Des jus de fruits ou de légumes, par exemple de betterave, pour éliminer les toxines: la méthode a ses adeptes.

La détox après les excès

Santé Après les Fêtes, la détox. Oui mais laquelle? «Juicing», «panchakarma» ou «spa»? Pour se faire du bien au corps et à l’âme, les possibilités sont multiples.

Alimentation, mouvement, détente. Tels sont les trois piliers de la Swiss Natural Detox Retreat que propose depuis peu un cinq-étoiles helvétique à sa clientèle surmenée. Depuis octobre 2016, le Park Hotel de Weggis (LU) offre de régénérer corps et esprit grâce à des méthodes naturelles, comprenant yoga, massages et sauna – le tout dans un environnement idyllique. Une détox qui élimine sucres, céréales et laitages, remplace le repas du soir par un bouillon de légumes et fait appel aux vertus des plantes: artichaut, sauge et romarin pour soigner le foie, jus de chou pour retaper la flore intestinale, etc.
À Gstaad, un autre palace, l’Alpina offre des détox alternant sommeil et yoga, voire une semaine tibétaine avec méditation. Tandis que le Grand Hotel de Bad Ragaz (SG) ajoute aux bains et au spa des ateliers avec un coach pour la détox digitale. Demain, le nouveau luxe passera assurément par l’abstinence numérique.
Entre-temps, les cures de détox seront le prochain boom de l’hôtellerie, prophétisait récemment le magazine spécialisé Hôtellerie & Gastronomie Hebdo. De nombreux entrepreneurs ont toutefois devancé les palaces pour capter ce marché, à l’aide de propositions diverses et variées.
Les cures ayurvédiques (panchakarma) connaissent depuis quelques années un succès considérable, que l’on se rende au Kerala ou au Centre Maharishi des rives du lac des Quatre-Cantons. Les massages à l’huile chaude, bains de vapeur, lavements et autres purges au beurre clarifié ont leurs adeptes. Tout comme le juicing, ces cures récemment importées des États-Unis selon le principe du jeûne de saison. Suivant l’enseigne et la formule, il s’agit de consommer des jus fraîchement pressés au lieu des repas – chou kale, blé ou pousses germées, élixir de grenade, pomme-curcuma, «lait» de soja ou d’amandes – voire des bouillons.

Une portion journalière de fruits ou de légumes peut être remplacée par un jus.

Regard critique des experts

Ces détox durent de un à cinq jours. Elles sont parfois livrées à domicile et se proposent d’éliminer additifs, conservateurs et autres substances chimiques, pour «faire le plein de vitalité et obtenir une peau plus saine». Voire contribuer à une perte de poids.
Face à ce boom des détox, les experts portent un regard souvent critique. Diététicienne à la Société suisse de nutrition (SSN), Muriel Jaquet l’interprète «comme un phénomène commercial, qui répond à une recherche de bien-être et de santé. L’idée consistant à «nettoyer, purifier» le corps de ses toxines grâce à diverses boissons me laisse perplexe! Je n’imagine pas l’organisme comme quelque chose qui se salit et qu’il faudrait laver à intervalles réguliers: le corps a ses propres mécanismes d’élimination. De plus, les jus ne contiennent pas tous les nutriments du fruit ou du légume, certains restant dans la part non consommée. Nous recommandons 5 portions de légu­mes et fruits par jour, dont au maximum une portion sous forme de jus.»

Les 5 conseils de Muriel Jaquet, diététicienne à la Société Suisse de Nutrition (SSN), pour (bien) survivre aux Fêtes

Déguster et apprécier

Au tournant de l’année, tous les repas ne sont pas festifs: durant le réveillon, manger et boire lentement, en appréciant chaque bouchée de chaque plat, et ne pas se forcer si on n’a plus faim. Le reste du temps, faire des repas équilibrés, adaptés à son appétit (qui diminue après des agapes), peu arrosés et profiter des congés pour bouger.

Jeûner ou pas

La SSN fait la promotion d’une alimentation variée et équilibrée, schéma dans lequel le  jeûne ne s’inscrit pas. Aucune évidence scientifique ne justifie la pratique du jeûne, ni de cures de détox. Prendre soin de soi est toujours bénéfique, mais on peut très bien le faire dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

Mon foie, mon foie

Si l’on a abusé d’alcool et de gras, quel est le meilleur moyen pour soulager son foie? Arrêter les excès et reprendre une alimentation variée et équilibrée dans des quantités adaptées à ses besoins.

Le moment de la réflexion

L’après fête peut être une bonne occasion de repenser son alimentation et d’y apporter d’éventuelles améliorations : privilégier l’eau comme boisson, consommer suffisamment de fruits et de légumes, redécouvrir les céréales complètes et les légumineuses, opter pour des modes de cuissons sains: vapeur, plancha, wok…

Ecouter son corps

Il faut observer si le rythme et le volume des repas sont en adéquation avec ses sensations: l’alimentation est un des éléments qui concourent à notre bien-être, au même titre que l’activité physique et la détente.

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

texte:
Véronique Zbinden
Photo:
Getty Images, StockFood
Publication:
lundi 02.01.2017, 13:20 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?