Il y a une vie après les matchs! L’équipe féminine du FC Le Mont partage de beaux instants festifs avec son entraîneur Jonathan Rakotonirina.

La 3e mi-temps

Coupe du monde de foot: c’est parti! Mise en bouche avec les grillades des joueuses du FC Le Mont (VD).

Le soleil brille en ce dimanche de Pentecôte. Mais dans les vestiaires du FC Le Mont, au-dessus de Lausanne, un nuage passe: une joueuse a du retard. Elle ne réussira pas à rejoindre le terrain pour le début du match contre les filles du FC Valmont, qui démarre dans trois quarts d’heure. «On n’a pas le choix, on va devoir commencer à dix», annonce l’entraîneur Jonathan Rakotonirina. Entre les études, le travail et les blessures, il est souvent difficile de compter sur un grand contingent de footballeuses au sein de cette équipe de 4e ligue, qui existe depuis deux ans seulement.

Ses 22 joueuses, âgées de 15 à 33 ans, totalisent dix origines différentes, de la Suisse à l’Equateur, en passant par le Portugal, l’Allemagne, le Burundi ou encore le Vietnam. Inspirées et motivées, même si elles peinent sur le plan des résultats, ces filles nous prouvent que le football invite au dépassement de soi et à l’amitié, quel que soit son niveau.

L’influence des grands événements

Elles sont un peu plus de 1500 à constituer les équipes féminines de l’Association cantonale vaudoise de football (ACVF): «Ce nombre évolue d’année en année, mais il y a encore du boulot», indique Pierre-André Maerchy, 61 ans, président de la commission féminine de l’ACVF.

Il précise que les deux facteurs qui motivent les filles à pratiquer le football sont les grands événements, à l’image de la Coupe du monde, ainsi que le bouche à oreille. «Je me suis intéressée au ballon rond pendant la Coupe du monde 2014», confirme la gymnasienne Cécile Isely, 18 ans, au FC Le Mont depuis un an. «C’est grâce à une amie que j’ai commencé», renchérit Thi My Lan Pham, écolière de 15 ans, qui a rejoint l’équipe il y a un peu plus d’un an. L’ACVF mise également sur le sport scolaire facultatif.

Pour expliquer son engagement en faveur des footballeuses, le responsable de l’ACVF parle «de la satisfaction sportive que ça apporte de les voir évoluer dans cette discipline qui est encore macho». Et de préciser: «On souhaite crever l’abcès afin que les filles puissent à l’avenir jouer dans n’importe quel club. Il y a un potentiel énorme.»

Bonnes vivantes, les joueuses du FC Le Mont sont ravies d’improviser une gril-party à côté de la buvette du club.

De la perplexité à la curiosité

de pique-nique, au point qu’un guide et un site Internet leur sont consacrés (voir l’encadré ci-contre). «Au-delà de son importance récréative, une place de pique-nique ou de jeux est un lieu à fort impact social, écologique et économique, avec une buvette ou d’autres petits commerces aux alentours», souligne Andrea Münger, chef de produit auprès de GeneralMedia, qui a édité le guide.

Quels sont les critères qui définissent une place de rêve? «Tout dépend de ce qu’on recherche. Certaines personnes seront sensibles à la quiétude d’un endroit alors que d’autres y souhaiteront de l’animation. Plus que l’ambiance, ce sont donc les infrastructures qui feront la différence: commodités à proximité, attractivité et fiabilité des jeux, point d’eau pour se ressourcer, éclairage.» Au chapitre des précautions à prendre, n’oubliez pas d’emmener de quoi vous protéger contre les insectes et les tiques. Et pensez à placer les fruits dans des boîtes refermables, au cas où des guêpes s’invitent à la fête.

Veiller à la propreté

Capitaine de l’équipe féminine du FC Le Mont, Samantha De Oliveira, 28 ans, pratique le football depuis l’adolescence: «Mon papa a toujours été dans le foot et je l’ai suivi depuis l’enfance. J’ai vite adhéré à cette ambiance, au fait de partager toutes sortes d’émotions avec les gens.» Cette assistante médicale se réjouit que le football féminin suscite aujourd’hui de la curiosité: «C’est positif car auparavant, on faisait face à de la perplexité. Les gens ont maintenant compris que ce n’est pas de la rigolade.» Valentine Martin, 23 ans, étudiante en lettres, footballeuse depuis trois ans, observe que si les filles sont impressionnées lorsqu’elle leur dit quel sport elle pratique, «les garçons taquinent plus. C’est encore difficile de faire sa place.»

