La forêt, c’est la vie

Vendredi, ce sera la Journée internationale de la forêt. L’occasion de rappeler son 
importance à travers ses multiples fonctions.

Source de vie, la forêt a aussi un rôle protecteur: elle nous préserve des avalanches, des glissements de terrain ou des inondations. Elle nous fournit du bois, qui est l’une des matières premières renouvelables les plus précieuses. Espace vital pour de nombreuses populations indigènes, elle abrite près des deux tiers de toutes les espèces connues du monde végétal et animal.

La forêt stocke aussi l’eau de pluie et, très important, le carbone. La championne dans ce domaine est la forêt tropicale: sa capacité de stockage dépasse d’à peu près 50% celle des autres forêts. Et pourtant, c’est la plus menacée. Le Brésil et l’Indonésie détiennent la palme des plus grosses pertes de surfaces boisées. Or, non seulement les forêts détruites n’absorbent plus de carbone, mais elles en libèrent. Et combiné avec l’oxygène, ce carbone se transforme en dioxyde de carbone, qui est l’un des principaux gaz à effet de serre.  

Le déboisement, les incendies et la sécheresse ont causé, de 2000 à 2010, la perte de quelque treize millions d’hectares de forêt par année.
Durant la décennie précédente, ce chiffre avait même atteint seize millions d’hectares par année. Mais heureusement, il existe aussi des régions dans le monde où les forêts regagnent du terrain. Naturellement ou grâce à des efforts de reboisement (voir carte à droite). Le bilan donne malgré tout une perte nette de 5,2 millions d’hectares par année. Ce qui correspond à peu près à la superficie du Costa Rica.

La majeure partie des déficits est due au défrichement illégal. Différentes organisations, comme le Forest Stewardship Council (FSC), luttent contre ces coupes illégales et encouragent l’exploitation durable des forêts dans le monde. 

Bonne nouvelle: en Suisse, l’état de santé de la forêt s’est amélioré. En 1840, le pays en comptait moitié moins qu’aujourd’hui. Depuis, on a pris de nombreuses mesures pour protéger cet écosystème. Selon la législation en vigueur, la surface forestière doit rester constante. Dans les Alpes, les surfaces agricoles sont même en recul au profit de la forêt. 

Economie forestière

Qu’est-ce que le label FSC?

Chaque jour, de vastes surfaces forestières sont victimes du déboisement ou détruites par des incendies volontaires. Or, les forêts tropicales stockent de grandes quantités d’eau et de CO2. Leur destruction a donc un impact néfaste sur le climat. Le bois certifié FSC (Forest Stewardship Council) provient d’une exploitation forestière contrôlée, respectueuse de l’environnement et socialement responsable. Concrètement, on renonce à toute exploitation effrénée, aux coupes rases, aux engrais chimiques, aux pesticides et aux OGM. La biodiversité est préservée et les droits des populations locales sont respectés. Coop est membre du WWF Global Forest & Trade Network (anciennement WWF Wood Group) et promeut l’utilisation de bois FSC. Ainsi, 75% des articles en bois vendus chez Coop – et 100% des articles Oecoplan – sont certifiés FSC.

www.fsc-suisse.ch

wwf.ch/gftn

Nicole Hättenschwiler

.

Publication:
lundi 17.03.2014, 00:00 heure