toolbar

Xavier Willemin
écrit le 12.08.2017


La fin du roaming dans l'Union Européenne

En cette période de vacances d'été et de voyages à l'étranger, nous parlons beaucoup d'itinérance (roaming) en Suisse. Pourtant, ce débat datant de nombreuses années est clos dans l'Union européenne (UE) où les frais d'itinérance y sont abolis depuis le 15 juin 2017. Mais est-ce réellement une bonne chose pour les consommateurs Européens ? Et qu'en est-il du cas de la Suisse ? 

Carte d'itinérance de l'opérateur virtuel britannique iD Mobile. Comme certains de ces concurrents, l'itinérance est aussi offerte sans surcoûts à des pays n'étant pas dans l'UE (ici, le Liechtenstein et la Norvège, par exemple). Source : www.idmobile.ie
 

A première vue, il est légitime de se dire que l'abolition des frais d'itinérance est une bonne chose pour le consommateur. Et c'est vrai, le consommateur moyen ne payera pas un centime de plus pour appeler en Europe. Mais il convient de considérer les impacts plus globalement. La gratuité de ces appels est un gros manque à gagner pour les opérateurs. Ils chercheront donc à combler les pertes dans un futur proche en augmentant le prix des abonnements nationaux.

Les véritables gagnants sont donc les utilisateurs voyageant beaucoup, et les perdants, ceux qui préfèrent passer leurs vacances dans leur pays.

Mais il ne s'agit pas de la seule inégalité que cette nouvelle régulation introduit. Les opérateurs des pays accueillant le plus de touristes auront plus de frais de fonctionnement que ceux en ayant moins. En effet, l'abolition de l'itinérance va conduire à une augmentation du traffic Internet en vacances. Les opérateurs de pays touristiques auront donc une augmentation importante de leur traffic, et donc de leurs coûts, sans pour autant qu'ils ne soient compensés par des revenus supplémentaires.

Cette augmentation du traffic va aussi profiter aux publicitaires en ligne tels que Google et Facebook. On voit donc que même si cette bataille partait d'une bonne intention, elle n'atteint pas réellement le but visé initialement : profiter aux consommateurs.

Cette constatation peut donc nous rassurer, en Suisse. Car il faut être honnête, les surcoûts d'itinérance ne sont plus aussi prohibitifs qu'ils furent il y a une dizaine d'années. Les opérateurs font de gros efforts en intégrant des minutes d'appels et des données Internet à l'étranger dans leurs abonnements, tout en baissant leurs prix. A tel point que de nombreux consommateurs moyens ne payent aucun frais d'itinérance. Tout est déjà inclus dans leur abonnement. 


Article suivant Le mot de passe idéal

 

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.










Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!