Andreina Marin, 23 ans, a été initiée au football par sa maman, dans son pays natal, l’Equateur: «En plus de m’apporter beaucoup de plaisir, ce sport renforce mon mental. A chaque fois que je joue, j’ai l’impression de me surpasser», témoigne celle qui jongle entre son emploi de soignante et le Gymnase du Soir.

«

J’aime cette ambiance, partager toutes sortes d’émotions avec les gens»

Samantha De Oliveira (28 ans), capitaine

«Il faut qu’on y croie, toutes!»

Revenons sur le terrain. Ce dimanche-là, les footballeuses du FC Valmont, venues de Chamblon, dans le Nord vaudois, mènent 6 à 0 à la mi-temps. Deux joueuses supplémentaires du FC Le Mont ont rejoint le stade pour la suite de la rencontre. Mais cela ne suffira pas: cette équipe s’incline sur le score cruel de 10 à 0. «C’est très dur», témoigne Guy Belet, 66 ans, qui coache les filles avec Jonathan lors de chaque match. «Oui, très dur, ça fait à peine deux mois que je suis au but», renchérit la gardienne, Tayane Marques, 28 ans. «Il faut rester sur le positif: il y a eu des actions de jeu aujourd’hui qui amenaient à aller davantage vers l’avant. Mais on doit progresser avec la communication», ajoute Jonathan Rakotonirina, que ses joueuses appellent Jo. «Il faut qu’on y croie, toutes!», lance Samantha De Oliveira.

Dans ces circonstances, rien de tel qu’un barbecue pour se remonter le moral. Même après une sévère défaite, la fête se doit d’être belle! Cervelas, saucisses de veau, merguez, brochettes de poulet, de bœuf et de crevettes ou encore burgers végétariens grillent sur la braise, devant la buvette du FC Le Mont.

Plusieurs joueuses et leur entraîneur ont amené des spécialités de leur pays d’origine (découvrir les mets et les recettes). L’heure est au partage et à l’amitié. Parmi les fidèles supporters, le chien Boon-T de la joueuse Nadia Cabalenas, 28 ans, n’en rate pas une miette. «On est comme une grande famille», se réjouit Jonathan Rakotonirina, infirmier au CHUV. «Il règne ici un bel état esprit. Après chaque match ou presque, toute l’équipe partage un moment ensemble», félicite Guy Belet. Est-ce l’effet grillades ou les mots de la capitaine qui ont porté leurs fruits? Quoi qu’il en soit, lors du match suivant, face aux joueuses du FC Stade-Lausanne-Ouchy, les filles du FC Le Mont ont décroché un nul encourageant, 3-3. Le Mondial peut commencer!

Comment nettoyer son gril efficacement et rapidement

Source: Société Coopérative Coop, 2017; Infographie: Caroline Koella

-

-

Hop Suisse!

Matchs de la Nati à la télé

  • Dimanche 17 juin à 20 h: Brésil-Suisse
  • Vendredi 22 juin à 20 h: Serbie-Suisse
  • Mercredi 27 juin à 20 h: Suisse-Costa Rica

Cuisine du monde au menu du BBQ

-

Jonathan Rakotonirina, 33 ans, entraîneur de l’équipe féminine du FC Le Mont

http://www.cooperation.ch/La+3e+mi_temps La 3e mi-temps

Coupe du monde: «Allez les Bleus!»
Pronostic pour la finale: France-Allemagne

L’assiette de Jonathan, d’origine malgache: des brochettes maskita (brochettes de bœuf mariné), du riz et un achard de citrons (salés, au vinaigre)


SA RECETTE DE MASKITA

Pour 4 personnes

Ingrédients

  • env. 450 g de rumsteak de bœuf
  • gingembre frais, selon goût
  • 2 à 3 gousses d’ail
  • env. 250 ml d’eau
  • 2 citrons
  • 30 g de concentré de tomates
  • 150 ml de sauce soja
  • 2 cs de miel liquide
  • sel et poivre
  • 2 cs de curcuma


Préparation
Découper le rumsteak en dés de 5 mm d’épaisseur afin de pouvoir les piquer sur des brochettes. Eplucher les gousses d’ail, râper le gingembre et presser les citrons. Mettre l’ensemble des ingrédients dans un saladier et faire mariner pendant 24 heures. Piquer la viande sur les brochettes et faire cuire 3 min sur le gril. A déguster avec un bon piment et une bonne bière. A Madagascar, suivez l’odeur du feu de bois, c’est le «fatapera», un petit barbecue malgache, qui est allumé. Il y aura sûrement des maskita dessus.


