La Toyota Prius

Hybride En développant la Prius de 4e génération, les ingénieurs de Toyota ont mieux tenu compte des préoccupations européennes.

Êtes-vous déjà allé en Amérique du Sud? En Afrique du Nord? Ou dans le Sud-Est asiatique? Certes, les Suisses ont la bougeotte. Mais avez-vous toujours bien compris les habitants de ces pays? Je ne fais même pas allusion à la langue. Mais souvent, nous croyons comprendre les gens que nous rencontrons ailleurs dans le monde, alors qu’on n’y pige que pouic. Parce qu’il est très difficile de s’imprégner d’autres cultures.
C’est ce qui arrive parfois avec les voitures japonaises. En particulier avec la Toyota Prius. Comment peut-on créer une voiture écologique à l’esthétique aussi insolite? Trouver accueillant un habitacle composé d’autant de matières plastiques différentes? Et pourquoi les ingénieurs japonais se contentent-ils d’une technologie apparemment de deuxième choix? De nombreuses mar-ques proposent déjà de ces modèles hybrides plug-in capables de parcourir de courtes distances en mode électrique, et dont on recharge la batterie sur le réseau.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Moins chère et plus complète

est restée fidèle au même concept. La face avant est toujours aussi chiffonnée et la partie arrière paraît si haute qu’elle semble flotter. Cette voiture correspond à l’idéal de beauté japonais, m’explique fièrement un collaborateur de Toyota.
L’habitacle est du même style, mais moins terne qu’avant. Heureusement. Il y a davantage d’espace à l’arrière, et le coffre est plus volumineux aussi. Les surfaces sont agréables au toucher, le petit sélecteur de la transmission pourrait aussi bien servir à manœuvrer un module lunaire et les instruments de bord futuristes vont bien dans le paysage. Mais pourquoi les avoir placés au centre? Question d’harmonie, me répond l’ingénieur Toyota.
Sur le plan technique, on a changé peu de choses, même si l’on a réduit les frictions, monté un moteur électrique plus petit et optimisé la commande de la batterie. Cela suffit néanmoins à réduire la consommation de la nouvelle Prius de 0,9 l/100 km sur le papier. Les montées en régime du moteur thermique dans les côtes n’ont pas disparu, mais elles me paraissent moins agaçantes que sur l’ancien modèle. Au Japon, on roule de manière plus tranquille et moins hachée, selon l’ingénieur. Ce serait donc aux Européens de s’adapter.
Toyota a toujours recours à une batterie conventionnelle, plutôt qu’à la technologie lithium-ion utilisée par quasi tous ses concurrents. Mais ce système a fait ses preuves et les coûts de développement ont sans doute pu être amortis en grande partie. Toyota peut donc vendre la nouvelle Prius 300 fr. meilleur marché que l’ancien modèle, tout en offrant un équipement de série bien plus complet. Et cela, nous autres Européens sommes aussi en mesure de le comprendre.

Toyota Prius

Moteur et transmission
4 cylindres essence et moteur électrique, 90 kW/122 ch,
boîte CVT, traction avant

Consommation et CO2
3,0 l/100 km, CO2 70 g/km, Euro 6, étiquette énergie A

Prix
À partir de 34 500 francs

Habitabilité   ★★★★
Confort   ★★★★
Coût/utilité   ★★★★★

Site officiel

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Andreas Faust
Photo:
SP
Publication:
lundi 28.03.2016, 13:40 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?