1 von 8


Arielle de Sadeleer et l’une de ses élèves disent crocodile en langue des signes.

Arielle de Sadeleer et ses élèves savent être expressifs!

Le signe pour dire rivière.

Le signe pour dire éléphant.

Le signe pour dire forêt.



La langue des signes entre dans la danse

Atelier Professeure de danse, Arielle de Sadeleer se passionne pour la culture sourde. Durant la Fête de la danse, à Fribourg, elle présentera un atelier de danse signée.

Du 7 au 10 mai, la Fête de la danse se déploiera dans tout le pays pour son dixième anniversaire. Depuis sa création, l’événement a gagné un large public. Son objectif reste le même: sensibiliser et fédérer les Suisses autour de la danse sous toutes ses formes.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

À Fribourg, le 9 mai, le public pourra s’essayer à divers types de danses. Arielle de Sadeleer proposera un atelier mêlant danse contemporaine et langue des signes. «La danse signée, à proprement parler, consiste à interpréter une chanson en dansant et en signant pour permettre aux sourds d’y avoir accès. C’est très important pour eux. Longtemps, on a considéré qu’ils n’étaient tout simplement pas capables de s’intéresser à la musique et à la danse. Or ils s’y intéressent et ils ont la capacité de ressentir les émotions de ces modes d’expression culturels.»

«

Jʼai été fascinée par la communication signée parent-bébé»

Arielle de Sadeleer, professeure de danse

Apprendre quelques signes

Dans l’atelier proposé à Fribourg lors de la Fête de la danse, il ne s’agira pas tout à fait de danse signée: «Nous permettrons aux participants de danser et d’apprendre quelques signes qui souligneront les mouvements. L’idée est de permettre aux personnes qui entendent de se familiariser avec la langue des signes pour découvrir la culture des sourds et d’offrir aux sourds la possibilité de se familiariser avec la danse.»

Professeure de danse, Arielle de Sadeleer est venue à la langue des signes grâce à sa fille: «Lorsqu’elle avait 1 an et demi, je me suis dit que c’était dommage qu’elle comprenne tout sans pouvoir s’exprimer. Une amie m’avait parlé de la communication gestuelle ou signée pour les bébés. Je me suis renseignée et j’ai pu suivre une formation de l’association «Signe Avec Moi». J’ai tout de suite été fascinée et ma fille a appris les quelques signes nécessaires à la communication avec ses parents en une petite semaine.» La maman a tellement croché qu’elle propose depuis plusieurs années des ateliers parent-enfant pour favoriser la communication avec les tout-petits grâce aux signes.
En entrant dans ce monde, elle a aussi découvert l’histoire des sourds, qui, en Europe, se sont fait interdire la langue des signes à l’école pendant près d’un siècle. La situation s’est heureusement largement améliorée depuis les années 1980. Mais les années noires sont encore bien présentes dans l’esprit de la communauté.

Répétition à l’école Harmonie-Danse de Farvagny (FR).

La bataille des sourds

Le film «La famille Bélier», qui raconte l’histoire d’une famille de sourds, dont la fille, qui entend, rêve d’une carrière artistique, a connu un beau succès en salle, mais il a reçu un accueil mitigé parmi les sourds. Certes, il donne d’eux une image attachante, mais les acteurs du film ne sont pas sourds, pour la plupart. Certains ont vu dans ce film une «insulte pour les sourds». Arielle de Sadeleer analyse: «Les sourds ont dû tellement se battre pour préserver leur langue et leur culture, qu’ils crai-gnent qu’elles soient dévoyées par des «entendants». Je pense pourtant que ce film a eu un effet positif dans la représentation que nous avons des sourds.»
De son côté, elle poursuit son action au-delà de la danse signée et des formations parent-enfant. Le 9 mai, parallèlement à la Fête de la danse, elle présentera aussi au public l’Association «C’est un signe», créée en septembre 2014 pour promouvoir la culture sourde, notamment par le biais de la langue des signes, et pour protéger l’enfant dans son intégrité.

Danse-parcours, Fête de la danse à Fribourg, ce samedi 9 mai dès 14 h: départ de la place Python.

La fête de la danse a déjà 10 ans

Cette semaine, du 7 au 10 mai, dans toute la Suisse, la Fête de la danse célébrera son 10e anniversaire avec une multitude de cours et de spectacles. En Suisse romande, Carouge, Chêne-Bourg, Genève, Meyrin et Vernier mettent sur pied un programme commun. Fribourg, Lausanne, Vevey, Yverdon-les-Bains, Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Saignelégier présenteront aussi une multitude d’événements. Sur l’ensemble de la Suisse, on recense 500 cours et plus de 200 interventions artistiques et spectacles. Pour cet anniversaire, la Fête a aussi fait un appel à projets d’une ampleur inédite et développé une collaboration avec les Prix suisses de danse.

www.fetedeladanse.ch
Association C'est un signe, qui promeut la culture sourde et protège l'enfant
Danse avec tes mains, ateliers, cours et spectacles proposés par Arielle de Sadeleer

Commentaires (0)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Charly Veuthey

Rédacteur

Photo:
Charly Rappo
Publication:
lundi 04.05.2015, 15:10 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?