La fièvre du Mondial dans les rayons

Un magasin est-il un lieu improbable pour croiser des fans du Mondial? Pas du tout! Au contraire puisque forte de sa multiculturalité, Coop compte plusieurs dizaines de nationalités dans ses rangs. Visite au Léman Centre de Crissier.

Ils sont Espagnols, Italiens, Français, Portugais, Allemands, ou encore Brésiliens, Argentins, Ivoiriens, Algériens, Camerounais, pour n’en citer que quelques-uns. On les croise souvent au détour d’un rayon, entre deux achats, les yeux rivés sur notre liste de commissions. Ce sont les personnes qui nous renseignent volontiers sur un produit ou qui nous conseillent patiemment sur une technique de cuisson. Ce sont les «Bonjour!» qu’on nous adresse gentiment même lorsque nous sommes pressés. Des bonjours aux accents souvent chantants qui nous rappellent des pays ensoleillés et des paysages de carte postale.

Un multiculturalisme discret mais pourtant précieux qui constitue les forces vives des magasins. En cette période de Mondial, nous nous sommes rendus au Léman Centre de Crissier (VD) pour lancer un défi à ces femmes et ces hommes de terrain: seraient-ils d’accord de laisser leur discrétion au vestiaire et d’arborer la tenue officielle de l’équipe de leur pays? En clair: jusqu’à la fin du Mondial, exit la tenue Coop, place aux maillots officiels des nations! Un oui enchanté de la part des quatre collaborateurs choisis au hasard…

Sophie Dürrenmatt

«C’est le t-shirt aux quatre étoiles» 

Anna Cresta (48 ans)
«C’est simple, dès que je vois les couleurs de l’Italie, c’est comme si je voyageais au pays. Et puis c’est le t-shirt aux quatre étoiles de la Squadra Azzurra, c’est magique, non? J’aime beaucoup cette ambiance de Coupe du monde car chacun est fier de sa nation, et toujours dans un esprit joyeux et bon enfant. Je suis Italienne mais mes deux enfants de 29 et 20 ans sont nés ici. Alors à la maison on supporte l’Italie et la Suisse à chaque compétition.»

«On porte notre maillot avec honneur»

Jacqueline Meirino (29 ans)
«Je suis originaire de la Galice, et l’Espagne est chaque jour dans mon cœur. Le football là-bas est une institution, et on porte le maillot de la Roja avec honneur. Ceci, quoi qu’il arrive. A mon âge, j’ai la chance d’avoir pu vivre des années de bonheur avec notre équipe nationale. Et puis le football véhicule des valeurs fortes comme le fair-play, la solidarité et l’esprit collectif. C’est aussi un sport qui permet d’occuper les jeunes durant les périodes économiques difficiles comme en ce moment. Le sport leur évite de faire des bêtises… La Roja se relèvera!»

«C’est déjà incroyable de participer»

Fred Alecce (36 ans)
«La Suisse, c’est un petit pays mais qui génère de grands espoirs! Après tout, quand on y réfléchit, c’est déjà incroyable de pouvoir participer à une Coupe du monde. Nous ne disposons pas de centres d’entraînement pointus comme la France, l’Espagne ou l’Italie qui recrutent très jeunes. C’est une sacrée performance tout de même. Je regarde chaque Mondial. D’ailleurs à la maison on soutient aussi le Portugal car ma femme est d’origine portugaise. Même notre petit bonhomme de 4 ans et demi aime ça. Ce sont de bons moments en famille et c’est ce qui compte!»

«A la maison, tout le monde a son maillot» 

Paulo Vale (46 ans)
«Porter le maillot de la Selecção das Quinas, c’est le respect de la patrie. Je suis arrivé en Suisse il y a plus de vingt ans, mais je suis originaire de la région de Porto. J’ai travaillé dans plusieurs cantons. Du coup je parle aussi suisseallemand et italien. On retourne chaque année au Portugal avec mon épouse qui a encore toute sa famille là-bas. On porte le Portugal dans notre cœur à chaque instant. Alors dès qu’on peut soutenir l’équipe, on le fait. On a tout l’équipement à la maison: les maillots, les chapeaux, le ballon!»

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Sophie Dürrenmatt

.

Photo:
Nicolas de Névé
Publication:
lundi 30.06.2014, 10:30 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?