1. Commencez à porter vos nouveaux raw denim au début de la saison froide, en automne.
  2. Aérez-les souvent.
  3. Régulièrement, mettez-les dans un sac en plastique hermétique au congélateur quelques heures.
  4. Portez vos jeans en trois étapes selon leur usure: au bureau, puis pour vos loisirs (randonnée, vélo) et, enfin, pour les travaux ménagers (peinture, jardin, forêt).
  5. En cas d’urgence, nettoyez-les chimiquement (mais le tissu en sera définitivement altéré).

… ou alors, vous passez vos jeans à la machine, avec quelques précautions d’usage:

  • Laver à l’envers à 30-40° C max. Laver avec des couleurs similaires.
  • Utiliser une lessive pour linge délicat et couleurs.
  • Il est possible de laver des jeans bleu foncé qui se sont décolorés avec des couleurs similaires plus sombres afin de les reteindre. Il faut toutefois faire attention avec les couleurs vives.
  • Ne pas utiliser d’assouplissant, de décolorant, ni d’eau de Javel.
  • Ne pas essorer les jeans stretch, car ils perdraient de leur élasticité.
  • Ne pas utiliser de sèche-linge, mais suspendre le jeans, de préférence par les jambes, pour éviter toute marque.
  • Ne pas faire sécher au soleil.
  • Toujours repasser à l’envers.

Bootcut

Les jambes sont relativement étroites au niveau des cuisses et s’évasent vers le bas, de sorte que ce modèle peut être porté au-dessus de bottes. Les jeans Bootcut sont moins larges que les modèles à pattes d’éléphant.

Cette coupe convient à pratiquement toutes les silhouettes et peut très bien être portée par les femmes qui ont des cuisses et des mollets dodus et des hanches un peu larges, car les jambes évasées ne les dessinent pas. Les femmes qui ont les jambes courtes peuvent porter un Bootcut avec des talons hauts pour les allonger.

 
 

Boyfriend

Littéralement, il s’agit du «pantalon du petit copain». En tout cas, il doit donner l’impression qu’une femme porte le pantalon de son copain. La coupe n’est donc pas près du corps. Souvent, la ceinture est plus basse qu’à l’accoutumée, la coupe semble donc plus large. Tout cela rend ce pantalon particulièrement confortable (Comfort fit). Souvent, on porte les jambes un peu retroussées.

Cette coupe convient aux femmes dont la taille n’est pas très marquée. Elle est parfaite pour dissimuler des cuisses un peu épaisses.

 
 

Regular Fit

Cette coupe classique se distingue par des jambes droites. Elle ne souligne pas trop la silhouette et compte en général cinq poches, deux derrière et deux devant, plus une petite pour la monnaie.

Cette coupe convient à toutes les femmes qui ne sont ni trop rondes ni trop minces.

 
 

Slim Fit

Coupe près du corps qui souligne la silhouette et suit le contour des jambes jusqu’aux chevilles. La version extrême du Slim est le Skinny.

Le jeans «Slim fit» moulant ne peut être porté que par des femmes minces qui ont les jambes fines et aucune rondeur sur les hanches.

 
 

Tapered

Comme le jeans carotte, le Tapered est largement taillé au niveau des hanches et du postérieur. Les jambes se resserrent vers le bas et collent aux chevilles. Le jeans Tapered a une taille moins haute que le carotte et ne serre pas les hanches. Cette coupe est appréciée pour son confort.

 
 

Marlene

Ces jeans larges et droits ont une ceinture à hauteur normale, sont très ajustés à la taille et soulignent le derrière et les hanches. La jambe s’élargit vers le bas. Le revers touche pratiquement le sol. Ces pantalons ont parfois un pli. Marlene Dietrich aimait se montrer avec ces pantalons à la coupe large et droite.

La coupe Marlene met particulièrement en valeur la silhouette: elle souligne la taille et recouvre le derrière et les hanches. Elle permet de dissimuler facilement des petits bourrelets. L’important est d’avoir la taille fine. Ces jeans conviennent surtout aux femmes de grande taille et sont à proscrire si vous êtes enrobée.

 
 

Low Rise (ou Hipster)

La ceinture est au niveau des hanches, elle est donc plutôt basse. Une version extrême du modèle Hipster est le Baggy sur lequel la ceinture arrive en dessous des hanches.

La coupe des jeans détermine le genre de silhouettes qui peut les porter à son avantage. Les Slim s’adressent plutôt aux femmes minces, tandis que les Low Rise, plus larges, conviennent bien aux femmes plus rondes et permettent de dissimuler les rondeurs disgracieuses des fesses, des hanches et des cuisses.

 
 

High Waist

La ceinture repose haut sur la taille, ce qui a pour effet d’allonger les jambes. En revanche, la taille semble ramassée. Cette coupe très seyante peut être portée par pratiquement toutes les femmes.

Les jeans High Waist siéent parfaitement aux femmes plutôt petites et rondes car ils les allongent et les font paraître plus grandes. Ils sont également parfaits pour gommer les petits bourrelets ou un petit ventre. Sur les femmes de grande taille, ils allongent encore les jambes.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Mélanie Haab

Rédactrice

Photo:
Alamy, SP
Publication:
lundi 17.11.2014, 16:00 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?