Avec un fourrage maison, la colombe de Pâques se mue en un dessert.

La colombe

Tradition Ce gâteau moelleux, entre valeur symbolique et offrande gourmande, met tout le monde d’accord. Voulez-vous ajouter encore une surprise? Fourrez-le avec une crème maison.

La colombe est un symbole de paix depuis le jour où, selon la Bible, elle revint sur l’arche de Noé. Elle portait un rameau d’olivier dans son bec pour annoncer que le déluge universel était terminé et que la paix reviendrait. Le délicieux dessert qui conclut traditionnellement le déjeuner de Pâques, jour de paix par excellence, ne pouvait avoir une forme plus adaptée.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Origines incertaines

Des légendes feraient remonter l’origine de ce gâteau pascal à l’époque lombarde, vers la moitié du VIe siècle. Pendant le siège de Pavie, le roi lombard Alboïn se vit offrir par un boulanger pavois un pain sucré en forme de colombe, en signe de paix. L’initiative apaisa le souverain qui décida de ne pas mettre la ville à feu et à sang.
Selon une autre légende, l’origine de la colombe remonterait à 1176, plus précisément à la bataille de Legnano. Pour leurs soldats aux prises avec Frédéric Barberousse, les supérieurs avaient commandé un pain spécial en forme de colombe après en avoir vu deux se poser sur les emblèmes lombards pendant la bataille de Legnano.
Quoi qu’il en soit, après sa création, ce gâteau particulier fut de plus en plus apprécié, devint célèbre et se diffusa dans toute l’Italie jusqu’à s’ancrer dans la tradition pascale, même au-delà des frontières italiennes.
Les premières colombes furent probablement de simples pains sucrés. Ensuite, l’inspiration des maîtres les enrichit d’amandes, de fruits confits et de grains de sucre.
La colombe classique remonte au début du XXe siècle, quand l’entreprise Motta décida de mettre en vente un gâteau ressemblant au panettone de Noël et ne se différenciant de ce dernier que par son glaçage caractéristique décoré d’amandes.

Le goût du printemps

«La colombe pascale Motta, le gâteau qui a le goût du printemps». C’était en 1934, et sur la belle affiche, deux colombes (l’oiseau blanc et le gâteau) se superposaient sur un foulard de ciel bleu. Un exemple raffiné de marketing alimentaire, une combinaison parfaite de production industrielle et de sentiment populaire. Depuis, la colombe n’a cessé d’être identifiée comme la célébration gastronomique de Pâques.

Fourrage et fantaisie

Une colombe faite maison n’est pas chose facile pour les cuisiniers amateurs. Dans ce cas, il vaut mieux se fier aux gâteaux des professionnels. Chacun pourra ensuite choisir en fonction de ses goûts. Par contre, ce qu’on peut préparer à la maison pour donner une touche personnelle à la colombe, c’est un fourrage! Il sera ainsi possible de la rendre encore plus gourmande.
Et que peut-on boire pour accompagner la colombe? Un vin Passito ou un Moscato. Si elle est au chocolat, rien de tel qu’un bon rhum.

Toutes les colombes Qualité & Prix vendues chez Coop sont fabriquées à la boulangerie de Castione.

La petite colombe ne pèse que 100 g

Production locale

Depuis plus de 35 ans, la boulangerie Coop de Castione produit l’un des gâteaux pascals les plus typiques de notre tradition gastronomique.

La colombe pascale est l’un des produits phares de la boulangerie Coop de Castione (TI): «Pendant la période de Pâques, la production atteint 170 000 à 200 000 gâteaux pascals, que ce soient les colombes ou les petites colombes. C’est l’un des ambassadeurs préférés du patrimoine alimentaire tessinois. Il est présent sur les rayons de toutes les filiales de Suisse», précise non sans satisfaction Gabriele Manenti, le responsable de l’entreprise.
Le gâteau typique de Pâques est désormais disponible dans toutes les filiales au format mini de 100 g: idéal pour le petit-déjeuner, le goûter ou pour un simple en-cas.
L’assortiment est complété par la version classique en emballage de 300 et de 500 g et par la version au chocolat de 300 g.

CONSEIL: crème pâtissière ou chantilly?
Le dessert traditionnel de Pâques peut s’enrichir de fourrages délicieux. Nous vous en suggérons trois (recettes pour 6 personnes).

Mousse au chocolat express

  • 4 dl de crème fraîche épaisse
  • 200 g de chocolat noir râpé

Faire chauffer la crème, puis la retirer de la plaque. Ajouter le chocolat et mélanger pour le faire fondre. Placer le mélange au réfrigérateur pendant au moins 6 heures. Monter la crème jusqu’à obtenir un mélange ferme.

Crème à la liqueur d’œufs

  • 6 dl de crème fraîche
  • ½ dl de liqueur d’œufs
  • 50 g de sucre

Monter la crème en chantilly ferme, puis y incorporer délicatement le sucre et la liqueur d’œufs.

Sauce aux fruits

  • 300 g de fraises
  • 100 g de sucre
  • 50 g d’eau

Faire bouillir les fraises avec le sucre et l’eau 3 min. Battre et laisser refroidir au réfrigérateur.

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Natalia Ferroni
Photo:
Alain Intraina, TiPress
Publication:
dimanche 20.03.2016, 16:47 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?