Producteur de fraises dans le sud de l’Espagne, Andrés Martin Alejo irrigue ses fruits avec 30% d’eau en moins grâce à un système de goutte à goutte.

L’utilité d’économiser l’eau

Irrigation Grâce à des projets ciblés, de grandes quantités d’eau peuvent être économisées dans l’agriculture. Notamment dans les pays du Sud. L’exemple des cultures de fraises de Huelva, en Espagne.

Plus des deux tiers des ressources mondiales d’eau douce sont utilisés pour l’agriculture, signale le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Dans les pays où les ressources en eau sont abondantes, notamment en Europe centrale, cela ne pose pas de problèmes. En revanche, là où ce précieux liquide est rare, la situation devient critique: Maroc, Tunisie, Égypte, Pérou, Afrique du Sud… Même l’Espagne est concernée.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Le parc national a souffert

Dans la province de Huelva par exemple, au sud du pays, on produit principalement des fraises. Elles poussent aux abords du parc national de Doñana, une réserve de biosphère en aval du Guadalquivir. Ces dernières années, l’intensification de l’agriculture dans la région a entraîné une extension des surfaces de production. Conséquence: les besoins en eau ont considérablement augmenté et les répercussions négatives sur le régime hydrique du parc national ne se sont pas fait attendre.

Gestion de l’eau

Dans le but de promouvoir un mode de production durable dans la région, Coop a élaboré une norme d’utilisation de l’eau, en collaboration avec le WWF. Celle-ci exige qu’on cultive fruits ou légumes sur des terrains légaux, qu’on utilise des sources d’eau légales et qu’on gère correctement les ressources hydriques.
Producteur de fraises dans la province de Huelva, Andrés Martin Alejo confirme l’importance de cette règle: «Avant, on ne se posait pas de questions sur la consommation d’eau. Elle était extraite du sol au moyen de puits de plus en plus profonds.»
Ce laisser-aller a été désastreux pour le parc national; le niveau de ses nappes phréatiques a fortement baissé. Faune et flore ont souffert. Mais tout n’est pas perdu. Les systèmes d’irrigation modernes permettent, en effet, d’économiser beaucoup d’eau. Le producteur de fraises participe à un projet lancé par Coop en collaboration avec un expert local en eau. La technique consiste à utiliser des sondes qui mesurent l’humidité du sol en permanence et règlent l’approvisionnement hydrique en conséquence.
On évite ainsi un arrosage excessif et une évaporation de l’eau.

Meilleur rendement

Andrés Martin Alejo est très satisfait de ce système: «Nous économisons ainsi jusqu’à 30% d’eau.» Rien que pour les fraises produites pour Coop, le potentiel d’économie est de 234 000 m3 d’eau par année. Ce qui équivaut à trois millions de douches. Depuis deux saisons, l’agriculteur utilise aussi un système de micro-irrigation (goutte à goutte) pour arroser une partie de ses fruits. Des conduites d’eau sont installées dans le sol, ce qui permet d’irriguer directement les racines des plantes.
Pour les producteurs, la gestion de l’eau n’offre que des avantages: d’une part, les nouvelles méthodes d’irrigation sont un bon investissement pour l’avenir et, d’autre part, elles améliorent le rendement des récoltes.

Utilisation des ressources mondiales d’eau douce

Source Rapport sur l’agriculture mondiale; infographie Niki von Almen

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/69
Toutes les paroles aux actes
Stefan Fehlmann

Rédacteur

Photo:
DR
Publication:
lundi 11.07.2016, 14:25 heure

Retrouvez toutes nos recettes