Tout comme le hibou, la chouette effraie peut tourner la tête de 270 degrés sans bouger le corps.

La dame blanche

Rapace nocturne L’effraie des clochers est l’amie cachée de l’homme, dont elle subit pourtant la malveillance. 

Jadis, l’effraie des clochers annonçait la mort et le malheur. Un cri à vous glacer le sang, un faciès blanc fantomatique et une vie exclusivement nocturne, il n’en fallait pas plus pour alimenter les superstitions du bon peuple. On clouait même son cadavre sur la porte des maisons pour éloigner les mauvais esprits! Et lorsqu’enfin on lui retira cette étiquette diabolique, c’est l’intensification de l’agriculture dès les années 1950 et la disparition des lieux de gîte qui la mirent en danger. En Suisse, elle se trouve sur la liste rouge des oiseaux potentiellement menacés.

D’une taille d’à peine 35 cm, la chouette effraie atteint une envergure de plus de 90 cm. Ici, avec un mulot dans le bec.

Locataire des bâtisses de l’homme

La chouette effraie est pourtant l’amie cachée de l’homme. Elle niche dans des granges, des clochers ou des bâtiments à proximité des champs où elle chasse les petits rongeurs, qui ravagent les plantes cultivées. «En Suisse, elle est surtout présente sur le Plateau, généralement en dessous de 600 mètres d’altitude, observe Nadine Apolloni, spécialiste des oiseaux nocturnes à la Station ornithologique suisse de Sempach (LU). C’est lié à l’enneigement hivernal qu’elle supporte assez mal. Leur présence est plus importante en Romandie, surtout à l’ouest du Plateau.» On estime sa population à environ 1000 à 2500 couples en Suisse et 110 000 à 220 000 en Europe. «On la trouve principalement dans les zones tempérées, au bord de la Médi­terranée avec une concentration en Espagne. Elle est présente sur tous les continents, sauf en Antarctique.»

Les bonnes années, où l’hiver n’est pas trop rude, deux tiers des couples se reproduisent.

Pas équipée pour les hivers rudes

Une première réglementation protège l’effraie des clochers dès 1876. Mais l’homme la persécute et la chasse illégalement jusqu’au milieu des années 1950. Par la suite, elle est encore confrontée à bien des aléas. En tête: l’agriculture intensive et l’emploi de pesticides et de rodenticides (contre les rongeurs), la perte de sites de nidification (rénovation des granges, des clochers) et le trafic automobile (vol rasant lors de la chasse). La pose de nichoirs est l’une des solutions préconisées par Nadine Apolloni: «On conseille de les installer dans les granges, les bâtisses rurales ou les bâtiments assez hauts, où la chouette effraie a la possibilité de chasser à proximité.» Selon l’ornithologue, 70% des adultes survivent d’une année à l’autre. Mais la chouette effraie doit aussi réussir à passer la saison froide. Sa population a encore diminué suite aux rudes hivers de 2008 et 2009, puis de 2012 et 2013 avec de longues périodes d’enneigement et de gel. «Elle ne peut pas faire de réserve de graisse et ne peut survivre que huit jours sans manger. Comme elle chasse surtout à l’ouïe, elle n’entend plus ses proies sous une épaisse couche de neige. C’est la raison pour laquelle elle est absente dans les secteurs de plus haute altitude.»

Portrait d’une chasseresse

L’effraie des clochers est strictement nocturne. Même quand elle se met à l’abri dans une grange, elle cherche toujours les coins les plus sombres. Elle a une très bonne vue de nuit (cornée très développée et grande ouverture de la pupille), mais s’appuie surtout sur son ouïe extrêmement fine pour chasser. Son disque facial en forme de cœur lui sert de parabole pour augmenter le son. La structure de ses plumes lui confère un vol silencieux qui lui permet d’être très discrète. La couleur de son ventre, du dessous de ses ailes, de ses pattes et de son visage lui valent le surnom aux accents surnaturels de dame blanche!

Les cris des chouettes effraie et hulotte

Ecouter le cri de la chouette effraie
Ecouter le hibou moyen-duc
Ecouter le grand-duc d’Europe
Ecouter la chouette hulotte
Ecouter la chevêche d’Athéna

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Alain Wey

Rédacteur

Photo:
Alamy
Publication:
lundi 27.03.2017, 13:05 heure



Publicité



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?