-----------------------------------------------
-

Thi My Lan Pham, 15 ans, milieu droit, joue depuis un an

http://www.cooperation.ch/La+3e+mi_temps La 3e mi-temps

Coupe du monde: son cœur bat pour l’Angleterre
Pronostic pour la finale: Allemagne-Espagne

L’assiette de Thi My Lan, d’origine vietnamienne: des merguez, du riz cantonais, des chips et des crudités


SA RECETTE DE RIZ CANTONAIS

Pour 4 personnes

Ingrédients

  • 200 g de riz
  • 2 cs d’huile de tournesol
  • 1 oignon, finement émincé
  • 100 g de lardons
  • 2 œufs
  • sel et poivre


Préparation
Cuire le riz. Faire chauffer 1 cs d’huile dans une poêle et y faire revenir l’oignon et les lardons env. 4 min. Réserver. Battre les œufs, saler et poivrer. En faire une omelette dans la même poêle et la couper en lamelles. Réserver. Ajouter 1 cs d’huile dans la poêle et faire revenir le riz, l’oignon, les lardons et les lamelles d’omelette env. 3 min sans cesser de remuer. Rectifier l’assaisonnement.


-----------------------------------------------
-

Andreina Marin, 23 ans, milieu défensif, joue depuis huit ans

http://www.cooperation.ch/La+3e+mi_temps La 3e mi-temps

Coupe du monde: fan de l’équipe du Brésil
Pronostic pour la finale: Brésil-Allemagne

L’assiette d’Andreina, d’origine équatorienne: des brochettes de crevettes et de poulet, des bananes plantains frites et de la salade curtido


SA RECETTE DE PATACONES - OU TOSTONES - DES BANANES PLANTAINS FRITES

Pour 4 personnes

Ingrédients

  • 2 bananes plantains
  • ½ cc de sel
  • de l’huile pour friture


Préparation
Eplucher les bananes et les couper en tranches épaisses. Faire chauffer de l’huile dans une casserole (les tranches devront être presque recouvertes d’huile) ou dans une friteuse. Faire frire les bananes jusqu’à ce qu’elles commencent à jaunir. Les retirer et les aplatir délicatement. Les saler et les faire frire brièvement une deuxième fois, jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Les retirer et les mettre sur du papier ménage pour absorber la graisse. Rectifier l’assaisonnement. A déguster avec une salade curtido, composée de tomates, d’oignon rouge dégorgé au sel, de jus de citron, de coriandre et d’huile d’olive.


-----------------------------------------------
-

Valentine Martin, 23 ans, milieu droit, joue depuis trois ans

http://www.cooperation.ch/La+3e+mi_temps La 3e mi-temps

Coupe du monde: elle encouragera l’Allemagne
Pronostic pour la finale: France-Allemagne

L’assiette de Valentine, d’origine allemande: un burger végétarien, de la salade de pommes de terre et du pain noir


SA RECETTE DE SALADE DE POMMES DE TERRE

Pour 4 personnes

Ingrédients

  • 1 kg de pommes de terre
  • 1 oignon, haché
  • 3 à 4 cs de mayonnaise
  • sel et poivre
  • 1 pincée de sucre
  • 1 bocal de cornichons (env. 200 g
  •     une fois égouttés, liquide réservé)


Préparation
Cuire les pommes de terre, puis les peler et les couper en fines tranches. Dans un saladier, mélanger l’oignon avec la mayonnaise, le sel, le poivre, le sucre et les cornichons coupés en rondelles. Ajouter les pommes de terre et, si c’est trop sec, le liquide des cornichons.


-----------------------------------------------
-

Cécile Isely, 18 ans, milieu gauche, joue depuis un an

http://www.cooperation.ch/La+3e+mi_temps La 3e mi-temps

Coupe du monde: supportrice de la Suisse
Pronostic pour la finale:
Brésil-Espagne

L’assiette de Cécile, d’origine suisse:
du cervelas enrobé de lard, du fromage Etivaz AOP et Mont Vully



Son idée de recette pour un dessert qui fait l’unanimité:
un gâteau aux carottes d’Argovie.

Découvrez la recette Fooby de cette spécialité helvétique sur: www.fooby.ch/gateau


-

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photo:
Darrin Vanselow
Publication:
lundi 11.06.2018, 12:00 heure





Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?