1 von 7


La coopérative Cosedec apprend aux enfants à respecter l’environnement.

Zoé Maurer (11 ans) teste le déferraillage.

Malik Bezençon (8 ans) n’aime pas voir des déchets dans la nature.

Sébastien Léchot (9 ans et demi) s’y connaît en tri des déchets.

Olivier Mani, directeur de Cosedec, Coopérative romande de sensibilisation à la gestion des déchets.

Claudine Laperrouza, l’une des animatrices Cosedec à se rendre dans les classes.

Une montagne de papier stockée sur le site de Celtor, tout près de Tavannes.

La pollution: très peu pour nous

A l’occasion du Clean-Up-Day, la population est invitée vendredi et samedi à ramasser les déchets sauvages dans tout le pays. Les enfants sont très sensibles à la préservation de la nature. Reportage dans le Jura bernois.

Melissa Belmonte (11 ans dans un mois), de Bévilard (BE) sait que le tri et le recyclage des déchets sont importants pour l’environnement: elle l’a appris à l’école. «En rentrant à la maison, elle me disait tel déchet va ici, tel autre là. Je dis bravo. Quand j’étais enfant, on jetait tout dans une poubelle», note sa maman, Manuela Belmonte.

Melissa (11 ans le mois prochain) joue à pêcher les détritus de cet étang.

Ce samedi matin, toutes deux sont venues aux portes ouvertes de Celtor, une entreprise de gestion des déchets située tout près de Tavannes. Devant les montagnes de papier, déchets verts ou déchets de chantier, c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur leur stockage et leur valorisation. Les employés de la société sont présents. D’autres professionnels ont rejoint le site: deux animatrices et le directeur de Cosedec, la Coopérative romande de sensibilisation à la gestion des déchets, qui œuvre depuis quinze ans en milieu scolaire. Ses collaborateurs se rendent dans des classes d’élèves de 4 à 15 ans.

Casser les fausses croyances

Cosedec participe aussi à des manifestations réunissant les familles: «Les portes ouvertes comme celles que propose Celtor sont l’occasion de casser certaines fausses croyances de la population – comme le fait que le verre serait bon pour les fours d’incinération des ordures – et tenter de lui expliquer pourquoi il est important de trier ses déchets», souligne son directeur, Olivier Mani. Autour des animatrices et des jeux éducatifs qu’elles proposent, les enfants affluent et participent volontiers. Malik Bezençon (8 ans), de Tavannes, sait bien trier les bouteilles et les boîtes de conserve récupérées à la canne à pêche dans une petite piscine représentant un étang. «Pour moi, les déchets, c’est tout ce qu’on ne doit pas mettre dans les étangs parce que sinon ça pollue», explique-t-il. Et il n’est pas seul de son âge dans ce cas. «Les enfants sont très réceptifs. Ils ont envie que ce soit propre et que les poissons ne meurent pas», constate Claudine Laperrouza.
Après avoir exercé plusieurs métiers, notamment dans le transport aérien, la Neuchâteloise a choisi l’environnement il y a onze ans: «En ayant un contact direct avec les enfants, on arrive à positiver le développement durable. On ne leur dit pas qu’ils doivent trier, on leur fait comprendre à quoi sert le tri.»

Tester le déferraillage

Postée à côté d’une roue, Claudine Laperrouza propose aux plus jeunes de la faire tourner et, selon le hasard, de répondre à une question avec leurs parents et d’ouvrir la discussion sur un thème: «Le littering, c’est quand on laisse ses déchets dans la nature. Pour les nettoyer, chaque année, ça coûte 200 millions de francs à la Suisse.»

Claudine Laperrouza et sa roue des déchets éducative ont du succès!

Plus tard, elle présente les mâchefers, les résidus des ordures ménagères après l’incinération. Elle propose aux petits de tester le déferraillage, attraper ces résidus pour les valoriser. «C’est difficile de comprendre le fonctionnement d’un système sans le voir. Ces portes ouvertes permettent de visualiser», félicite Bernard Léchot, d’Orvin. Son fils, Sébastien (9 ans et demi), en connaît déjà beaucoup sur le cycle des déchets: «Si on les laisse traîner, ça ne fait pas du bien à la nature. Et c’est grâce à elle qu’on vit.»

La question de la semaine

Quels genres de déchets triez-vous?

Statistiques

Répartition des déchets collectés en Suisse

«Le littering est un scandale visible»

«Le littering est un scandale visible»

Nora Steimer, Présidente d’IGSU

Nora Steimer, Présidente d’IGSU
Nora Steimer, Présidente d’IGSU

Quelles sont les conséquences des déchets jetés dans la rue ou dans la nature?

Bien que la Suisse dispose d’une bonne industrie des déchets et de l’un des systèmes de recyclage les plus performants au monde, des déchets sont jetés par terre ou abandonnés (littering), spécialement en été. C’est un scandale visible: le littering nuit à la qualité de vie et au sentiment de sécurité de la population. De plus, il engendre des coûts inutiles et des effets néfastes sur l’environnement et les animaux.

Comment sensibiliser au mieux la population à ce problème?

Il n’y a pas de solution globale ou de recette miracle. Prévention, interventions et répression, ainsi que patience et nerfs solides sont de rigueur. A la Communauté d’intérêts monde propre (IGSU), nous agissons contre ce phénomène, à travers la prévention et un travail de sensibilisation. Depuis 2013, nous organisons le Clean-Up-Day au niveau national. C’est un outil important pour rendre la population attentive à la problématique du littering. A cette occasion, nos ambassadeurs parlent des déchets et des matières recyclables.

De quelle manière faire passer au mieux le message aux enfants?

Il est sensé et important de parler du littering dans les écoles et, par le jeu, de motiver les enfants et les adolescents à adopter une attitude correcte avec les déchets et les matières recyclables. IGSU s’y applique.

Est-il possible de participer spontanément au Clean-Up-Day? Comment?

Plus les participants sont nombreux, plus fort est le signal contre le littering et pour une Suisse propre. Nous nous réjouissons d’accueillir toutes les personnes qui ont envie de s’engager. Il suffit de s’annoncer sur notre site. Nous prendrons ensuite contact avec vous pour vous proposer de vous rattacher à une action organisée dans votre région.

Clean-Up-Day, les 12 et 13 septembre

Commentaires (1)

Merci pour votre commentaire

Ce commentaire comprend-il des contenus douteux?

Le texte va être contrôlé et éventuellement adapté ou bloqué.

Votre commentaire

Vous n'avez pas encore écrit de commentaire!

Ce champ doit être complété. Merci.

Champ obligatoire
Ce champ doit être complété. Merci.





Veuillez recopier le code de sécurité:

$springMacroRequestContext.getMessage($code, $text)






Merci de prendre connaissance de notre charte et ne manquez de respect à personne!

Joëlle Challandes

Rédactrice

Photos: Charly Rappo/arkive.ch, ©tabeavogel.ch
Infographie: Jacob Kadrmas

Publication:
lundi 08.09.2014, 12:10 heure



Login mit Coopzeitung-Profil

Fermer
Fehlertext für Eingabe

Fehlertext für Eingabe

Mot de passe oublié?